Togo, C14 : Le CAR dans ses Basses Besognes

0
268


Réunis pour mener la lutte pour l’alternance et l’avènement de la démocratie au Togo, la coalition des 14 depuis bientôt deux ans mène la vie dure au pouvoir en place mais aussi tente de gérer les égos des uns et des autres en son sein. Mais parfois d’autres pour des calculs politiques et politiciens tentent de faire croire à l’opinion que ce sont des collègues qui veulent s’imposer dans des conflits d’intérêt et de leadership. Cette politique de confusion, un des partis de la C14 l’incarne trop bien, le Comité d’action pour le Renouveau CAR. Et alors que la coalition tente de réfléchir par rapport à une nouvelle orientation de la lutte, ce parti remet au goût du jour son éternel politique de sabotage de la lutte pour des intérêts partisans. Le CAR recommence…

Porté sur les fonds baptismaux en 2017 après le soulèvement du 19 août 2017 initié par le Parti National Panafricain, la coalition des 14 qui regroupe d’importants partis politiques de l’opposition au Togo est visiblement l’espoir du peuple togolais pour se libérer des jougs du régime cinquantenaire des Gnassingbé. Et jusque là, elle semble tenir le bon bout. Mais au sein de cette coalition, il va falloir séparer la vraie graine de l’ivraie pour la survie du reste du groupe.

Alors que jusque là, tout semble aller pour le mieux, et la coalition qui se préparait à organiser un conclave pur réfléchir sur une nouvelle orientation à donner à la lutte, un communiqué du parti de Me Yaovi Agboyibor tombe dans l’opinion. Dans ce communiqué signé de son 1er vice président, KOLANI Yendouban, le Comité d’Action pour le Renouveau informe la coordinatrice de la C14 de sa non participation audit conclave sans donner d’autres détails.

Des observateurs avisés pensent que cette attitude du CAR est due aux pratiques dites peu orthodoxes ayant cours à la C14. Pour d’autres encore c’est à cause de l’ego surdimensionné de certains leaders de la Coalition des 14. Mais la principale raison de cette décision du parti du bélier noir est ailleurs. La présidentielle de 2020. Comme d’habitude, le CAR ne supporte pas cette décision de candidature unique pour les présidentielles. Et pour ça il faut faire appel aux vieux démons.

Le chien ne change jamais sa manière de s’asseoir … dira un adage populaire.

Même si aux dernières nouvelles, la coalition décide de reporter son conclave, il faut revenir sur les attitudes assez scélértates du CAR. Demandez à tous les élèves de la classe de Terminal ‘’ Chassez le naturel’’, ils vous répondront ‘’ il revient au galop’’. En fait le CAR ne peut jamais chasser son état initial ni changer son mode opératoire.

Ce que le parti extraparlementaire ne veut pas dire mais qui motive sa lettre serait tout simplement une probable imposition de Jean-Pierre Fabre comme candidat de la coalition à la présidentielle de 2020.

Ce qui selon le CAR, est inadmissible. Il n’a jamais accepté le leader du principal parti politique de l’opposition ni personne d’autres d’ailleurs comme candidat unique de l’opposition. Et les faits étant têtus, l’histoire se répète.

Un petit regard dans le rétroviseur de l’histoire politique du Togo en ce qui concerne les regroupements politiques, montre à n’en point douter le rôle trouble du CAR dans la lutte pour l’alternance au Togo. Pour ceux qui continuent de croire que cette lettre du CAR n’est qu’une incompréhension de parcours, il est important voire impérieux de leur rappeler que c’est la spécialité de ce parti et de son président.

D’abord, le retour de celui-ci comme président national à la tête du parti en 2016 en dit long, mais c’est juste une parenthèse qu’il faut aussitôt fermer. Revenant à l’actualité ; selon des indiscrétions, le parti de maître Yaovi Agboyibor a fortement voulu participer aux législatives du 20 décembre dernier. Ce, malgré les conditions d’organisation décriées par tous, par la coalition dont il est membre. Malgré les différentes tentatives orchestrées par le CAR pour amener certains partis de la C14 à se soustraire du boycott de ces élections par la coalition, le regroupement n’a pas fléchi. Plutôt il a tenu bon.

Beaucoup plus en arrière en 2012, certains partis de l’opposition et des organisations de la société civile créaient le Collectif Sauvons le Togo pour mener à bout cette lutte commencée depuis les années 1990. Quelques temps après et parallèlement au Collectif Sauvons le Togo, naquit un autre mouvement politique, la coalition Arc en Ciel qui regroupait essentiellement de micro partis. C’était une initiative de certains politiques notamment le CAR. Objectif, mettre les bâtons dans les roues du Collectif. Même si le CAR n’a jamais accepté cette thèse, elle se confirmera en 2015. Et c’est encore lors d’un conclave dont l’objectif s’assimile à celui-ci. A peine ce conclave avait commencé et la CAR claqua la porte sans raison. Plus tard, l’opinion apprend que cette attitude de ce parti tient sa source dans la question d’une candidature unique. Il sera suivi plus tard d’autres formations politiques. Et c’est ainsi que la candidature unique tant voulue par les togolais en 2015 a volé en éclats.

Plus tard, les indiscrétions font savoir que le Comité d’Action pour le Renouveau et son président ont battu campagne contre Jean Pierre FABRE, président et candidat de l’Alliance Nationale pour le Changement lors de cette présidentielle.

En clair, tous sont ensemble mais, chacun a son agenda qu’il sort au moment venu, en s’en foutant pas mal de la population dont il prétend défendre la cause. Et comme on le dit souvent, l’expérience ne dépend pas de l’âge. Maître Yaovi Agboyibor le confirme une de fois de plus.

Malgré son âge et tout le parcours qu’on peut lui attribuer, le vieux bélier noir de Kouvé est loin de se soucier d’une quelconque alternance ou de la venue d’une démocratie au Togo. Lui et ses lieutenants sont toujours dans les calculs politiques, sordides à la limite.

Alors plus rien de surprenant, ‘’ le séjour d’un tronc d’arbre dans l’eau, ne le transforme jamais en crocodile’’ tous les proverbes africains sont bons pour décrire le CAR et sa politique politicienne.

Le CAR reste le CAR, il ne changera jamais. Les élections s’approchent, il faut trouver un moyen pour aller à la mangeoire. Et c’est ce que le Comité d’Action pour le Renouveau a toujours fait et il recommence. Surtout qu’à la suite des législatives du 20 décembre, le parti se voit enlevé ses députés. Une situation difficilement acceptable pour certains députés.

Face à cette nouvelle confusion que tente d’entretenir la CAR et son président à vie, Me Yawovi AGBOYIBO, il est important pour la coalition aussi de faire du sérieux, de prendre ses responsabilités et de resserrer les rangs pour la suite de la lutte.

Richard Aziague

 
Source : L’indépendant Express
 

Laisser un commentaire