Réponse du professeur Aimé Gogué à ses détracteurs : « Ça ce n’est pas de la politique, c’est un manque total d’étique! »


aime_gogue

©   togoactualite |  Accusé par un journal local d’avoir perçu indûment des per diems pour le compte de la 33ème session du Comité interparlementaire (CIP) UEMOA qui se tient à Bamako, le professeur Aimé Gogué qui vient d’être reconduit à la tête de son parti ADDI, s’en défend.

Selon le journal, le professeur Gogué aurait perçu l’équivalent de 16 jours de per diems alors qu’il n’est resté dans la capitale malienne que trois jours ce qui a suscité la colère du président CIP UEMOA, le béninois Victor Dagnon qui ouvertement dénoncé son attitude.
Mais le professeur Gogué balaie du revers de la main ces accusations et donne sa version.

Lire la réponse du professeur Aimé Gogué

J’ai été très désagréablement surpris de lire sur le site de icilome.com, ce dimanche 30 mars 2014, que « Le Pr Aimé GOGUE accusé à la CIP-UEMOA d’avoir touché des per diem indûment »

1. Les faits :

La 33eme session ordinaire du Comite Interparlementaire de l’Union économique et monétaire Ouest Africaine (CIP-UEMOA), dont je suis membre, se déroule du 23 mars au 6 avril 2014 à Bamako, Mali.

(i) Dans une première étape, j’ai séjourné à Bamako du 23 au 26 mars 2014.

(ii) Je suis rentré de Bamako à Lomé le 26 mars 2014 pour participer, du 26 au 28 mars 2014, aux travaux de la Semaine nationale de l’évaluation des politiques publiques et de gestion axée sur les résultats de développement au Togo co-organisée par le Ministère de la Prospective et de l’évaluation des politiques publiques et la Communauté togolaise sur la Gestion Axée sur les résultats de développement (CoP GRD Togo) dont je suis le coordonnateur. A cet atelier, j’ai présenté pour validation, le rapport d’évaluation de la pratique de gestion axée sur les résultats au Togo ainsi que le plan d’actions.

Comme l’avait dit la Maitresse de cérémonie, la Banque africaine de développement (BAD), pour pouvoir être présent à cet atelier, j’ai personnellement pris en charge le coût de mon titre de voyage Bamako-Lomé-Bamako. En outre, étant l’un des responsables du programme qui a financé cette activité, j’aurais pu créer des contraintes pour sa prise en charge par la BAD. Enfin, j’aurais pu avec légitimité revendiquer le rôle de premier plan pour cette activité. Cependant, conscient de l’importance de la prospective et de l’évaluation des politiques publiques pour le pays, j’ai jugé plus important pour le pays, que la publicité soit beaucoup plus portée sur le ministère et l’objectif de l’activité plutôt que sur moi-même.

(iii) J’ai effectivement participé, le 29 mars, au 4eme Congrès ordinaire de l’ADDI dont je suis le président. C’est un acte important pour la consolidation de la démocratie dans notre pays. Je suis
reparti le 30 mars sur Bamako pour poursuivre les travaux du CIP UEMOA. Conformément au Règlement intérieur de l’Assemblée nationale, j’ai demandé l’autorisation de sortie au Président de l’Assemblée nationale (qui me l’a accordée) avant de quitter Lomé.

2.Les per diem

(i) Avant de quitter Bamako le 26 mars, je n’avais perçu aucun per diem de la part du CIP-UEMOA au titre de la présente session. Il est donc impossible que le CIP-UEMOA puisse m’accuser. Je percevrai ce dont j’ai droit conformément aux habitudes du CIP-UEMOA.

(ii) Comme les autres députés membres du CIP-UEMOA, j’ai effectivement perçu les per diem prévus par l’Assemblée nationale du Togo. Comme je l’espère le feront mes collègues de UNIR membres du CIP-UEMOA et ce conformément aux dispositions administratives, je ferai, le compte rendu financier à la fin de la mission, prévue pour le 7 avril 2014.

Patience alors ! Ca ce n’est pas de la politique. Cela ne me surprend malheureusement pas chez nous au Togo : c’est un manque total d’étique!

 
lomévi (www.togoactualite.com)
 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Welcome Back!

Login to your account below

Retrieve your password

Please enter your username or email address to reset your password.

Aller à la barre d’outils