Scandales financiers dans le dossier pétrolier et Novissi

0
1149
Emmanuel Sogadji
Emmanuel Sogadji

La LCT appelle le Procureur de la République et la HAPLUCIA à s’auto-saisir

La Ligue des Consommateurs du Togo (LCT) invite le Procureur de la République et le président de la Haute autorité de lutte contre la corruption à se saisir des dossiers de scandales financiers relatifs à la commande du carburant et à la gestion du programme Novissi.

Depuis la multiplication des articles de presse sur les scandales financiers révélés ces dernières semaines, les institutions ayant compétence pour se prononcer et se saisir du dossier se sont murées dans un mutisme qu’il ne sied pas de qualifier. Un silence qui favorise la corruption qui prend de l’ampleur dans les milieux où le terrain lui est propice. Aussi longtemps que les cas antérieurs de corruption bénéficieront du silence de ceux investis pour combattre le phénomène, toutes les portes resteront ouvertes à la corruption. Ce qui semble le cas dans un pays comme le Togo où les auteurs de crimes économiques bénéficient de l’impunité la plus totale.

En effet, depuis les révélations de scandales financiers dans le secteur pétrolier et le programme Novissi, l’opinion attend en vain des réactions de la part du Procureur de la République et du président de la Haute autorité de prévention et de lutte contre la corruption et les infractions assimilées (HAPLUCIA). Dans une lettre ouverte adressée à ces deux personnalités, la Ligue des consommateurs du Togo (LCT) dénonce des scandales qui ne doivent pas les laisser indifférents.

Dans sa saisine du président de la HAPLUCIA, la LCT souligne qu’une enquête sérieuse doit être diligentée afin de situer l’opinion nationale sur l’orthodoxie de la gestion des fonds alloués au programme Novissi et sur le dossier pétrolier. « Le gouvernement togolais s’est engagé à assurer la transparence dans la gestion de la chose publique. Ce qui l’a amené à créer votre institution par la loi n°2015-006 du 28 juillet 2015. Etant investi, entre autres, de la mission de « prévention des actes de corruption par des activités de sensibilisation, d’information, d’éducation et de vulgarisation de textes ainsi que la promotion d’un système de gouvernance qui prévient les conflits d’intérêts et l’enrichissement illicite », il est plus qu’impérieux que votre organisme se saisisse de ce scandale qui révèle encore une fois la corruption et les détournements de deniers publics », écrit la LCT.

Si le Procureur de la République ne se prononce pas, ce n’est pas parce qu’il ne dispose pas des prérogatives l’autorisant à agir. Pour la LCT, la force judiciaire qu’incarne le Procureur de la République l’oblige à se saisir de ces deux affaires pour situer le peuple togolais au nom duquel il siège. « Le ministère public doit éclairer les citoyens. Ils veulent, au moins pour une fois, en savoir sur la véracité de ces informations qui s’analysent en de véritables crimes et scandales financiers, avec de réelles et fâcheuses conséquences sur l’économie du Togo, et la loi vous y oblige », martèle le président de la LCT, Emmanuel Sogadji.

Pour conforter sa demande de saisine, la LCT cite les articles 11, 13, 15, 31, 32 et 34 de la Loi 83-1 du 2 mars 1983 instituant Code de procédure pénale en République du Togo. Aux termes de ces articles, écrit l’organisation de défense des droits des consommateurs, le Procureur de la République apleine compétence et pouvoir pour mettre en mouvement toute action tendant à rechercher les preuves et les auteurs d’une infraction à la loi pénale, notamment les vols, les détournements et les crimes économiques. « C’est pourquoi la LCT vous prie, et comme l’exige votre mission d’ailleurs, de bien vouloir ouvrir une information judiciaire sérieuse en vue de situer les responsabilités dans ces affaires. L’indépendance et la crédibilité de la responsabilité que vous incarnez, ainsi que celles de la justice en dépendent », avertit la LCT.

« Nous ne doutons aucun instant du niveau élevé de votre courage et volonté à lutter contre la corruption », conclut-elle en assurant le Procureur de la République et le président de la HAPLUCIA de son soutien et de sa constante disponibilité. Un appel qui ne doit pas être ignoré, vu la gravité des faits révélés.

G.A. / Liberté Togo

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

+ 73 = 83