Statut de Chef de file de l’opposition : Une trouvaille des dictateurs pour apprivoiser les opposants / Un piège à cons, une diversion pour noyer les réformes ?


fabre_faure


La scène politique plongée dans une accalmie connaît une effervescence particulière depuis le début de la semaine, à la faveur d’un décret pris lundi en Conseil des ministres fixant les avantages et privilèges du chef de file de l’opposition.
 
« Le présent décret détermine les avantages et privilèges du chef de file de l’opposition pour la durée de la législature. Il a rang de Président d’institution conformément aux règles de protocole d’Etat et dispose des avantages pécuniaires et matériels. Au titre de ses obligations, le chef de file de l’opposition doit veiller, entre autres, à préserver l’intérêt supérieur de la nation dans le cadre de ses activités et de celle de l’opposition en général, se conformer au devoir citoyen et républicain et participer aux manifestations publiques officielles auxquelles il est invité », lit-on dans le communiqué sanctionnant le Conseil des ministres du 25 janvier tenu à Kara.
 
Il n’en fallait pas plus pour faire sortir de leur coma profond tous les opposants qui, depuis des mois, sont devenus peu bavards sur les sujets majeurs, notamment les locales, les réformes politiques, les mouvements sur le plan social, etc.
 
Une diversion pour noyer les réformes
 
En prenant ce décret au Conseil des ministres alors que les Togolais espéraient une réponse au courrier de Jean-Pierre Fabre, Faure Gnassingbé ne cherchait qu’à faire ressurgir les vielles querelles de chapelle au sein de l’opposition. Une diversion qui aura le mérite d’occuper ces derniers et de les éloigner des questions majeures, notamment la tenue des élections locales, les réformes institutionnelles et constitutionnelles.
 
Le coup de Faure Gnassingbé a formidablement bien marché, puisque depuis mardi, la guerre des égos, les querelles de chapelle sur fond de dérives langagières ont repris droit de cité. Le MRC, MCD, ADDI, l’OBUTS et le CAR ont déterré la hache de guerre. Leur cible, l’ANC de Jean-Pierre Fabre qui, elle, après avoir dénoncé quelques aspects du décret, semble vouloir s’en accommoder. Ce décret et la polémique qu’elle suscite appellent à une interrogation : sommes-nous en démocratie au Togo ?
 
La réponse est certainement relative. Mais la majorité des Togolais, les observateurs et même des organisations sur le plan international reconnaissent que le Togo est une dictature implacable, régenté par une seule famille de père en fils depuis 50 ans avec des coups d’Etat et coups de force permanents, des violations des droits de l’Homme, des élections frauduleuses, une économie aux mains d’une oligarchie, etc.
 
Dans cet épais brouillard, les quelques éclaircies de liberté obtenues de haute lutte par les populations ne sauraient conférer à ce système un caractère démocratique. D’ailleurs dans un rapport paru l’année dernière, une ONG internationale a classé le Togo au rang de la deuxième dictature au monde derrière la Corée du Nord. Nous serions dans une démocratie normale que la polémique sur le statut du chef de file de l’opposition n’aurait pas existé.
 
Lorsqu’on combat un système comme celui qui régente le Togo, a –t-on besoin que celui qui incarne ce pouvoir installe son principal adversaire dans un fauteuil de chef de file de l’opposition avec des privilèges ?
 
Au-delà des chamailleries et des querelles de chiffonniers qui agitent la classe politique depuis le début de la semaine, le fond du problème est le suivant : peut-on se faire installer dans un fauteuil de chef de file de l’opposition par une dictature et bénéficier des avantages ? En acceptant de rentrer dans cette logique, ne devient-on pas de facto un collaborateur du système que l’on combat ? Ce sont des interrogations qui fusent dans l’opinion, et il faudra que les responsables politiques, du moins ceux qui veulent saisir au bond cette patate chaude de Faure Gnassingbé, donnent quelques éclaircissements.
 
Une trouvaille pour apprivoiser les opposants
 
Nous l’avons rappelé plus haut, être chef de file de l’opposition dans une démocratie normale n’a rien de scandaleux. C’est d’ailleurs la règle du jeu consacrée par les textes. Au Togo lorsque le législateur prévoyait le statut de l’opposition, c’est qu’il s’imaginait que le pays devrait basculer dans une démocratie normale. Tel n’est malheureusement pas le cas à ce jour où la totalité du pouvoir politique, économique, judiciaire se trouve dans les mains d’un seul individu. Dans ce contexte, la polémique a toute sa raison d’être avec la signature de ce décret de Faure Gnassingbé qui, visiblement, veut faire de son principal adversaire de l’opposition un boy-scout de son régime.
 
La réaction au sein de l’opposition face à ce décret devrait être un rejet catégorique, parce que l’acte en lui-même est un piège, au-delà une invite à la compromission. Ce concept de chef de file de l’opposition adapté à des régimes totalement démocratiques fait depuis l’objet de récupération des dictatures pour affaiblir leurs adversaires de l’opposition. C’est Blaise Compaoré qui s’en est servi pour affaiblir ses opposants (Benewendé Sankara, ensuite Zéphyrin Diabré ). Il a alors donné les mêmes conseils à Faure Gnassingbé pour caser Gilchrist Olympio, l’opposant préhistorique. Mais aux législatives de 2013, l’UFC (Union des forces de changement) s’est effondré et le manteau de chef de file de l’opposition dont Gilchrist Olympio devait se parer a pris un coup. Faure n’a donc plus trouvé l’utilité de signer ce décret. S’il s’est alors résolu à le faire en ce moment-ci, ce n’est pas forcement pour le bien de l’opposition, et particulièrement de l’ANC qui se trouve être le parti majoritaire aujourd’hui.
 
Il va sans dire que le locataire de Lomé 2, dans un calcul politique dont lui seul a le secret, est dans une logique d’apprivoiser l’opposition et de l’anéantir totalement. Il faut donc rejeter cette loi et demander à Faure Gnassingbé d’opérer des réformes plutôt que de divertir l’opinion. Les Togolais doivent se résoudre un jour à ré 
Source : [29/01/2016] Ferdi-Nando, L’ALTERNATIVE – N°493
 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *