Togo : Arrivée de Bertin Sow Agba à l’État-major de la gendarmerie, Pascal Bodjona en voie d’être libéré ?

0
549


 
L’homme d’affaires togolais Bertin Sow Agba, accusé par l’Émirati Abass Al Youssef, d’être à l’origine de l’arnaque à la nigériane qui lui a coûté près de 48 millions de dollars US, soit 25 milliards de francs CFA est arrivé à la mi-journée de mercredi dans l’enceinte de l’État-major de la gendarmerie togolaise où une confrontation est prévue entre lui et les autres personnes « impliquées » dans ce dossier, a constaté sur place un journaliste de l’Agence Afreepress.
 
Arrêté le 7 mars 2011 et incarcéré à la prison civile de Tsévié (35 km au nord de Loimé), Bertin Sow Agba est considéré par les observateurs comme une pièce centrale dans ce puzzle juridicopolitique qui a conduit à l’arrestation le 1er septembre dernier, de l’ancien ministre d’État et ministre de l’Administration territoriale, Pascal Akoussoulélou Bodjona, ancien homme de main du président de la République togolaise, Faure Gnassingbé.
 
À l’origine de cette descente à Lomé de ce prisonnier « hors normes », un prélat : Mrg Nicodème Barrigah, président de la Commission Vérité, Justice et Réconciliation (CVJR). Celui-ci, selon les recoupements, se serait engagé « corps et âme » dans la recherche d’une solution « négociée » à cette affaire que d’aucuns n’hésitent pas à qualifier de « politique ».
 
Mardi, c’est le principal avocat de l’Émirati Abass Al Youssef, principal plaignant dans cette affaire que Mgr Nicodème Barrigah a réussi à faire venir de Cotonou au Bénin, où il était allé pour « dispenser des cours de droit » dans une université de ce pays.
 
Selon le reporter de l’Agence Afreepress resté sur place, à l’heure actuelle, le « prélat est en train de s’entretenir avec le patron de la société de gardiennage optimum Protection and Security (OPS), Brtin Sow Agba ». « On dit que si Bertin Agba accepte de payer les 25 milliards à l’Émirati, Pascal Bodjona sera libéré », a transmis à Afreepress celui-ci.
 
Les avocats de l’ancien ministre ont fait savoir mardi, qu’ils n’attendent que l’issue des négociations entreprises par Mgr Nicodème Barrigah pour faire connaître leur position sur l’affaire.
 
afreepress
 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

61 − = 60