Tibou Kamara : ‘la question de la CENI trouvera certainement une solution’

image_pdfimage_print

Tibou Kamara


La première réunion du comité de suivi de la feuille de route proposée par la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’ouest (CEDEAO) pour sortir le Togo de crise, a fait flop. La question la plus importante relative à la Commission électorale nationale indépendante (CENI) incomplète et sur laquelle les Togolais attendent ce comité et les protagonistes de la crise sociopolitique togolaise, n’a pas trouvé de réponse.

Pendant que du côté de la coalition des 14 partis politiques de l’opposition, le président du Comité d’action pour le renouveau (CAR), Me Yawovi Agboyibo parle d’un ‘marché de dupes’ et un début d’échec, du côté du gouvernement, le ministre de la fonction publique, Gilbert Bawara se réjouit que personne n’a mis en cause les mesures annoncées par la CENI.

« Quelles que soient les préoccupations qui sont exprimées, l’Etat et les institutions continuent et nous allons faire en sorte que le processus soit le plus inclusif possible », a ajouté le point focal du gouvernement.

Brigitte Adjamagbo Johnson, coordinatrice de la coalition des 14, n’est pas d’accord avec le ministre. Pour elle, il faut d’abord un chronogramme global sur la mise en œuvre de la feuille de route et se prononcer clairement sur la question de la CENI et dire que ce qu’elle a fait jusqu’à présent, ne relève pas de la mise en œuvre des recommandations de la CEDEAO.

Pendant ce temps, les émissaires de la facilitation jouent encore la diplomatie. « Il faut se féliciter de la confiance qui renaît progressivement entre les acteurs et la volonté partagée par eux de régler les choses qui sont mises en cause dans le processus par le dialogue et la concertation », dira Tibou Kamara, le conseiller spécial du président guinéen.

Il reconnaît tout de même que le processus rencontre des difficultés et des goulots d’étranglement, mais grâce à la persévérance de la facilitation, a-t-il marqué, on parviendra à des solutions qui satisferont l’ensemble des acteurs.

Un compte rendu fidèle des 2 jours de travaux seront fait aux facilitateurs de la crise politique, les présidents ghanéen, Nana Akufo-Addo et guinéen, Alpha Condé. Les deux chefs d’Etat sont annoncés à Lomé dans les prochains jours, pour se concerter avec leur homologue togolais, Faure Gnassingbé et faire progresser de façon inclusive le processus électoral

« La question de la CENI trouvera certainement une solution lorsque nous en ferons un compte rendu à nos 2 chefs d’Etat parce que c’est le gage d’un climat de confiance beaucoup plus important au sein du processus et de la garantie de la participation effective de l’opposition aux élections », a souligné le ministre d’Etat guinéen.

Mais en attendant leur arrivée, le 17 septembre prochain, des observateurs électoraux au nombre de 20, des experts électoraux au nombre de 2 et un conseiller en matière constitutionnel et juridique recrutés par la commission de la CEDEAO seront au Togo pour suivre de près le processus de mise en œuvre de la feuille de route.
 
Global actu
 

Commentaires

comments

Laisser un commentaire

Saisissez votre mail.

*