samedi 27 février 2021

Titikpina recommande à Kadhanga d’aider Faure à avoir « l’esprit tranquille »


titikpini_kadhanga

Qu’a-dit l’ex-chef d’état-major des Forces Armées Togolaises (FAT), Atcha Mohamed Titikpina à quelques heures de son départ le 31 décembre 2013 lors de la cérémonie de passation de commandement entre lui et Abalo Félix Kadhanga ?

Le général Titikpina, en pleine cérémonie de passation, a demandé le retrait de la presse de la salle Cinéma de l’Etat-major général des FAT pour faire ses adieux à huis clos aux différents chefs corps de l’armée et au nouveau locataire des lieux, a livré ses inquiétudes sur la situation sécuritaire dans le pays et dans la sous-région.

Pour le général Titikpina, il appartient au nouveau locataire de l’Etat-major général de l’armée d’aider le chef de l’Etat Faure Gnassingbé à avoir « l’esprit tranquille » pour résoudre les problèmes politiques.

«Le chef de l’Etat, qui depuis un certain temps conduit les affaires politiques du pays, est en train de réussir aux plans démocratique, politique, diplomatique, économique, en témoigne l’évolution du budget de l’Etat, sans compter les différentes actions par ci, par là. Il vous appartiendra donc de faire en sorte qu’il ait l’esprit tranquille pour régler les problèmes politiques », a-t-il conseillé à son remplaçant.

Pour lui, le seul moyen «pour un politicien de venir au pouvoir, c’est de passer par la voie des urnes, et non par une rébellion armée au Togo.

«Pour nous et tous ceux qui viendront après, il faut savoir que le seul chemin à emprunter est le chemin de la démocratie. Celui qui veut le pouvoir, qu’il aille le chercher par les urnes. C’est la seule condition d’accession au pouvoir », a-t-il ajouté.

« Celui qui va vouloir aller à l’encontre de tout cela se retrouvera en face d’une grande armée ferme et dynamique pour réprimer tous ceux qui viendraient déranger notre quiétude. Je le sais parce que nous avons préparé cette armée. Il vaudrait mieux qu’ils ne s’aventurent pas sur ce terrain », a-t-il conclu sur un ton militaire.

Selon le général, «les politiciens ont tourné autour de l’armée, mais celle-ci est restée unie que ce soit dans les pays où nous intervenons, et même ici ».

«Ils  ont mis des efforts pour nous diviser, mais l’armée est restée unie », a-t-il laissé entendre.

Lire l’intégralité de la confidence du général Titikpina aux Forces armées Togolaises (FAT)

«Il n’est pas de mes habitudes de parler dans ces circonstances, mais j’ai tenu à le faire pour des raisons qui me sont propres. J’ai voulu le faire en ce moment solennel, et devant mes anciens que je tiens à saluer davantage.

Aujourd’hui, nous vivons beaucoup de problèmes en Afrique et dans le monde. Des problèmes d’insécurité en général mais en particulier des problèmes de rebellions. Que ce soit en Côte d’Ivoire où ils sont arrivés à l’épilogue pratiquement, ce sont nos forces armées qui se sont battues avec eux, au Mali, ce sont également nos forces qui étaient avec la France, en Guinée Bissau où nous sommes, c’est la même chose. Aujourd’hui au Congo, nous aidons également à résoudre les problèmes là-bas.

 Les problèmes se suivent mais ne se ressemblent pas dit-on, mais il y a une constance qui a été remarquée par tous. Il s’agit des divisions.

Les anciens ici présents ont tout fait pour maintenir cette armée unie et solidaire. Les politiciens qui nous ont tourné autour, que ce soit dans les pays où nous intervenons, et même ici, ont mis des efforts pour nous diviser mais l’armée est restée unie.

 Nous en avons parlé pour que nos hommes les écoutent et viennent nous rendre compte. Aujourd’hui, ils sont tous emprisonnés pour incitation à la violence.  Je tiens à vous dire les événements que beaucoup connaissent déjà. Alors que c’était chaud, et que ça cassait, ça brûlait, un officier a refusé d’intervenir, et il l’a dit tout haut.

 Je ne le dis pas pour vous plaire, ce sont des faits réels. Nous avons connu des situations difficiles à cause des comportements de nos officiers, qui pour des raisons cachées se sont laissés emballés par ces gens. Je tiens à vous dire que tous ceux qui sont passés par là ont payé pour leurs fautes. Nous leur avons fait comprendre qu’ils ne vont pas réussir. L’armée ne demande qu’une seule chose, le compte rendu fidèle, qui est indispensable et obligatoire.

Ceux qui le font s’en sortent toujours, mais ceux qui veulent suivre les autres, ne sont plus parmi nous aujourd’hui. Je reviens là-dessus parce que c’est en cela que vous allez contribuer à l’éducation de notre nation.

 Le père de la nation, feu Eyadéma, nous disait toujours, « si un  mur n’est pas lézardé, un lézard ne peut s’y introduire ». Il nous appelait donc à tout faire pour que notre maison commune soit une et indivisible. Prenez exemple de cela pour tout faire et bannir de vos rangs tout comportement contraire à l’éthique.

Le chef de l’Etat, qui depuis un certain temps conduit les affaires politiques du pays, est en train de réussir au plan démocratique, politique, diplomatique, économique, en témoigne l’évolution du budget de l’Etat, sans compter les différentes actions par ci, par là. Même les aveugles en marchant maintenant savent que les rues sont bien faites.

Quel que soit ce qui se passe, le président est à l’écoute de tout le monde. Il aura toujours le temps de régler tous les problèmes.

Il vous appartiendra donc de faire en sorte qu’il ait l’esprit tranquille pour régler les problèmes politiques. Pour nous et tous ceux qui viendront après, il faut savoir que le seul chemin à emprunter est le chemin de la démocratie. Celui qui veut le pouvoir, qu’il aille le chercher par les urnes. C’est la seule condition d’accession au pouvoir. Celui qui va vouloir aller à l’encontre de tout cela se retrouvera en face d’une grande armée ferme et dynamique pour réprimer tous ceux qui viendraient déranger notre quiétude. Je le sais parce que nous avons préparé cette armée. Il vaudrait mieux qu’ils ne s’aventurent pas sur ce terrain.

Comptons sur nos propres forces, je ne dis pas que nos partenaires ne peuvent pas nous aider, mais avant toute chose, comptons sur nos propres forces.

Je veux également vous dire que j’ai passé tout ce temps avec vous avec plaisir.

D’aucuns diront que je n’ai pas fini. Il y a un temps pour rester, mais à ce jour je viens m’acquitter d’un agréable devoir, pour faire comprendre à tous ceux qui ont souffert de mon commandement, que ce n’est pas par plaisir que nous avons agi, mais c’est pour que l’armée soit ce qu’elle doit être. Les sanctions sont montées quand il le fallait et je demande à tous ceux qui les ont subies de revoir les clauses de leur engagement à l’armée, « la punition redresse la conduite, combat la négligence et fait reprendre le but du devoir ».

Je souhaite à mon successeur, santé, succès, et beaucoup de chances dans tout ce qu’il va entreprendre.

Et à vous tous, une bonne et heureuse année 2014.

Je vous remercie ».

La rédaction

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *