Risques élevés de blanchiment d’argent 1.112 milliards de francs CFA déclarés sortis du Togo de 2015 à fin juin 2019

0
1193
Tchaa Bignossi Aquitème, Président de la CENTIF
Tchaa Bignossi Aquitème, Président de la CENTIF

Malgré la floraison de banques au Togo, les sorties des fonds prennent des proportions inquiétantes. De 2015 à 2019, plusieurs centaines de milliards de francs CFA sont déclarés sortis à l’aéroport international Gnassingbé Eyadema. « Ces pratiques sont source de manque à gagner sur les recettes de l’Etat et exposent le Togo à un risque pays élevé », alarme la Cellule nationale de traitements des informations financières du Togo (CENTIF).

Le 11 janvier 2010, des commerçants en partance pour la Chine se sont vu saisir à l’aéroport international Gnassingbé Eyadema (AIGE) 1,7 milliard de FCFA par l’Agence nationale de renseignement (ANR) dirigée à l’époque par le Colonel Massina Yotroféï. Il a fallu moult tractations et des menaces de marcher sur la Présidence de la République avant qu’une partie des fonds ne soit restituée. Quatre ans plus tard, le 28 septembre en pleine journée, des malfrats ont défié la sécurité aéroportuaire et braqué un commerçant, emportant plus de 3 milliards FCFA. Une fusillade qui a fait deux morts et plusieurs blessés. Nonobstant ces mésaventures, d’importants fonds continuent de transiter par l’aéroport au point d’alerter la Cellule nationale de traitements des informations financières du Togo (CENTIF).

En effet, la CENTIF-TG a institué, depuis 2014, un suivi des déclarations des devises effectuées par les voyageurs. «Les déclarations enregistrées à l’Aéroport International Gnassingbé Eyadema (AIGE) de Lomé au cours de l’année 2015 sont au nombre de 34 pour les voyageurs en transit, 30 par ceux qui rentrent sur le territoire national et 2096 par ceux qui en sortent. Les montants déclarés en sortie (224,4 milliards de FCFA) sont de loin les plus élevés et en forte augmentation par rapport à 2014. Par mois, les sommes se situent en moyenne à 18,7 milliards (contre 12,6 milliards en 2014). 85% des déclarations portent sur des sommes atteignant le seuil de 10 millions de FCFA fixé pour les domiciliations d’importation », précise le rapport d’activités 2015 de la CENTIF sur le blanchiment des capitaux et le financement du terrorisme au Togo. Selon la CENTIF, les sorties de devises hors de la zone UEMOA révèlent une flagrante violation des règles régissant les relations financières extérieures et du code douanier. En outre, en l’absence de vérification des informations relatives aux transactions économiques qui motivent ces transports d’espèces hors du circuit financier classique, les risques de blanchiment de capitaux et de financement du terrorisme sont élevés, s’inquiète la CENTIF.

 Mais la situation ne s’est guère améliorée. L’analyse des statistiques communiquées par les services techniques de l’Office togolais des recettes (OTR) pour le 1er trimestre 2016 révèle que 549 déclarations de sorties de devises ont été enregistrées à l’Aéroport International Gnassingbé Eyadema et que les montants déclarés à destination des pays hors UEMOA portent sur un total de 113,1 milliards de FCFA, en hausse de 19,4% par rapport aux 94,7 milliards de FCFA enregistrés au quatrième trimestre 2015. Comparées à la même période de l’année précédente, ces sorties de fonds en espèces ont triplé de valeur.

Au 3ème trimestre 2016, 495 déclarations de sorties de devises ont été enregistrées contre 397 au 2ème trimestre. Les montants déclarés à destination des pays hors UEMOA portent sur un total de 91,9 milliards de FCFA, en hausse de 134,1% par rapport aux 39,3 milliards de FCFA enregistrés au trimestre précédent. Comparées à la même période de l’année précédente où elles se chiffraient à 58,9 milliards de FCFA, ces sorties de fonds en espèces se sont accrues de 56,2%.

 Les statistiques montrent, pour le compte du dernier trimestre de l’année 2016, que 524 déclarations de sorties de devises ont été consignées à l’AIGE. Les montants déclarés à destination des pays hors UEMOA portent sur un total de 142,2 milliards de FCFA, en hausse de 54,7% par rapport aux 91,9 milliards de FCFA enregistrés au trimestre précédent. Comparées à la même période de l’année précédente où elles se chiffraient à 94,3 milliards de FCFA, ces sorties de fonds en espèces se sont accrues de 50,8%.

 Au total, 1.965 déclarations de sorties de devises ont été faites en 2016 et les montants déclarés à destination des pays hors UEMOA sont évalués à 386,5 milliards FCFA.

Au cours de l’année 2017, 2.014 déclarations ont été effectuées. S’agissant des sorties de devises de l’année 2017 à destination des pays hors UEMOA, elles se chiffrent à la contrevaleur de 217,3 milliards de francs CFA. « Une part prépondérante de ces sorties de devises est constituée de dollars US transportés par des commerçants à destination principalement des pays asiatiques. Malgré l’intensité du réseau bancaire interne de l’UEMOA, des sommes importantes de devises sont également déplacées vers des pays de la zone. Nonobstant le principe de libre circulation des personnes et des biens au sein de l’Union, ces mouvements suscitent des inquiétudes au regard des menaces sécuritaires de l’heure », relève le rapport 2017 de la CENTIF.

En 2018, 2.130 déclarations ont été enregistrées, en légère hausse de 6% par rapport aux 2.014 déclarations un an plus tôt. Pour des sorties de devises à destination des pays hors UEMOA, elles portent sur un total de 217,2 milliards de francs FCFA, en quasi-stagnation par rapport aux 217,3 milliards de l’année précédente.

Pour le compte de l’année 2019, seules les situations des premier et deuxième trimestres sont disponibles. De janvier à mars, on constate qu’il y a eu 464 déclarations de sorties de devises et que les montants déclarés à destination des pays hors UEMOA d’un total de 35,1 milliards. Durant ce trimestre, la Chine, Hong-Kong et les Emirats Arabes Unis sont les principales destinations des devises enregistrées, respectivement pour 22,6 milliards, 7,4 milliards et 4,0 milliards. Enfin, ont été enregistrées, au 2ème trimestre 2019, 498 déclarations de sorties de devises. Les montants déclarés à destination des pays hors UEMOA atteignent d’un total de 32,2 milliards, ont légèrement diminué par rapport aux 35,1 milliards enregistrés au trimestre précédent. La somme des montants déclarés au cours des deux trimestres fait 67,3 milliards de francs CFA.

 De 2015 à fin juin 2019, 1.112,7 milliards de francs CFA sont déclarés sortis du Togo. « L’importance des sorties de billets étrangers, dans un contexte marqué par l’absence d’une application rigoureuse de la réglementation des changes, continue de susciter des inquiétudes au regard des risques élevés de blanchiment de capitaux et de financement du terrorisme attachés aux mouvements transfrontaliers d’espèces et instruments négociables au porteur », constate la CENTIF qui recommande que des mesures vigoureuses soient prises, notamment par les services douaniers, en vue du respect des dispositions relatives à la sortie des devises par les voyageurs, prévues entre autres par le Règlement n°09/2010/CM/UEMOA relatif aux relations financières extérieures des Etats membres de l’UEMOA.

Géraud A. / Liberté Togo

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

85 + = 91