Succession d’Etienne BAFAI à la tête de la BTCI : la nomination de Mme JOHNSON irrégulière.

Etienne-Bafaï

La succession du banquier Etienne BAFAÏ à la tête de la BTCI (Banque Togolaise pour le Commerce et l’Industrie) connaît quelques couacs. Malgré le décret pris depuis le 08 avril dernier par le gouvernement nommant Mme Edo JOHNSON comme administrateur provisoire en remplacement de l’ancien collaborateur d’Ignace CLOMEGAH, patron d’AAC (Afrique Audit Consulting), la passation n’a toujours pas eu lieu. Et pour cause ! La Commission Bancaire a retoqué cette nomination en la jugeant irrégulière.

En effet, créée par une convention signée par les Ministres des Finances des Etats membres de l’UMOA (Union Monétaire Ouest Africain) le 24 avril 1990 à Ouagadougou (Burkina-Faso) la Commission Bancaire a pour but de contribuer à assurer une surveillance uniforme et plus efficace de l’activité bancaire et une intégration de l’espace bancaire dans l’UMOA. Elle procède ainsi de la volonté des Autorités de l’Union de confier le contrôle de l’activité bancaire à une structure communautaire à laquelle ont été dévolus, par les Etats, les pouvoirs nécessaires à l’exercice de ses attributions.

En application de la Réforme Institutionnelle de l’UMOA et de la BCEAO (Banque Centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest), adoptée par la Conférence des Chefs d’Etat et de Gouvernement de l’union le 20 janvier 2007, une nouvelle Convention régissant la Commission Bancaire a été signée par les Ministres des Finances des Etats membres le 6 avril 2007 à Lomé.

Les pouvoirs de la Commission se rapportent notamment à l’agrément et au retrait d’agrément des établissements de crédit, au contrôle des établissements de crédit et des systèmes financiers décentralisés et à la nomination d’administrateur provisoire ou liquidateur d’établissement de crédit. Ainsi, sur ce dernier point, elle doit approuver la procédure et avaliser la nomination. Elle reproche donc au gouvernement de ne pas l’avoir sollicitée, « sans doute dans l’empressement », y relève-t-on.

Le processus est donc repris depuis le début et la Commission devrait, sauf surprise, valider la promotion de Mme Edo JOHNSON, choisie pour « privilégier une solution interne » ; elle qui a fait toute sa carrière à la BTCI où elle est entrée en 1993.

Pour rappel, la Commission Bancaire est composée du Gouverneur de la Banque Centrale, qui en est le Président ; d’un représentant désigné ou nommé par chaque Etat membre de l’UMOA, d’un représentant de l’Etat assurant la garantie de la convertibilité de la monnaie commune et des membres nommés par le Conseil de la Banque Centrale, en raison de leur compétence essentiellement en matière bancaire.

focusinfos