Togo : Adjamagbo met en garde le pouvoir de Faure Gnassingbé

0
309


Va-t-on encore vers des jours mouvementés politiquement au Togo malgré l’implication de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’ouest dans la résolution de la crise? A la coalition des 14 partis politiques de l’opposition togolaise, on envisage de reprendre des manifestations pacifiques massives, pour faire fléchir le pouvoir de Faure Gnassingbé.
A l’ouverture ce dimanche à Lomé du 1er conseil national de la jeunesse socialiste de la Convention démocratique des peuples africains (CDPA), Brigitte Adjamagbo Johnson a laissé entendre que d’après des informations qui viennent des rangs du régime en place, la Commission électorale nationale indépendante (CENI) querellée s’apprêterait à passer à la vitesse supérieure, en lançant la semaine prochaine le processus de recensement électoral, au détriment des recommandations de la CEDEAO.
Ce n’est pas tout. Les 14 partis soupçonnent le pouvoir de vouloir ramener le règlement de la crise au niveau du cabinet du ministre en charge de l’administration territoriale, Payadowa Boukpessi. La coalition des 14 dit avoir rejeté cette invitation dudit ministre.
« Le pouvoir doit rester à carreau et ne pas jouer avec le destin du peuple togolais. Nous sommes tous obligés de nous soumettre au processus que la CEDEAO dirige désormais. Soyons responsables et jouons tous le jeu pour que notre pays s’en sorte. Ne poussons pas les Togolais à la révolte », a confié Mme Adjamagbo Johnson à Global Actu.
Selon elle, les Togolais veulent un règlement pacifique de la crise, c’est ce qui justifie la soumission de la coalition des 14 au processus de règlement de la CEDEAO. « Mais le jour où on va constater que cela nous mène à autre chose que le changement, cela va être un ouragan que personne ne pourra contenir », a-t-elle prévenu.
Se prononçant sur la profanation et l’incendie des mosquées, elle dit trouver qu’il y a une complaisance qui ne dit pas son nom et une volonté de ramener la lutte menée par le peuple à une lutte entre religions.
Selon la coordinatrice de la coalition des 14, le pouvoir fait preuve d’une grande méprise sur la détermination du peuple togolais.
« Rien, aucune manœuvre d’intimidation ou de division, aucune répression, rien ne détournera désormais les Togolais de leur détermination à aller vers la démocratie et l’alternance. Tous ceux qui se mettront au travers de leur route seront balayés sans ménagement », a-t-elle indiqué.
 
Global actu
 

Laisser un commentaire