Togo – Abdou Assouma encourage l’organisation des Ă©lections frauduleuses et contestĂ©es, selon le Mouvement « En Aucun Cas »

0
312


Depuis mardi, le communiquĂ© du prĂ©sident de la Cour Constitutionnelle ne cesse de susciter de vives rĂ©actions. Le Mouvement « En Aucun Cas » dans une rĂ©ponse Ă  Abdou Assouma, a jugĂ© la sortie du prĂ©sident pernicieuse et inopportune. Selon le mouvement, le prĂ©sident de la Cour Constitutionnelle devra ĂŞtre « conscient de l’impossibilitĂ© d’organiser des Ă©lections apaisĂ©es et transparentes dans les conditions actuelles, que l’institution qu’il prĂ©side est au service des intĂ©rĂŞts de la sociĂ©tĂ© et qu’elle est respectueuse des institutions et personnalitĂ©s extĂ©rieures impliquĂ©es dans le dialogue politique en cours ». Lecture du communiquĂ©!
COMMUNIQUÉ RELATIF À LA SORTIE INNOPORTUNE ET IRRESPONSABLE DU PRÉSIDENT DE LA COUR CONSTITUTIONNELLE.
Alors mĂŞme que le peuple Togolais avec le soutien actif de la CEDEAO, de l’union Africaine et des institutions internationales s’attellent de façon active Ă  trouver des solutions pacifiques, concertĂ©es et efficientes aux revendications touchant au retour Ă  la constitution de 1992, au droit de vote de la diaspora, au dĂ©coupage Ă©lectoral, aux rĂ©formes des institutions impliquĂ©es dans l’organisation des Ă©lections ( HAAC, CENI, Cour constitutionnelle, Cour des Comptes, Police, Gendarmerie et forces de dĂ©fense) ,au fichier Ă©lectoral, aux conditions d’organisation, de sĂ©curisation et de proclamation des Ă©lections municipales, lĂ©gislatives et prĂ©sidentielles, la très contestĂ©e et rejetĂ©e cour constitutionnelle prĂ©sidĂ©e par Abdou ASSOUMA a, en date du 12 juin 2018 rendu public un communiquĂ© pernicieux par lequel elle enjoint au gouvernement et Ă  la CENI, tous deux objets de la crise politique actuelle d’organiser les Ă©lections lĂ©gislatives avant le 19 AoĂ»t 2018.
Ce communiqué émanant du Président de cette institution béquille très contestée suscite en nous plusieurs interrogations :
1-Est-il suffisamment informé des revendications qui sous-tendent les gigantesques manifestations qui ont cours depuis le 19 Août 2017 ?
2- Sait -il qu’un dialogue politique impliquant des chefs D’Ă©tats extĂ©rieurs est en cours ?
3- Vit-il toujours au Togo et suit-il Ă  la lettre tout ce qui s’y passe ?
4- Quel objectif poursuit-il réellement à travers ce communiqué contradictoire et laconique ?
Une rĂ©flexion scientifique et une lecture objective des rĂ©elles intentions qui sous-tendent la publication de ce communiquĂ© nous permet et permettra Ă  coup sĂ»r Ă  tout observateur de savoir qu’en rĂ©alitĂ© le prĂ©sident de la cour constitutionnelle prĂ©fère que soit organisĂ©es des Ă©lections frauduleuses, contestĂ©es et gĂ©nĂ©rateurs de crises que des Ă©lections transparentes et dĂ©mocratiques; car si tel n’Ă©tait pas le cas, il se serait plutĂ´t tu ou Ă  la rigueur aurait invitĂ© le gouvernement Ă  opĂ©rer rapidement les rĂ©formes qui s’imposent en vue de l’organisation d’Ă©lections libres, dĂ©mocratiques et transparentes avant  » la fin de l’annĂ©e « .
Ce faisant, il aurait non seulement prouvĂ© qu’il est conscient de l’impossibilitĂ© d’organiser des Ă©lections apaisĂ©es et transparentes dans les conditions actuelles, que l’institution qu’il prĂ©side est au service des intĂ©rĂŞts de la sociĂ©tĂ© et qu’elle est respectueuse des institutions et personnalitĂ©s extĂ©rieures impliquĂ©es dans le dialogue politique en cours.
Au lieu donc de cela, il a préféré raviver les tensions en ressuscitant les vieux démons du passé.
De même, il est tout à fait surprenant que le président de la cour constitutionnelle fonde  » ses injonctions  » sur la constitution et le code électoral que conteste ouvertement dans les rues de toutes les villes du pays le peuple.
En consĂ©quence, le Mouvement EN A UCUN CAS tient Ă  rappeler Ă  la cour constitutionnelle et Ă  ses membres qu’ils font eux-mĂŞmes l’objet de vives contestations depuis 11 mois et qu’Ă  ce titre ils sont disqualifiĂ©s pour parler d’Ă©lection ou pour inviter le gouvernement et la CENI en place Ă  accĂ©lĂ©rer le processus Ă©lectoral.
Ceci Ă©tant, le communiquĂ© visĂ© n’engage que son signataire, les institutions illĂ©gitimes auxquelles il s’adresse et ceux qui, comme Ă  l’accoutumĂ©e voudront encore participer Ă  des Ă©lections frauduleuses et taillĂ©es sur mesures.
Tout en rappelant, par ailleurs que toute tentative d’organiser des Ă©lections frauduleuses et gĂ©nĂ©rateurs de tensions sera vigoureusement combattu, le Mouvement EN AUCUN CAS met en garde tous les partis politiques et tous ceux qui, dans les coulisses s’activent pour participer Ă  ces simulacres d’Ă©lections auxquelles convie la cour constitutionnelle qu’ils seront tenus pour responsables de tout ce qui adviendra et verront, sur leurs chemins le peuple.
Enfin et pour finir, le Mouvement EN AUCUN CAS remercie la cour constitutionnelle d’avoir elle-mĂŞme confirmĂ© Ă  la face de tous qu’elle est non seulement illĂ©gitime et porteuse des germes de contestation mais aussi et surtout que le peuple a raison d’exiger qu’elle soit dissoute et rĂ©formĂ©e.
Fait à Lomé, le 14 juin 2018
Le 1er Porte-parole,
Foly SATCHIVI
 

Laisser un commentaire