« Les tarifs téléphoniques restent encore très élevés au Togo » – Cina Lawson


Les rapports du FMI et de la Banque Mondiale le disent et le gouvernement lui-même le reconnaît, dans un monde en pleine mutation technologique, le Togo est le seul pays dans la sous-région où les tarifs des produits et services de télécommunications demeurent extrêmement élevés.
Cina Lawson et ses stupidités « togocelliques » | Caricature : Donisen Donald / Liberté
Cina Lawson en grande « Manager » de la chose téléphonique au Togo | Caricature : Donisen Donald / Liberté
 
« Les tarifs téléphoniques restent encore très élevés au Togo » – Cina Lawson
 
Cina Lawson en grande « Manager » de la chose téléphonique au Togo | Caricature : Donisen Donald / Liberté
Cina Lawson en grande « Manager » de la chose téléphonique au Togo | Caricature : Donisen Donald / Liberté


Fort de ce constat, le gouvernement avait annoncé à maintes reprises l’octroi d’une 3è licence pour doper le mobile, créer une nouvelle dynamique concurrentielle et relever le niveau des investissements dans les infrastructures de téléphonie mobile. L’arrivée d’un troisième opérateur et l’augmentation de l’utilisation des services mobiles devraient en effet entraîner la baisse des prix, grâce à la pression réglementaire.
 
Mais le gouvernement n’a jamais traduit ses promesses dans les faits. Résultante, le marché de la téléphonie mobile est dominé par la société étatique Togocellulaire ou Togocel qui opère en situation de monopole et Moov (Groupe Etisalat) qui est limité à un rôle figuratif. Faute de concurrence, les communications demeurent un produit de luxe au Togo alors que c’est le phénomène contraire qu’on observe dans les autres pays.
 
Depuis le 17 mai, la société de téléphonie mobile « Togocellulaire » qui se présente comme le leader de la téléphonie mobile au Togo, a annoncé la baisse de ses tarifs. De plus, les abonnés peuvent ainsi communiquer à un tarif unique vers tous les réseaux. Dorénavant le coût de « Libertis Jeune » est de 85F la minute, Libertis Classique (80F), Libertis Privilège (65F) et Libertis Leader (60F). En tout cas, on n’y voit pas de grand changement. Le coût demeure extrêmement élevé pour l’écrasante majorité des Togolais dont le pouvoir d’achat ne cesse de se dégrader.
 
Le SMS vers le réseau Togocel passe désormais de 20 à 30 F. Même montant vers les deux autres réseaux (Moov et le filaire fixe Togotélécom) contre 50F précédemment. Bref ce que Togocel donne par la main droite, elle le reprend par la main gauche. Comme le dit Lavoisier, « rien ne se crée, rien ne se perd, tout se transforme ».
 
La situation de monopole de Togoce lui pelrmet de fixer les prix de ses produits dans le but de maximiser sans tenir compte de l’intérêt des consommateurs togolais. Le consommateur a toujours ressenti les modifications de tarifs de Togocellulaire comme une provocation, car elles se traduisent généralement par une hausse de tarifs. La stratégie commerciale de l’entreprise en vue de l’augmentation des recettes et d’une maximisation des bénéfices est plutôt basée sur une hausse des prix comme la pratique à juste titre Togocel, une société qui pense avant tout à ses intérêts.
 
Mais ce qui est frustrant, c’est que les services et autres produits qu’offre cette société sont défaillants. Des services qui lui rapportent des fortunes, mais est le consommateur n’en profite jamais. Le réseau constamment saturé et il est parfois impossible d’émettre ou de recevoir des appels. La connexion Internet du réseau est de qualité défectueuse. Le comble, c’est que le service d’achats de forfaits Internet ne fonctionne pas, mais on continue de prélever des sous aux consommateurs.
 
Malgré toutes ces anomalies, l’Etat ne veut pas ouvrir le marché des télécoms à d’autres opérateurs mobiles afin de faire baisser les prix des communications téléphoniques et accroître la qualité du service offert aux consommateurs.
 
Source : Médard Amétépé, Liberté
 




 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Welcome Back!

Login to your account below

Retrieve your password

Please enter your username or email address to reset your password.

Aller à la barre d’outils