Togo : Après l’atelier du HCRRUN, tous les yeux sont rivés sur Faure


« Le temps des prophètes est passé, celui des dupes ne passera point » – Les frères Grimm
 
« La ruse la mieux ourdie peut nuire à son inventeur, et souvent la perfide retourne sur son auteur », enseigne Jean de La Fontaine.
 
Caricature : Donisen Donald / Liberté
Caricature : Donisen Donald / Liberté


En lisant de façon diagonale les recommandations de la Commission Vérité, Justice et Réconciliation (CVJR) pour finalement opter pour la création du HCRRUN, structure devant réfléchir sur les réformes politiques- alors que la Commission avait clairement dans son point 5, recommandé le retour à la formule originelle de l’article 59 de la Constitution du 14 octobre 1992, à savoir un mandat de cinq (05) ans renouvelable une seule fois-, Faure Gnassingbé pensait faire diversion pour pouvoir encore gagner suffisamment de temps.
 
Sauf que pour une énième fois, le consensus s’est largement dégagé au cours de la rencontre du Haut-commissariat à la réconciliation et au renforcement de l’unité nationale (HCRRUN). Ses fameux « intellectuels », le plaisantin qui dit avoir représenté le parti UNIR à ces assises, bref tout le monde convient qu’il faut impérativement aller aux réformes, notamment la limitation du nombre de mandat présidentiel à deux et le mode de scrutin à deux tours et renvoie la balle à Faure Gnassingbé.
 
Le Prince est désormais dos au mur, lui qui pensait, avec son HCRRUN, berner les Togolais. Tous les regards sont désormais tournés vers lui. Il semble que les choses étaient allées très vite aux deux derniers jours de l’atelier au point que « Mme HCRRUN » n’a vu que du feu. Elle aurait mijoté un joli plan. Mais elle a été prise de court et tout est tombé à l’eau. Le piège qu’aurait tendu le N°1 togolais se referme sur lui. Comme quoi, Mme Awa Nana propose et Dieu dispose.
 
Ceux qui savent lire à travers une boule de cristal, rapportent que « deux personnalités importantes ont fait basculer le plan de Faure Gnassingbé à partir de jeudi (Ndlr : avant-dernier jour de l’atelier) à la surprise d’Awa Nana qui n’en pouvait plus devant tout ce monde d’intellectuels ». Toujours d’après ceux-ci, la conclusion des travaux ne serait pas ce qui avait été prévu en réalité.
 
C’est ce qui expliquerait la sortie un peu rugueuse du chef de la délégation de l’Union Européenne au Togo, Nicolas Berlanga-Martinez qui avait pris part à l’atelier. Il a vertement fustigé les dialogues sans lendemain auxquels le régime a habitué les Togolais. «La multiplication des initiatives de dialogue sans résultats tangibles contribue aussi au sentiment de frustration et à la résignation qui engendre l’immobilisme de la société », avait-il déploré.
 
Ceux qui possèdent de grandes oreilles affirment que le HCRRUN devrait balancer le fœtus de la 5è République au groupe des universitaires de Faure Gnassingbé pour accoucher du nouveau bébé prématuré in vitro. « C’est compter sans dame nature qui a fait changer d’éprouvettes à la main au moment du dosage final. Einstein en savait quelque chose », ironise un compatriote. Et d’ajouter : « Faure Gnassingbé a la dynamite de ses inventions et intentions entre les mains. Attendons de voir comment il va les manipuler ».
 
Les Togolais attendent, qu’une fois dans sa vie, celui qu’ils ont « plébiscité » lors des différentes joutes électorales, prenne de la hauteur et pose un acte qui va dans l’intérêt du pays et des Togolais. D’abord l’APG, ensuite la CVJR, le CPDC, le dialogue avec le G5 et maintenant le HCRRUN. Que faut-il encore pour mettre en œuvre les réformes ?
 
Source : Médard Amétépé, Liberté