Sommet Etats-Unis/Afrique : Faure Gnassingbé plaide pour la mise en place d’outils répressifs « efficaces » contre le trafic des espèces sauvages


faure_usa_afrique_2014

A Washington aux Etats-Unis lundi dernier lors du débat de haut niveau sur le trafic des espèces sauvages, le chef de l’Etat, Faure Gnassingbé a insisté sur le renforcement par les Etats, des outils de répression du trafic illicite des espèces sauvages, indique un communiqué de la Direction de l’Information et de la Communication de la Présidence de la République parvenu à l’Agence de presse Afreepress.

Seule la mise en place des mécanismes « plus efficaces » pour sanctionner ceux qui se livrent à ce trafic, et le développement d’une meilleure stratégie de lutte, adaptée à la situation de chaque pays, voilà ce qui peut décourager ce trafic, a insisté Faure Gnassingbé.

Présidant aux destinées d’un pays qui est à l’avant-garde de la lutte contre ce trafic en Afrique, le chef de l’Etat togolais n’a pas manqué de rappeler à ses pairs que les trafiquants exploitent désormais les efforts des pays africains pour promouvoir le commerce à travers la libre circulation des personnes et des biens.

« Une fois qu’ils sont en possession de leurs produits, les trafiquants cherchent des issues. Nous avons allégé certaines barrières pour faciliter la circulation des biens et des services et les trafiquants en profitent pour faire passer leurs marchandises », a-t-il regretté.

Comme solution à cette situation « alarmante », le chef de la délégation togolaise à Washington propose « le renforcement de la  formation du corps judiciaire afin de le doter des outils et de la capacité « requise » pour sanctionner sévèrement les trafiquants, ainsi que le développement de la coopération internationale dans ce domaine entre les Etats ».

Toutefois, Faure Gnassingbé a tenu à précisé que la coopération internationale dont il est question, ne doit pas « nécessairement » être à l’échelle régionale. Elle peut se limiter, a-t-il poursuivi, à quelques pays, dans un cadre bilatéral ou tripartite pour donner à cette lutte plus d’efficacité.

Le Togo pour sa part a multiplié depuis quelques mois, les mesures pour la détection et le démantèlement des réseaux de trafiquants d’espèces sauvages. En témoigne la récente saisie d’ivoire de près de 4 tonnes par les autorités compétentes du pays.

Le sommet convoqué par le président américain Barack Obama continue ce mardi et prend fin mercredi.

Gaël N.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Welcome Back!

Login to your account below

Retrieve your password

Please enter your username or email address to reset your password.

Aller à la barre d’outils