Accueil TOGO ACTUALITÉ POLITIQUE Taama : Il n’y a ni ‘dictateur sanguinaire’ ni ‘jihadiste’ au Togo

Taama : Il n’y a ni ‘dictateur sanguinaire’ ni ‘jihadiste’ au Togo

- Advertisement -


La question de l’assimilation du Parti national panafricain (PNP) de Tikpi Atchadam au jihadisme intéresse tous les acteurs politiques togolais. Le président du Nouvel engagement togolais (NET, opposition), Gerry Komandéga Taama, invité sur la radio Victoire FM ce jeudi, préfère trancher la poire en deux.
Pour lui, autant le PNP, parti membre de la coalition des 14 partis politiques de l’opposition qui draine depuis cinq (5) mois les Togolais dans les rues pour la cause des réformes politiques, n’est pas jihadiste, autant le chef de l’Etat, Faure Gnassingbé, considéré par une partie de l’opposition comme un ‘dictateur sanguinaire’, n’en est pas un.
« Cette manière qui consiste à taxer celui-ci de jihadiste et l’autre de dictateur sanguinaire, procède plus d’une sorte de communication politique. C’est toujours bien en politique de donner un habillage à son adversaire », a-t-il ajouté.
Pour prouver que le parti de Tikpi Atchadam n’est pas jihadiste, l’ancien officier des Forces armées togolaises (FAT) se targue de deux arguments. Parlant des manifestations de rues, le leader du NET estime qu’aucun jihadiste au monde n’aimerait voir sa femme participer à ces genres de manifestations, au risque de la prendre pour une infidèle. L’autre raison, selon celui qui, à un moment donné, a marché aux côtés de ses pairs de la coalition des 14 dans les rues de Lomé pour réclamer les réformes, aucun militant du PNP n’a pas essayé d’amener un autre militant à sa religion. Ce qui, selon lui, est le propre des jihadistes.
A en croire Gerry Taama, l’habillage de ‘dictateur sanguinaire’ qu’on semble donner au chef de l’Etat, Faure Gnassingbé, ne lui convie pas et le régime togolais ne saurait être considéré comme une dictature non plus.
Au Togo, poursuit-il, il y a plutôt une ‘oligarchie’ où une minorité a confisqué le pouvoir et manipule les institutions de la République pour rester au pouvoir.
Pour corroborer cet argument, le candidat malheureux à la présidence d’avril 2015 rappelle qu’au Togo, contrairement à une dictature, les libertés d’opinion, d’expression, de religion sont consacrées et le délit de presse est complètement inexistant.
source : Global actu

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

71 + = 80

LES + LUS

LES LÉGITIMATEURS DU SYSTÈME RPT/UNIR AU TOGO : L’impossible alternance souhaitée par le Peuple sans report des élections !!!

COMMUNIQUÉ CONJOINT DU 19 NOVEMBRE 2019 ADRESSÉ AU PEUPLE TOGOLAIS RESEAU DE LA COORDINATION DE...

Présidentielles 2020 : Le CAR de Me Yaovi AGBOYIBO, l’ANC et la C14 claquent la porte des discussions entre le pouvoir et l’opposition

Me Yawovi Agboyibo. Le Comité d’Action pour le Renouveau (CAR) fait partie des formations politiques ayant claqué la...

Lutte contre l’érosion côtière : Le Togo à la recherche de 44,9 millions $ pour réparer les dégâts

La ville d'Abidjan (capitale de la Côte-dIvoire) abrite depuis lundi 18 novembre 2019, une rencontre internationale organisée...

Présidentielle 2020 : Rencontre pouvoir/opposition mardi ?

Le gouvernement aurait prévu rencontrer des délégations de l’opposition mardi à Lomé, dans le cadre de la...

Présidentielle 2020 : Togo Debout dans les rues pour dénoncer le processus unilatéral du régime RPT-UNIR

DECLARATION LIMINAIRE Peuple Togolais ! Peuple de jeunes qui rêvent d’un Togo de...