samedi 27 février 2021

Les résultats de l’enquête QUIBB 2015 montrent que la croissance économique du Togo entre 2011 et 2015 est « pro-pauvre »


ecole_pauvrete


Connus depuis le dernier conseil des ministres d’il y a quelques jours, les résultats de l’enquête du questionnaire des indicateurs de base de bien-être au Togo (enquête QUIBB 2015) et du profil de pauvreté ont été présentés ce mercredi à Lomé aux composantes de la société, en présence du ministre de la Planification du développement, Kossi Assimaïdou, a constaté l’Agence de presse Afreepress.
 
Réalisée auprès de 2.400 ménages du 25 août au 30 septembre 2015 par l’Institut national de la statistique et des études économiques et démographiques (INSEED), cette enquête légère et rapide qui permet de mesurer les conditions de vie des Togolais, ressort de « fortes tendances d’amélioration dans l’accès des populations aux services sociaux de base, à la sécurité alimentaire, à la santé, à l’éducation et à l’alphabétisation, à l’emploi et à l’activité, et sur la pauvreté subjective et monétaire.
 
Ainsi, entre 2011 et 2015, le taux d’éclairage à l’électricité est passé de 39,2% à 48,3%, soit une amélioration de 9.1 points, la proportion des ménages ayant eu des difficultés à subvenir aux besoins alimentaires a baissé de 15.6 points passant de 49,5% à 33,9%, la proportion des personnes ayant eu une maladie au cours des quatre (4) dernières semaines a augmenté de 3.3 points, les taux nets de scolarisation. Sur la même période, le taux de chômage a baissé de 6,5% à 3,4% tandis que celui de sous-emploi a augmenté de 2.1 points (22,8% à 24,9%).
 
L’incidence de la pauvreté est passée de 58,7% en 2011 à 55,1% en 2015.
 
Comme implications, selon le Directeur technique de l’enquête, Akoly Gentry, il ressort de cette enquête que la croissance économique enregistrée au Togo entre 2011 et 2015 a été « pro-pauvre ». Autrement dit, les plus pauvres ont bénéficié de cette croissance économique. Cependant, plus de la moitié des Togolais vit encore dans la pauvreté et les défis se situent au niveau de l’amélioration des conditions de vie.
 
Pour le ministre Assimaïdou, l’enquête QUIBB de 2015 se justifie par quatre (4) raisons, à savoir marquer la fin des Objectifs du millénaire pour le développement (OMD), faire une évaluation à mi-parcours de la Stratégie de croissance accélérée et de promotion de l’emploi (SCAPE), permettre de mieux orienter les politiques pour la finalisation de la Vision 2030 en cours d’élaboration et établir des situations de référence pour les 17 Objectifs du développement durable (ODD)adoptés par l’Assemblée générale des Nations Unies en septembre dernier.
 
L’enquête QUIBB 2015 qui porte sur 2.400 ménages, a pour spécificité que ses indicateurs ne sont significatifs que pour le Grand Lomé, le reste du milieu urbain du Togo et tout le milieu rural, comparativement aux QUIBB de 2006 et de 2011 qui ont porté sur 5.000 ménages et dont les indicateurs correspondent à Lomé et les régions économiques du Togo.
 
Cette enquête a été possible grâce à l’accompagnement de la Banque mondiale, du Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) et le Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF).
 
Telli K.
 
source : afreepress
 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *