Scission au CAR : Congrès constitutif du parti de Me apévon les 25 et 26 novembre prochain


apevon_500x400


© togoactualite – Tant de liens séculaires ont été rompus au Togo sur des considérations politiques. Ainsi après la rupture retentissante entre Gilchrist le leader de l’Union des forces du changement (UFC) et Jean-Pierre Fabre considéré comme le fils adoptif de ce dernier, c’est le tour des avocats Agboyibo et Apevon de prendre les distances l’un de l’autre par la faute de la politique mettant ainsi un terme à une amitié vieille de plusieurs décennies.
 
Après la rupture consommée entre les deux protagonistes de la crise au Comité d’action pour le renouveau ( CAR). Rupture qui a conduit à la réunion des présidents des fédérations le 22 Octobre dernier. Réunion qui a fait la démonstration de la prise des instances du parti par le camp de Me Agboyibo, suivi quelques jours plus tard du retour triomphal de Me Apevon. Retour au cours de laquelle ce dernier déclarait « Ne soyez pas surpris demain, si vous apprenez que nous lançons un nouveau parti politique ». Il était donc clair que la situation était à un non retour malgré les appels lancés sur les bouts des lèvres par le président du Comité intérimaire de gestion du parti M. Nador Awuku.
 
Et bien, Me Apevon et ses amis viennent de franchir le Rubicon en décidant de construire leur propre « hutte ». Cette nouvelle formation politique, la 104ème pour ce petit Togo sera lancé à l’issue d’un congrès constitutif qui se tiendra les 25 et 26 novembre prochain.
 
Mais la question qu’on se pose est de savoir une nouvelle formation politique sur l’échiquier togolais pourquoi faire ? N’y a-t-il pas une formation politique qui pourra porter les idéaux du camp de Me Apévon au point qu’il faille qu’il crée aussi sa formation ? Que proposera ce nouveau parti que les 103 autres existants n’ont pas pu ?
Autant d’interrogation qui démontrent que le combat politique au Togo ne va nullement pas dans l’intérêt des populations togolaises et qu’il appartient à ces dernières comme en 1990 de prendre le devant de la lutte pour se débarrasser de ses amuseurs publics en vue de l’instauration d’une démocratie véritable qui garantira les mêmes chances à tous.
 
lomévi (www.togoactualite.com)