Stratégie du pouvoir : Pousser les entités du CST au boycott des législatives et des locales

cst-manifDerrière les flammes qui consument les marchés et la vague d’arrestations qui touchent les leaders de l’opposition et leurs militants, se déroule tranquillement une stratégie visant à pousser l’opposition, du moins les entités du CST à boycotter les législatives et surtout les locales.
Selon une source proche du pouvoir qui a requis l’anonymat, une récente enquête menée par le pouvoir a révélé que le RPT/UNIR perdrait la plupart des grandes villes du Togo au profit de l’opposition aux prochaines locales.
Cette perspective inquiète sérieusement les tenants du pouvoir en ce qu’elle permettra à l’opposition de contrôler le fichier électoral stocké dans les mairies avant la présidentielle de 2015. Du coup, le refus obstiné des reformes constitutionnelles et institutionnelles, la terreur avec les arrestations qui s’abattent actuellement sur les responsables de l’opposition, notamment les entités du CST ne visent qu’un seul objectif : pousser ces derniers au boycott à défaut de les désorganiser avant les échéances.
Les partenaires au développement font désormais de l’organisation de ces élections une condition pour le financement de certains projets qui touchent directement la base. Cette pression s’ajoute à celle de certaines organisations de la société civile dont le GRAD qui s’activent à travers divers plaidoyers, pour que l’organisation des locales soit une réalité cette année. Il revient donc aux responsables politiques de l’opposition de bien analyser la situation actuelle pour ne pas tomber dans cette diversion. Ne soyez pas surpris si dans quelques jours la Justice togolaise aux ordres entame une procédure de dissolution de l’OBUTS et de l’ANC. A suivre.
Mensah K.