Togo : Brigitte Adjamagbo-Johnson : « il y a eu des fraudes massives, mais… »

0
562

Brigitte_Adjamagbo_500
 
Au lendemain de la publication des résultats définitifs des élections législatives par la Cour Constitutionnelle consacrant une écrasante victoire de l’Union pour la République (UNIR), la Coalition Arc-en-ciel vient de faire connaître sa position.
 
Composé du Comité d’Action pour le Renouveau (CAR) dirigé par Me Dodzi Apévon, la Convention Démocratique des Peuples Africains (CDPA) dont Mme Brigitte Adjamagbo-Johnson assure l’intérim du Secrétaire Général laissé vacant suite à la démission du Prof. Léopold Gnininvi, de l’Union pour la Démocratie et la Solidarité (UDS-Togo) de Antoine Folly, du Parti Démocratique Panafricain (PDP) de l’ancien candidat à l’élection présidentielle Bassabi Kagbara, et du MDC de Me Tchassona Traoré, la Coalition Arc-en-ciel s’en est sorti avec 6 sièges sur 91 à l’issue des élections législatives du 25 juillet 2013.
 
Ce regroupement politique de cinq partis vient donc en troisième position, après le parti de Faure Gnassingbé (UNIR) qui se taille la part du lion avec 62 sièges, soit bien mieux que la majorité absolue qui est de 46 sièges, et seulement 19 pour le Collectif « Sauvons le Togo » (CST), qui regroupe le parti du candidat arrivé second lors de la dernière élection présidentielle, l’Alliance Nationale pour le Changement (ANC) de Jean-Pierre Fabre, l’Alliance pour la Démocratie et le Développement Intégrale (ADDI) du Dr Kampatib, l’Organisation pour Bâtir dans l’Union un Togo Solidaire (OBUTS) de Messan Agbéyomé Kodjo, et le Pacte Socialiste pour le Renouveau (PSR) de Me Abi Tchessa, soutenus par des organisations de défense des droits de l’homme.
 
Devant la presse ce matin du mardi 13 août 2013, Mme Brigitte Adjamagbo-Jonhson a fustigé le sceaux posé une fois encore par la Cour Constitutionnelle, sur des « résultats frauduleux ». « Ces résultats ne reflètent en rien le poids des partis politiques et des regroupements de partis politiques », a décrié l’ancienne candidate malheureuse à l’élection présidentielle de 2010, qui vient de conduire sans succès, la liste de la Coalition Arc-en-ciel aux législatives du 25 juillet dans la circonscription électorale de l’Ogou. « Il y a eu des fraudes massives », ont tenu à dénoncer les responsables de la Coalition au-lendemain de la proclamation des résultats officiels par la Cour, présidée par le juge Abdou Assouma.
 
Mais tout en fustigeant les fraudes et autres manœuvres par lesquelles le pouvoir « est parvenu à s’octroyer cette victoire », la Coalition Arc-en-ciel souligne les responsabilités de l’opposition dans ce qu’elle qualifie d’ « échec collectif ». « Une des causes de l’échec est la division de l’opposition qui n’a pas réussi à aller aux élections avec des listes communes », a souligné Mme Adjamagbo-Jonhson, regrettant que la Coalition ait pourtant œuvré en vain dans ce sens. Sur environ 1.800 000 suffrages exprimés, l’UNIR recueille un peu plus de 800 000 contre un environ 900.000 pour l’ensemble des partis qui se réclament de l’opposition. Une anomalie résultant d’un découpage électoral inéquitable.
 
La Coalition a par conséquent lancé un appel en faveur de candidatures uniques de l’opposition dans la perspective des échéances électorales à venir. On parle d’élections locales vers la fin du premier trimestre de 2014, en prélude à l’élection présidentielle de 2015, à la fin de l’actuel et second mandat consécutif de Faure Gnassingbé, qui a succédé à son défunt père en avril 2005, avant de rempiler en 2010.
 
koaci
 
 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

55 − 48 =