Accueil TOGO ACTUALITÉ POLITIQUE « Terrorisme politique » : Reckya Madougou en double SIM Pour au...

« Terrorisme politique » : Reckya Madougou en double SIM Pour au Togo, contre au Bénin

- Advertisement -
Reckya Madougou
Reckya Madougou

Collaboratrice de premier plan du « champion » du régime « démocraticide » et liberticide du Togo, opposante farouche dans son pays le Bénin qui se « togolise » de plus en plus. Reckya Madougou, la conseillère spéciale de Faure Gnassingbé avec rang de ministre, n’est guère gênée dans cette posture contradictoire. Illustration en date, sa sortie sur ce qu’elle appelle « terrorisme politique » de Patrice Talon. Mais à côté au Togo, elle est partisane à 1000 % de ce fléau…

Résolument contre le « terrorisme politique » de Talon…

Le Bénin célébrait le jeudi 1er août dernier le 59e anniversaire de son accession à la souveraineté nationale et internationale. Occasion pour les filles et fils de repenser à la situation politique du pays qui, il faut l’avouer, tangue depuis quelque temps, mais aussi se projeter sur son devenir. Les acteurs politiques et l’élite se sont une fois de plus prononcés, qui pour rappeler la crise politique, qui pour appeler le peuple béninois à la poursuite de la lutte pour restaurer les acquis démocratiques arrachés de haute lutte et l’image de modèle démocratique du Bénin dans la région ouest-africaine et même sur le continent africain dans son ensemble. Et parmi eux, l’ancienne Garde des Sceaux et ministre de la Microfinance sous Boni Yayi.

« Terrorisme politique », c’est ainsi que Reckya Madougou qualifie la politique menée par Patrice Talon et sa  gestion en général du pays. Le concept est bien nouveau et ne doit pas dire grand-chose au commun des lecteurs. Mais ce groupe de mots exprime tout simplement la « talonnade » démocratique ou le forcing permanent fait par l’actuel Président béninois consistant à imposer ses desseins « démocraticides », écarter l’opposition des grandes joutes électorales, aller à l’encontre des aspirations du peuple et mater la contestation pour imposer ses desiderata. « Nulle part au monde le terrorisme politique n’a triomphé de la détermination des uns et des autres contre l’intimidation et l’arbitraire», a-t-elle relevé, s’adressant à ses compatriotes sur Facebook à cette occasion. Face à la situation, et comme un coup de boost à la lutte pour la reconquête de la souveraineté du peuple, Reckya Madougou a exhorté les fils et filles du Bénin  « à ne jamais oublier le prix » qu’ils ont payé pour la conquête de leurs droits. «Continuons à marquer notre attachement à l’ordre politique établi depuis l’avènement de la démocratie » a-t-elle poursuivi.

Fidèle à sa réputation, l’ancienne ministre sous Boni Yayi a encore profité de l’occasion pour égratigner Patrice Talon, lui faire la morale…L’exercice du pouvoir, fait-elle observer, doit être « assujetti au consentement du citoyen béninois quels que soient  son rang social et son appartenance politique ». Elle fustige une fois de plus la gouvernance faite du pays par Patrice Talon qui n’en fait qu’à sa tête, marche sur les aspirations profondes ou réclamations légitimes du peuple dont il est censé respecter et satisfaire les désirs. Illustration palpable, Talon n’a pas hésité à exclure l’opposition des dernières législatives du 28 avril dernier et tenir ce scrutin malgré la contestation populaire et les revendications légitimes des populations. Il les a même fait réprimer dans le sang…

…Pour celui de Faure Gnassingbé au Togo

La sortie de Reckya Madougou est légitime à plus d’un titre car le Bénin, ce pays admiré par tous et jusque-là modèle démocratique, est en train de se « togoliser » à une vitesse vertigineuse. La conséquence du scrutin organisé sur fond d’exclusion de l’opposition, c’est la mise en place d’une Assemblée nationale constituée seulement des députés pro Talon. Exactement comme au Togo lors des législatives du 20 décembre 2018 dont tout a été fait pour écarter l’opposition. Avec un Parlement acquis à sa cause, Patrice Talon s’est octroyé les moyens de disposer du pouvoir comme il veut. A cette allure, on ne serait pas étonné qu’il en vienne à tripatouiller la Constitution pour s’accrocher au pouvoir.

Le Bénin prend résolument un virage dangereux qui le tire vers le bas. Mais le « terrorisme politique » que dénonce Reckya Madougou, Patrice Talon l’a importé du…Togo. Il acopié les habitudes du régime cinquantenaire de Lomé que sert « Reckya la démocrate au Bénin ». Talon a été spécialement à l’école de Faure Gnassingbé dont elle est conseillère spéciale. Recrutée au départ (en 2015) pour donner des conseils sur la microfinance, étant spécialiste en la matière, elle est devenue conseillère sur des questions politiques et tout, chargée de la communication présidentielle ou de l’enjolivement de l’image du « Prince » dans certains cas. Reckya Madougou est l’une des voix les plus écoutées, sinon LA voix la plus écoutée aujourd’hui par Faure Gnassingbé et supplante même la « 2 X 5 ». Le terrorisme politique qu’elle reproche à Talon, elle l’a malheureusement cautionné et continue de le faire au Togo.

Alors que le peuple togolais s’était levé en août 2017 pour réclamer l’alternance à la tête du pays, à travers des manifestations pacifiques, c’est la répression qui lui a été réservée. Et le bilan est assez lourd : une trentaine de morts. Tous ceux qui se sont illustrés comme partisans de la contestation ont payé d’une manière ou d’une autre cette audace (sic). Tikpi Atchadam a dû prendre la clé des champs. Les acteurs de la société civile, à l’instar du Président du Réseau des jeunes africains pour la démocratie et le développement (REJADD) Assiba Johnson, des membres du Mouvement Nubueke dont Joseph Eza, Mensenth Kokodoko et autres ont été arrêtés et mis au gnouf durant près de deux ans…Voilà l’illustration palpable du « terrorisme politique ». Et malheureusement, c’est en ce moment que Reckya Madougou a fait parler ses compétences (sic).

En effet, la conseillère spéciale de Faure Gnassingbé avait été chargée d’organiser la controffensive médiatique, à un moment où la presse internationale était acquise à la cause du peuple et relayait les manifestations dans les détails. C’est ainsi qu’elle mit en place un réseau de web activistes béninois dont la mission était d’intoxiquer l’opinion internationale, à coups de mensonges…Elle s’est investie corps et âme pour sauver le régime par excellence de « terrorisme politique » et continue d’ailleurs de le servir, et du coup entraver la lutte du peuple togolais contre l’arbitraire et pour l’alternance. Et c’est la même qui vient se plaindre que Patrice Talon copie ces vertus (sic) à son patron et les applique parfaitement au Bénin.

« Le mal qu’elle s’emploie volontiers à faire au peuple togolais, elle va le payer au Bénin. C’est la loi de la nature, ne fais pas à autrui ce que tu n’aimerais pas qu’on te fasse…Même si ce sera aux dépens de la démocratie au Bénin que nous admirons tous, rien que pour la voir souffrir, je prie que Talon fonce… », confie un Togolais, sur fond de cynisme. Des propos qui se justifient tout de même face à la double casquette de Reckya Madougou, au mal qu’elle fait au peuple togolais. Certains parlent légitimement de « Reckya double SIM », d’autres des « Deux visages de Reckya ». Elle a le don de se dupliquer et de défendre ici le vice, et ailleurs la vertu. Et c’est intéressant de savoir que cette posture gêne aussi au Bénin. «Ca fait vraiment rire qu’un individu qui sert le régime togolais vienne nous donner des leçons », assène un internaute béninois suite à sa sortie parlant de « terrorisme politique » de Patrice Talon…

Tino Kossi

source : Liberté

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

1 + 5 =

LES + LUS

Prof. Apédo-Amah dézingue le pouvoir et chiffonne l’opposition

Professeur de Lettres des universités du Togo, dramaturge, ancien Secrétaire général de la Ligue Togolaise des Droits...

Togo, Justice à deux vitesses : Kpatcha Gnassingbé et Loïk Le Floch-Prigent, le contraste !

Il était l’un des grands patrons inculpé par la justice togolaise dans l’affaire d’escroquerie internationale. Loïk Le Floch-Prigent,...

Se faire établir une Carte nationale d´identité à Sokodé, un Véritable parcours de combattant : une autre persécution du pouvoir dont personne ne parle.

Ville assiégée avec son corollaire de check-point aux principales entrées, de va-et-vient de camions et jeeps militaires...

Togo : Permis de conduire pour motos? Un peu de réalisme « Monsieur Yark » !

Par un arrêté ministériel, le ministre de la sécurité et de la protection civile, le général Yark...