Sommet de Lomé : La CDPA refuse « d’accompagner » le gouvernement

La Convention Démocratique des Peuples Africains (CDPA, opposition) n’accompagnera pas le gouvernement dans l’organisation du sommet extraordinaire de l’Union africaine sur la sécurité et la sûreté maritime, prévu du 10 au 15 octobre, indique ce parti dans un communiqué.

 
Brigitte_Adjamagbo_johnson-500

« La CDPA ne saurait accompagner le gouvernement dans cette entreprise, surtout que celui-ci s’est remis depuis 2007 à s’endetter au point où l’encours de notre dette publique est évalué en décembre 2015 à 1385 milliards de francs cfa », souligne la CDPA dans ce communiqué signé de sa secrétaire générale Mme Brigitte Adjamagbo-Johnson.

 

La CDPA, poursuit le texte, « ne voit pas les togolaises et togolais assoiffés de réformes scellant l’entrée de notre pays dans une ère véritablement démocratique, noyés pour une large part dans une pauvreté incommensurable les conduisant à se nourrir et se soigner difficilement, accueillir dans la sérénité et la joie des invités qui viendront, certes prendre des décisions sur les questions de sécurité, mais les priveront aussi de ressources qui pourraient servir à trouver une réponse à leurs besoins sociaux et économiques de base ».

 

Les responsables de ce parti politique avaient été reçus vendredi par le ministre de l’administration territoriale, de la décentralisation et des collectivités locales, rencontre au cours de laquelle ce dernier, a sollicité le soutien de la CDPA pour la « réussite » de ce sommet.

 

« Lors de cette consultation tardive, qui en réalité est une menace voilée à l’endroit de quiconque entreprendrait une action en dehors de celles prévues par le gouvernement, les arguments développés par le ministre n’ont nullement convaincu la CDPA », affirme la CDPA.

 

Précisons que c’est la première fois que les chefs d’Etat et de gouvernement des 54 pays de l’Union africaine se réuniront sur une thématique si importante : la sécurité et la sûreté maritime.

 

Plus de 3.000 invités sont donc attendus dans la capitale togolaise pour ce grand rendez-vous qui a pour objectif de définir une stratégie commune de lutte contre l’insécurité maritime en Afrique et promouvoir l’économie bleue marine. Principal enjeu de ce sommet : l’adoption de la charte de Lomé. FIN

 

Junior AUREL

 
source : savoir news