Togo, Banques : Des Employés en Colère au BPEC

0
265

Photo : DR


En février 2018, il a fallu la libération du capital par le groupe Sunu Assurances pour que la Bpec (Banque populaire pour l’épargne et le crédit) puisse sortir de la tourmente.

Mais depuis des mois, cette structure qui a été l’objet de plusieurs malversations et de détournements de fonds qui l’ont d’ailleurs conduite à sa privatisation par l’Etat togolais vit, visiblement, une convalescence prolongée. Si la gestion de la boîte par la nouvelle équipe dirigeante est au vitriol, c’est la colère des employés qui entretient la tension dans les couloirs.

Les agents de la Banque populaire pour l’épargne et le crédit réclament de meilleurs rémunérations et avantages. Ces sempiternelles revendications ont été à l’origine d’un mot d’ordre de grève en novembre 2017 qui, finalement, a été déjouée sine die. Mais de négociations en négociations, ils avaient bénéficié d’un relèvement des «sursalaires» de 19200 F Cfa et d’une dotation additionnelle en carburant de 25 litres par agent. Même acquises, ces mesures n’ont pas été du goût de ces agents. Le mécontentement se ravive alors.

La fin d’année 2018 n’a pas été paisible. Entre le personnel et la Direction générale, l’ambiance a été plus tendue autour de l’amputation de moitié en 2018 de la traditionnelle prime de novembre. Selon les informations, depuis plusieurs années, le personnel a toujours bénéficié de la totalité de ces gratifications au mois de novembre. Dans la boîte, on redoute aussi la réduction de la ligne de découvert sont bénéficiait le personnel et la mise en cause des avancements.

Dans ce climat délétère, les employés n’écartent pas des sit-in.

Source : L’Alternative
 
source :
 

Laisser un commentaire