Togo : Où est le cerveau de la mascarade électorale du 4 mars 2010 au Togo ? Taffa Tabiou


Le Togo était un pays destiné à un avenir radieux, mais que certains ont décidé de tirer vers le bas. Proclamé l’or de l’humanité par les pères fondateurs de la République, le Togo est devenu aujourd’hui l’orphelinat de l’humanité, classé comme l’un des pays les plus malheureux sur la planète Terre.
Taffa-Issifou-Tabiou


Si la responsabilité première de cette situation incombe au clan Gnassingbé qui a pris en otage le Togo depuis des décennies et aux thuriféraires qui gravitent autour de ce clan qui ne tiennent pas à mourir seuls, il n’en demeure pas moins que ceux-là qui, pour les honneurs et les prébendes qu’ils peuvent avoir, maintiennent le pays dans le statu quo ont aussi une part de responsabilité.
 
Parmi les ennemis de l’alternance au Togo figure un certain Taffa Tabiou, le président ou l’ancien président de la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI) de triste renommée, maître d’œuvre du braquage électoral du 25 avril 2015 au Togo. C’est également lui qui était le cerveau de la mascarade électorale du 4 mars 2010. Un véritable mercenaire électoral au Togo dévoué corps et âme à la dictature des Gnassingbé.
 
Taffa Tabiou s’est singulièrement distingué lors de la parodie électorale d’avril 2015. Alors que le décompte des voix n’était pas achevé- seuls les résultats de 14 circonscriptions électorales sur 42 avaient été consolidés-, il s’est précipité pour proclamer seul et en catimini la victoire de Faure Gnassingbé. Une proclamation qui avait donné lieu à un psychodrame en live à la télévision nationale. Taffa Tabiou avait été interrompu par le vice-président de la CENI, Francis Pédro qui avait vigoureusement protesté contre les résultats qu’il allait proclamer. Des images qui avaient fait le tour du monde, comme celle du militaire qui a volé les urnes en 2005 et détalé comme un joueur de rugby.
 
Comme un vulgaire filou pris la main dans le sac, Taffa Tabiou avait de la peine à lire les chiffres qu’il avait sous les yeux, en abondant dans les tâtonnements et les confusions de prosodies. Plusieurs fois, il s’est perdu dans les chiffres, a présenté des excuses et repris la proclamation avec hésitation. « Excusez-moi, il y a confusion dans les chiffres » ou encore «ces chiffres seront revus plus tard pour être corrigés », telles étaient les incongruités qu’il avait servies à la face du monde.
 
C’est cet expert en élections truquées que l’Union Africaine (UA) a habillé en observateur électoral lors de l’élection présidentielle au Bénin. Jusqu’alors, on se pose mille et une question sur ce qu’est allé faire au Bénin quelqu’un qui a passé son temps à tripatouiller les élections au Togo, quelqu’un qui a les fraudes électorales dans les chromosomes, quelqu’un qui respire la fraude dans une élection où la transparence est la règle d’or.
 
Mais tout bien réfléchi, au lieu de s’en offusquer, pourquoi ne pas se réjouir que notre expert en fraudes électorales aille vivre les réalités des élections véritablement transparentes chez le pays voisin ? Quels étaient ses sentiments, qu’est-ce qu’il a éprouvé quand son collègue béninois a organisé des élections véritablement transparentes sans faire entorse à la vérité des urnes où le vaincu a félicité le vainqueur? Etait-il content que le président de la Commission électorale nationale autonome (CENA) du Bénin, Emmanuel Tiando, reçoive des félicitations de toute part après la réussite du processus électoral ? On aurait aimé lire le rapport que Taffa Tabiou aura personnellement rédigé.
 
En tout cas, on espère qu’il aura tiré des enseignements au Bénin. Le vœu des militants de la démocratie, c’est de le savoir en bonne santé et de le voir vivre longtemps afin qu’il puisse goûter et jouir longuement des fruits de la démocratie et de l’alternance dont il s’est évertué à empêcher l’instauration au Togo.
 
source : Liberte
 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *