Sale temps pour l’armée togolaise

0
1907

Depuis quelques mois, les Forces armées togolaises (Fat) sont bien au cœur de l’actualité nationale.  Entre supputations, similitudes, scandales et hypothèses, le mystère reste tout entier. Et on en n’a pas fini…

Les FAT et l’année 2020

L’année 2020 se fait toute particulière pour l’armée togolaise. Et pour cause, les derniers développements de l’actualité qui lèvent le voile sur une situation bien moins confortable que traverse depuis quelques mois la grande maison au Général Félix Abalo Kadagan, Chef d’Etat-Major des Forces armées togolaises (Fat).

En effet, tout a commencé au petit matin du lundi 4 mai 2020 par l’assassinat du Colonel Bitala Madjoulba. Une situation invraisemblable au regard du rang social de la victime, Chef corps du Bataillon d’intervention rapide (Bir). L’assassinat de cet officier supérieur, vu les conditions obscures qui l’entourent, laissent tous les Togolais perplexes et pantois. Mais quatre mois après, l’émoi et la vague d’indignations suscitées à divers niveaux de la société couplées aux actions multiformes entreprises n’ont, pour l’heure, permis d’élucider la situation.

L’on en était là quand l’opinion apprend l’accident mortel du cortège d’une mission des FAT de retour du Nord du pays. Quelques jours seulement après, ce sera le tour du Colonel Bataba Gandah Soklema de périr dans un autre mystérieux accident, début juillet. Comme cela ne suffisait pas, survient, ces derniers jours, une curieuse affaire de désertion d’un gendarme à Kara. Il s’agit de l’Adjudant Fare Djawé qui, à en croire ses parents, est porté disparu sans nouvelle aucune de lui. Ceci, alors qu’il s’est rendu au poste. L’affaire fait grand bruit au point de provoquer une sortie officielle de la gendarmerie nationale. « Contrairement à ce qui circule sur les réseaux sociaux, l’Adjudant FARE Djawé de la Brigade des recherches de gendarmerie à Kara n’est pas porté disparu», explique, sur son compte twitter, le corps dirigé par le Colonel Yotroféï Massina. Et de préciser qu’ «il s’agit d’une désertion des rangs après avoir abandonné sa tenue de travail ». On aurait cru que le débat était clos là quand la semaine dernière, la famille du gendarme est monté au créneau pour rejeter la thèse de désertion.  «Il n’a donné aucun signe de vie jusqu’ici. S’il s’est avéré qu’il a vraiment déserté les rangs, il aurait donné ne serait-ce qu’un signe à sa femme et ses enfants. Nous réclamons donc la vérité» s’est indigné entre autre, un membre de la famille sur les ondes d’une radio de la place.

Saison grise

Mais avant, des éléments des Fat ont été également auteurs de plusieurs cas de bavures et autres formes de violations des droits humains commises pendant le couvre-feu Covid-19. En témoigne le dernier rapport de la Commission nationale des droits de l’homme (Cndh) qui confirme l’implication des éléments des Fat dans des  cas de meurtres. Des dérives et inconduites qui ont coûté la vie à des togolais. Les exemples sont légions. Quant aux conditions dans lesquelles ont survenus les faits, elles font froid dans le dos.

Dès lors, émergent au sein de l’opinion, l’hypothèse d’un malaise profond auquel est confrontée la grande muette au point que depuis 4 mois elle  s’invite toujours d’une manière ou d’une autre dans l’actualité.

Malheureusement, les suspicions d’un malaise apparent se renforcent de plus belle par d’autres détails non moins négligeables comme l’implication d’une fille d’un Haut gradé de l’armée, dans l’affaire de traficotage des résultats du Covid 19 telle que révélée, il y a quelques jours, par la coordination nationale de riposte. En effet, à en croire des indiscrétions révélées en début de semaine par le confrère indépendant express, il s’agit d’une fille du Chef d’Etat-Major Adjoint qui, par des subterfuges, a agi, en faveur de traficotage des résultats Covid-19 de son copain libanais préalablement testé positif. Une sulfureuse affaire qui implique un infirmier, un laborantin et un autre complice tous déférés depuis lundi à la prison civile de Lomé. Ceci, après une garde à vue au Commissariat d’Agoenyivé. Pendant que l’instigatrice est restée libre comme le vent. La confirmation, encore une fois, de l’injustice et de la politique de deux poids deux mesures qui caractérisent à bien d’égard, la gouvernance de Faure Gnassingbé.

Plus loin encore, se susurrent, toujours selon le confrère, des rumeurs de bruits de botte qui résonneraient actuellement au Palais de la Présidence. Ceci, dans un contexte où la question de l’ethnicisation de l’armée et par-delà la machine étatique que soulèvent certains activistes de la diaspora fait débat sur les réseaux sociaux.

Une malédiction de Kpodzro?

Au regard de tout ce qui précède, il est à se demander si les FAT ne sont-elles réellement confrontées à une tour de Babel qui ne dit pas son nom. Ceci, lorsqu’on se souvient qu’au lendemain de la présidentielle du 22 février 2020, l’archevêque émérite de Lomé, Mgr Philippe Fanoko Kpodzro a déclaré que l’actuel mandat serait une sorte de patate chaude dans la main de Faure Gnassingbé qui aura toutes les difficultés à gouverner. Et ce, aussi longtemps qu’il garderait le décret de Dieu qu’il a «volé». Il se trouve que le pouvoir de Lomé qui n’a de solidité que son armée a également tout le mal à mettre un gouvernement 6 mois après la prestation de serment de son «champion».   Doit-on finalement envisager l’hypothèse d’une sorte de malédiction du prélat qui s’abat sur l’armée togolaise qui a toujours constitué le socle et la muraille protectrice du régime cinquantenaire de Lomé qui se perpétue du père au fils au Togo ou s’agit-il de fortes coïncidences de simples faits ordinaires? Est-il que le mystère reste tout entier. Mais les similitudes parlent tout de même d’eux.

source : FRATERNITE

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

12 − = 4