Home Rubriques+ CHRONIQUES Togo : Antoine Randolph croit en la libération du Togo

Togo : Antoine Randolph croit en la libération du Togo

0

Antoine Randolph


Antoine Randolph croit en un soleil nouveau qui se lèvera sur le Togo et permettra la libération du peuple qui ploie sous le joug de 50 ans de la dictature. Lire plutôt son message !
APRES LE BOYCOTT MASSIF DES LEGISLATIVES, L’ESPOIR D’UN SOLEIL NOUVEAU SUR LE TOGO!
« C’est à des moments désespérés que la conscience humaine, prête à chavirer, reprend conscience d’elle-même » in l’Epopée Garry Davis de Guy Marchand

Chers Compatriotes,

Peuple Souverain,

Nous sommes le Peuple debout et nous ne nous laisserons plus faire !!!

Le 20 décembre 2018 est entré dans notre histoire tout comme le 19 août 2017 ou le 28 octobre 1956 en attendant – dans un futur que je souhaiterais proche – l’événement sublime de l’écroulement de la dictature qui nous rappellera la joie immense que les générations de la lutte pour l’indépendance avaient ressentie le 27 avril 1958 puis, deux ans plus tard, le 27 avril 1960 !

Oui, cette date du 20 décembre est très importante car, par le boycott massif du scrutin législatif, elle confirme de façon éloquente le rejet de Faure Gnassingbé et de son système néocolonial et mafieux que le peuple a exprimé depuis les grandes manifestations du 19 août 2017. Ce boycott à plus de 90% a pu se produire parce que l’esprit de division instillé dans les populations par la dictature a été battu en brèches et qu’il y a eu une convergence de toutes les forces contestataires y compris les autorités morales et religieuses de toutes confessions de soutenir des principes élevés et droits relatifs à l’organisation d’un scrutin législatif, consensuel, démocratique et entièrement transparent répondant à l’exigence préalable des réformes constitutionnelles, institutionnelles et électorales prévues dans l’accord politique global et reconduites dans les dispositions de la feuille de route de la CEDEAO. Dès qu’une action humaine est conforme à la droiture, à des principes moraux élevés, elle devient éclatante et constitue un ancrage pour de futures actions ! Peu importe si la dictature cinquantenaire, le groupe des 5 ( ONU, UE, Etats-Unis, France et Allemagne ) et la CEDEAO nous montrent que les critères moraux et les normes internationales sont flexibles au point de devenir ridicules et sont au service de leurs intérêts égoïstes, autrement dit la raison du plus fort est toujours la meilleure. Le groupe des 5 et la CEDEAO se sont ridiculisés en s’abreuvant de l’immoralité pour secourir, à cause de leurs intérêts mafieux et inavouables, un sinistre personnage, complètement immoral, qui prétend présider aux destinées du Togo. Ils sont vraiment pitoyables, car « qui s’assemblent se ressemblent » et leur avenir se trouve désormais dans les grandes poubelles de l’histoire de l’humanité !

Peuple togolais ! Tout en donnant une leçon de moralité aux tenants de la dictature et à leurs complices extérieurs je veux dire le groupe des 5 et ses valets regroupés au sein de la CEDEAO, tu leur as aussi donné un magistral camouflet. Par ton boycott massif, tu as transformé ces législatives en un référendum révocatoire et as prouvé à la communauté internationale que le RPT/UNIR et ses partis satellites ne sont qu’une minorité marginale et que leur base électorale, même avec des fraudes et des contraintes, ne dépasse guère 10%. Ce régime a confirmé lui-même son illégitimité car l’alinéa 3 de l’article 21 de la déclaration universelle des droits de l’homme stipule que « la volonté du peuple est le fondement de l’autorité des pouvoirs publics » Ce qui veut dire que ce régime a été dépouillé de cette autorité et que nous ne le reconnaissons plus et nous ne lui faisons plus confiance. Il doit donc partir !

Dans la situation de blocage que nous connaissons depuis 18 mois, tu as parfaitement le droit, étant souverain, de destituer Faure Gnassingbé. Cette destitution a solennellement été proclamée le 15 décembre 2018 avec effet à compter du 20 décembre 2018 et que ton boycott a confirmée. Ci-dessous quelques extraits de l’acte de destitution :
« Nous – Peuple Souverain du Togo -,…….

– – Nous avons décidé de prendre notre destin en main en proclamant aujourd’hui, de manière souveraine et solennelle, devant le monde, la destitution de l’usurpateur, du criminel et tyran Faure Essozimna Gnassingbé de toutes ses fonctions publiques de Président de la République, Chef d’Etat, Chef suprême des Forces armées et Ministre de la Défense.
Cette destitution prendra effet à compter du 20 décembre 2018 ; par conséquent, Faure Essozimna Gnassingbé et son gouvernement ne représentant plus notre pays, toutes les décisions, tous les actes, engagements et accords qu’ils prendront, feront ou signeront sont illégitimes et illégaux, donc nuls et sans effet ;

– Demandons à tout le peuple, dans le cas où Faure Essozimna Gnassingbé, refuserait d’obtempérer, d’intensifier la lutte non violente en recourant intégralement à la désobéissance civile, la non-coopération et l’insubordination générale jusqu’à la chute de la dictature ;

– Demander à la communauté internationale y compris les institutions régionales africaines et le groupe des 5 (ONU, UE, Etats-Unis, France et Allemagne) d’observer strictement cet acte de destitution et d’ordonner le gel de tous les avoirs bancaires de Faure Essozimna et de ses barons à l’étranger tant dans les institutions bancaires publiques que privées ;
Comme Faure Gnassingbé ne veut pas obtempérer alors que nous savons tous qu’il est le problème et que son départ est la solution idoine nous devons nous organiser pour le faire partir de gré ou de force. Notre focus doit être son départ et non une quelconque autre revendication telles que les « réformes constitutionnelles,

institutionnelles et électorales ». Son départ acquis, il y aura naturellement une Transition dotée d’une Constituante chargée de faire toutes les réformes nécessaires et la réconciliation nationale. Pour finir, la Transition organisera les élections démocratiques, libres et transparentes.

La République Autonome du Togo ( RAT) n’a duré que 18 mois alors qu’elle avait été reconnue par la France et tous ses alliés. S’il en a été ainsi, c’est parce que nos aînés ne s’étaient pas trompé d’objectif. Ils savaient que c’était l’indépendance du pays qu’ils voulaient, ils s’étaient organisés en conséquence pour atteindre leur objectif !

A nous maintenant de mieux nous organiser, de nous doter d’une nouvelle direction de notre lutte en remplacement de la Coalition 14 composée majoritairement de » losers » et de faire du départ de Faure Gnassingbé notre unique cible, notre focus ! Nous devons écarter tous les propos sceptiques ou négatifs que certains de l’opposition tiennent sur ce boycott ou que les propagandistes et espions du camp ennemi répandent. Nous ne devons pas aller au découragement et surtout pas d’être tentés de participer à un quelconque gouvernement d’union nationale comme ce fut le cas dans le passé. Peut-être qu’il est vrai que nous tournons en rond après la décision de la CEDEAO de tourner le dos à la vérité ; peut-être qu’il est vrai que nous sommes dans le creux de la vague mais nous sommes sûrs que la prochaine vague nous portera bien plus haut encore. Car, « c’est à des moments désespérés que la conscience humaine, prête à chavirer, reprend conscience d’elle-même » pour accomplir de bonnes choses. Cette prise de conscience nationale génère l’espoir d’un soleil nouveau sur le Togo et sur l’aboutissement victorieux de notre lutte de libération.

Notre hymne national, « la Terre de nos Aïeux » est le carburant de cet espoir, il l’entretient, le fait vivre et le fait grandir. Il est le reflet de l’archétype du développement de notre pays tel que les divinités l’ont conçu, autrement dit c’est le modèle voulu pour nous par les divinités ! Il nous montre le chemin du bonheur à condition de s’y conformer. Ce texte a été révélé à Mgr Robert-Casimir Dosseh-Anyron lorsque celui-ci était Vicaire général de l’archidiocèse de Lomé et qu’il était pur à cette époque ; donc c’est un texte sacré. Il a été interprété et mis en musique par son frère Casimir. Il est bien différent de la Marseillaise et se trouve à l’antipode de la »Charte de l’impérialisme » qui proclame la volonté des impérialistes d’empêcher le développement des pays du Tiers-Monde et de maintenir leurs peuples dans la pauvreté et la servitude. N’est-pas ce que nous voyons ici et ailleurs ?
Notre hymne est le plus bel hymne qui existe et il est complet, sublime. Il nous éduque à la vertu, à l’altruisme, à la liberté et à la non-violence active. Il insuffle en nous aussi bien le patriotisme national que le patriotisme mondial ou universel. Il est à la fois notre voie de libération et notre voie de développement, faisant de nous des êtres vertueux et altruistes pour devenir finalement, au prix de mille efforts, l’Or de l’humanité afin de participer à la construction et à la gestion de la nouvelle et grande humanité. Être l' »Or de l’humanité », n’est-ce pas devenir un « peuple de Dieu » c’est-à-dire des agents de Dieu?!

Sommes-nous à la hauteur de cet hymne ? Dieu ne charge pas les épaules d’un peuple d’un fardeau qu’il ne peut supporter. Nous devons plutôt Lui en être éternellement et profondément reconnaissants d’avoir reçu cette bénédiction de connaître notre destinée et notre mission révélées dans notre hymne sacré. Nous sommes parfaitement capables et confiants d’accomplir au fil des générations notre destinée et notre mission.

La mission des générations actuelles est de libérer le Togo et de commencer sa reconstruction : poser la première pierre – la pierre angulaire qui serait alignée sur l’étoile de la liberté – et édifier les fondations de la vraie Cité conforme à notre hymne national « Togolais viens, bâtissons la Cité », autrement dit la Maison commune dont la vision est contenue dans le chant des patriotes « Togo, la Joie approche ! ».

Libérer le Togo des forces obscures et néocoloniales qui s’y sont abattues depuis le coup d’Etat sanglant du 13 janvier 1963 ayant entraîné l’assassinat du Président Sylvanus Olympio. Et cela fait exactement 56 ans aujourd’hui ! Triste anniversaire ! Tristes et douloureux souvenirs ! Ces forces ont trompé et perverti l’esprit d’un nombre important de Togolais opportunistes qui ont, dès lors, pris les ténèbres pour la lumière, renié l’hymne national et créé le chaos sous la dictature des Gnassingbé. Mais le peuple, même ployé sous le joug de la dictature, a toujours cherché à s’en défaire et à entamer une longue lutte de libération qui triomphera sûrement ; c’est certain !
Lorsque les gouvernants n’ont plus la crainte de dieu et qu’ils mettent le bien à la place du mal et le mal à la place du bien, lorsque, pour conserver le pouvoir, ils ne reculent devant rien et se livrent sciemment à la culture de la violence, de la haine, de fraudes électorales, de la corruption, de l’impunité, de la luxure et tant de mauvaises choses qui révulsent la conscience humaine c’est que ces gouvernants sont possédés par des démons et ils agissent sous leur emprise. Ils engagent le peuple dans la voie démoniaque, détruisent le pays et hypothèquent l’avenir des générations futures. Le système RPT/UNIR est à bout de souffle et il est irréformable. Il est arrivé à l’extrême et ne peut changer qu’en son contraire. Aucune aide humaine ne peut le sauver car cela relève d’une loi cosmique, l’univers est aussi régi par des lois.

Selon une autre loi, le bien est rétribué par le bien et le mal par le mal. Nul n’échappe à cette loi, que l’on soit ou non croyant ! Depuis une dizaine d’années, le président Jacques Chirac, qui nous a imposé Faure Gnassingbé en 2005, a perdu la mémoire ; il tourne en rond et est devenu un zombie dans son château ! Quant au président Emmanuel Macron, qui a manipulé le groupe des 5 et la CEDEAO contre notre peuple, il est pour le moment contesté par les gilets jaunes qui réclament sa démission ! La France croît encore que le Togo lui appartient et nous a imposé cette abomination !

De ce fait, il se trouve que notre lutte de libération est avant tout une lutte se situant entre le mal et le bien, entre le vice et la vertu, nous permettant de quitter les ténèbres où règne la perversité pour aller à la lumière d’où émane la droiture. C’est pour cela que notre lutte est soutenue par le créateur : nous cherchons à accomplir une œuvre divine, bâtir un Togo libre pour le bien de tous, où ses enfants pourront se chérir ! Plus nombreux nous serons dans le camp de la vertu et du bien en nous conformant à notre hymne national, plus rapide sera notre victoire ! C’est en cultivant son cœur, en l’allégeant, que l’on s’élève !

A toutes celles et à tous ceux qui soutiennent encore ce régime pourri y compris certains de l’opposition – qui travaillent comme des sous-marins pour l’aider d’une manière ou d’une autre ( sabotage, espionnage, traîtrise, délation et corruption ) je vous demande si les crimes, la mauvaise gouvernance et l’immoralité de ce système que vous servez n’interpellent pas votre conscience. Est-ce que c’est pour des miettes qu’il vous donne que vous avez pactisé avec le diable et le néocolonialisme ? Alors que la majorité vit dans la misère vous permettez à ce système de remplir les coffres-forts des multinationales, des politiques étrangers et de la minorité dirigeante. Vous contribuez ainsi à détruire le Togo et à assassiner la République. Vos juges aux ordres condamnent les innocents ! Que veut dire alors UNIR ? Une bande de voyous, de gangsters et de criminels qui mettent à sac la patrie et la République ! Décidément, le néocolonialisme est aussi inique, détestable et pervers que le colonialisme. !

Chers compatriotes ! De même que la République Autonome du Togo s’est écroulée sous la pression des indépendantistes, de même la République des Gangsters sera abattue par la détermination de la résistance patriotique de notre peuple. Pour ce faire, nous devons réorganiser la direction de notre lutte, abandonner la stratégie des « losers », élaborer de nouvelles stratégies dynamiques et gagnantes, appliquer intégralement les principes de l’action non violente à savoir, la désobéissance civile, la non coopération et l’insoumission dans tous les domaines de la vie publique et élaborer un programme commun du redressement national.
C’est pourquoi j’ai appelé et j’appelle encore à la formation d’un « Front républicain pour défendre les valeurs de la République (Travail-Liberté-Patrie) et libérer la Mère Patrie, porteuse de cet idéal de liberté, de bienveillance, de tolérance, de paix et d’authenticité ! » C’est ainsi que nous provoquerons l’alternative d’où naîtra la nouvelle société sur la base d’un nouveau contrat social assurant un développement harmonieux de notre pays, une meilleure répartition des richesses, le bien de tous, la confiance, la justice, la concorde sociale et la paix.

En ce jour du recueillement national, je salue la mémoire du président Sylvanus Olympio, père de l’indépendance et de la nation, je salue la mémoire de tous nos martyrs sans oublier cet enfant de 11 ans abattu froidement, le 8 décembre, par le chef d’Etat-major des forces armées togolaises, un crime prémédité, sacrificiel et abominable pour la conservation du pouvoir néocolonial et que le Groupe des 5 et la CEDEAO n’ont pas condamné.
 
La Joie approche !
 
Vive le Togo libre !
ABLODE !
Colmar, le 13 janvier 2019
Dr Antoine Ati Randolph
 
Contact : antoinerand@hotmail.com
 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

93 − 85 =