Robert Doussey a menti à Berlanga Martinez


dussey_matinez

Nous sommes le 24 mars 2014 à 9h30, le ministre des affaires étrangères du Togo, Robert Doussey, fait une entrée remarquable dans l’enceinte de l’ambassade de l’UE au Togo, dans un imposant costume sombre renforcé par une chemise et une cravate de couleur cendre.

Aussitôt, il est annoncé au maître des lieux qui l’attendait. Nicolas Berlanga Martinez, le reçoit avec beaucoup de chaleur et d’hospitalité à son bureau pour les premiers échanges avant la conférence de presse.

30 minutes de café et discussions ont permis aux deux hommes de planifier leurs idées et donc d’entamer la conférence de presse devant une quinzaine de journalistes déjà attroupé dans la cour à l’air libre.

L’ambiance était bon enfant et reflétait une certaine complicité et de convergence de points de vue sur le sujet objet de cette conférence.

En réalité, les deux hommes souhaitaient entretenir les médias publics et privés du Togo sur le sommet UE-Afrique qui allait se tenir une semaine plus tard à Bruxelles.

Jusque-là rien d’anormal tout se passait comme sur des roulettes. Berlanga et Doussey ont abondamment parlé des différents sujets qui vont ponctuer ce sommet, ses objectifs et la vision de l’UE pour l’Afrique etc.

C’est alors que le ministre des affaires étrangères du Togo, sans doute séduit par le naturel et la courtoisie affichés par son interlocuteur a cru devoir lui faire des promesses fermes.

1-Que le Président de la République du Togo, Faure Essozimna Gnassingbé allait prendre part en personne à ce sommet de Bruxelles.

2-Que ce dernier allait prononcer un important discours sur la sécurité et la piraterie maritime dans le Golfe de Guinée.

Voilà qui a enchanté martinez ainsi que les journalistes présents à cette conférence. Et tout de suite le relais est fait dans tous les canaux que Robert Doussey a confirmé la participation effective de Faure Gnassingbé au sommet de l’UE qui aura lieu les 2 et 3 avril à Bruxelles.

Le diplomate européen a lui aussi fait son rapport confirmant la participation du Président du Togo au sommet et toutes les dispositions protocolaires ont naturellement été prises pour lui réserver un accueil digne de son rang.

Mais il a suffi d’une semaine, pas plus pour que tout le monde se rende compte que le ministre des affaires étrangères avait pris un risque incroyable. Promettre à un ambassadeur et en présence des médias que Faure Gnassingbé prendrait part à ce sommet, était réellement osé.

Au final, aucune trace du fils d’Eyadema à Bruxelles. Seuls Doussey et ses amis ministres se sont retrouvés dans la capitale belge. Pas même le Premier Ministre (peut-être pour des raisons de santé).

Alors comment Berlanga prendra-t-il Robert Doussey ? Espérons simplement que notre ministre des affaires étrangères a eu la présence d’esprit de présenter ses excuses au diplomate européen pour lui avoir menti.

S’il l’a fait, il devra aussi en faire autant à la presse qui a tout aussi relayé l’information et au peuple togolais pour lui avoir menti.

Faure Gnassingbé n’a donc pas pris part à ce sommet à Bruxelles. Lui qui, il y a encore quelques mois fouinait dans le monde entier à la recherche des sommets et conférences auxquels il pourrait prendre part, a subitement décidé de se faire compter au rang des grands absents des grandes conférences.

C’est aussi de cette manière qu’il s’était absenté au sommet de la CEDEAO tenu à Yamoussokro trois jours seulement avant celui de Bruxelles. Alassane Ouattara qui accueillait ses hôtes n’a rien compris de cette absence de dernière minute de l’héritier d’Eyadema.

Voilà qui suscite des questions et non des moindres. Pourquoi subitement Faure Gnassingbé se terre-t-il à Lomé II et en sa résidence sans vouloir sortir du pays ?

Mais sincèrement le Chef de l’Etat du Togo a un style de caméléon, il opère sa mue tous les mois et essaye de construire tout un mythe autour de sa personne.

Seulement voilà, il y a des signes qui ne trompent pas. Faure Gnassingbé a des soucis et non des moindres. Il est pris en étau entre le piège des réformes et son désir dévorant de s’incruster au pouvoir.

Il est aussi coincé sérieusement par l’épineux dossier Kpatcha Gnassingbé tout comme celui de Pascal Bodjona. Les deux dossiers judiciaires lui hantent vraiment l’esprit.

Comment se sortir d’affaire et pouvoir avoir la tête haute après cette longue merde dans laquelle il s’est plongé ?

L’équation est vraiment difficile à résoudre. Il cogite, s’interroge, médite…il a besoin de l’inspiration et de la lumière divines. Il faut absolument qu’il s’en sorte avant trop tard.

Et donc, absorbé par tous ces incessantes préoccupations qui lui taraudent l’esprit, c’est bien compréhensible qu’il perde à un moment donné, le goût de la vie, l’envie de s’afficher.

S’il était allé au sommet de la CEDEAO ou à celui de Bruxelles, certaines questions embarrassantes lui seraient posées en aparté par ses amis et collègues chefs d’Etat et il n’aurait pas de réponses claires à leur donner. Il le sait d’avance par simple bon sens.

Alors, la solution est simple il reste chez lui, en attendant que l’ange de l’inspiration ne se manifeste ou que la providence lui ouvre les portes de la chance pour trouver une issue honorable à tous ces problèmes qui l’assaillent de partout.

Que l’ensemble du peuple togolais prie donc pour son cher Président afin que ce dernier soit illuminé ne serait-ce qu’une fois, sur ces sujets de portée nationale.

 
togoinfos
 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Welcome Back!

Login to your account below

Retrieve your password

Please enter your username or email address to reset your password.

Aller à la barre d’outils