Sortie des Évêques et Pasteurs/Réformes : Une « lumière venue des Eglises » pour Jean Kissi « hautement soulagé »

0
463

kissi


Jean Kissi, secrétaire national du Comité d’Action pour le Renouveau (CAR) et secrétaire exécutif de la Coalition Arc-en-ciel a qualifié ce lundi de « lumière », la récente sortie des Évêques et Pasteurs, et s’est dit « soulagé », la question des réformes politiques étant « aujourd’hui, le seul problème des togolais ».
 
La Conférence des Évêques, le Bureau Exécutif de l’Eglise Évangélique Presbytérienne et le Comité Exécutif de l’Eglise Méthodiste du Togo ont appelé mercredi dernier, l’ensemble des acteurs politiques à tout mettre en œuvre, afin que la loi portant réformes politiques, soit réexaminée et adoptée par le Parlement.
Ce texte — introduit par le gouvernement — qui comporte une bonne partie des réformes exigées par l’opposition dont la limitation du mandat présidentiel (5 ans x 2) et le mode de scrutin (2 tours), avait été rejeté le 30 juin dernier par les députés du parti au pouvoir.
 
Dans une déclaration commune, ces hommes d’Eglises, ont déploré « l’absence de confiance et l’intransigeance des uns et des autres ».
 
Ils ont lancé « un appel pressant au Chef de l’Etat, au Premier Ministre et à son Gouvernement, au Président de l’Assemblée Nationale, à tous les députés et à tous les responsables de l’opposition togolaise en faveur d’une nouvelle initiative visant à réexaminer les questions introduites auprès de l’organe législatif de notre Pays en vue d’y trouver une issue plus positive ».
 
Selon Jean Kissi, cette sortie des hommes d’Eglises, « est un bon élément, une lumière venue de l’Eglise : pour nous et pour le pouvoir ».
 
« Je suis hautement soulagé par le message des Eglises. Ces hommes de Dieu sont revenus dans leur mission, parce que les Eglises ont été toujours présentes (…) », s’est réjouit M.Kissi, invité sur radio Victoire Fm.
 
A en croire ce dernier, le seul problème des togolais est celui des réformes politiques : « Le problème que nous avons aujourd’hui, n’est pas un problème de candidature unique, puisque nous l’avons déjà expérimenté ».
 
« Nous l’avons fait en 2005. A quoi allons-nous parvenir avec la candidature unique sans les réformes ? C’est du faux », a-t-il affirmé.
 
« On veut diaboliser tous ceux qui ne veulent pas se mettre dans la dynamique de la candidature unique (…) Si les populations doivent se mobiliser aujourd’hui pour quelque chose : c’est pour les réformes. Et il faut que la classe politique se lève pour obtenir les réformes », a-t-il ajouté.
 
Dans une interview à Republicoftogo, le président de la Cour constitutionnelle, a sifflé la fin de ces réformes : « La page des réformes est tournée depuis le 30 juin à la suite du rejet par l’Assemblée Nationale du projet de loi sur ces réformes. Les députés sont des élus du peuple, ils ont décidé en toute souveraineté ».
 
« Tous les citoyens doivent se plier à ce choix opéré par les élus du peuple. La classe politique doit plutôt s’atteler aujourd’hui à une organisation apaisée de l’élection présidentielle de 2015 », a précisé Aboudou Assouma. FIN
 
Edem Etonam EKUE
 
Savoir News
 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

+ 44 = 45