Togo/Conseil des ministres : Les limbes de la rupture

0
1493

Le tout premier conseil des Ministres avec le gouvernement de Victoire Tomegah-Dogbé s’est tenu cette semaine. Au centre des discussions, de nombreux sujets qui touchent au quotidien de la population togolaise. Les décisions prises lors de ce conseil des Ministres augurent d’un réel désir de rupture et de la mise en place de nouvelles méthodes de gestion pour plus d’efficience dans la gouvernance. Avec la nouvelle feuille de route quinquennale, les ministres sont sous pression…une sensation de sérieux.

Le conseil des Ministres qui s’est tenu ce mercredi 28 octobre 2020 est l’un des plus nourris de l’histoire récente du gouvernement togolais. A l’issue de la séance, de nombreux points non moins intéressants ont été retenus. Déclaration de biens des membres du gouvernement, mesure d’allègement dans la riposte contre la pandémie, dispositions sanitaires pour la reprise des cours sont entre autres les sujets traités.

En ce qui concerne la déclaration des biens, un avant-projet de loi a été examiné, portant sur le fonctionnement des services du Médiateur de la République. Ce dernier est chargé en effet, de recevoir les déclarations des biens et avoirs des hautes personnalités.

Une avancée vers la concrétisation de cette procédure de déclaration longtemps resté dans les placards.

Ce médiateur est également chargé de mener des enquêtes et investigations pour s’assurer de l’équité et de la qualité des services publics.

Alors que plusieurs scandales de détournement et de corruption secouent de nombreux ministères depuis des années, et encore plus ces derniers mois, cette initiative permettra aux concitoyens de s’assurer que les autorités ne s’enrichissent pas sur le dos du contribuable. Encore faut-il tout de même que le processus se déroule de façon rigoureuse et en toute transparence.

Un autre point important de ce conseil concerne la prise de certaines mesures de relâchement, après plusieurs mois de fermeture des lieux de culte. La réouverture partielle des églises avait provoqué le mécontentement de certains religieux.

La nouvelle mesure autorise tous les lieux de culte à rouvrir à l’exception de ceux du grand Lomé étant donné la forte propagation de la Covid-19 sur cette partie du territoire ces dernières semaines.

Néanmoins, la vigilance est toujours de mise pour les lieux de culte qui rouvriront à l’intérieur du pays. L’on se rappelle que plusieurs foyers de propagation ont été détectés dans certaines villes reculées du Togo. Seuls quelques lieux de culte supplémentaires seront autorisés à rouvrir dans la capitale.

Il a également été question du défi sécuritaire dans la sous-région. Le contexte actuel est marqué par une insécurité grandissante, surtout dans le Nord. Pour renforcer d’avantage la sécurité, des mesures sont en vue pour reformer et adapter la défense nationale.

Un avant-projet de loi a été examiné à cet effet. Cette “loi de programmation militaire“ fait toutefois l’objet de critiques de la part des analystes. Il est reproché à l’armée togolaise d’être très partisane et incapable de défendre les intérêts des citoyens qu’ils sont censés protéger. Certains pensent que cette mesure devrait inclure une réforme complète des forces de sécurité en générale pour assurer une cohésion sociale.

Pour ce qui est de la rentrée scolaire 2020-2021, les mesures annoncées par le Ministre des enseignements primaires, secondaires, techniques et de l’artisanat pour assurer une rentrée efficace et efficiente ont été approuvées.

Rentrée administrative, respect des gestes barrières, reprise effectives des cours, mais aussi allocation d’une aide financière aux enseignants volontaires ; ce sont les points qui ont été abordés. Très remontés depuis quelques semaines face à la sourde oreille des autorités vis-à-vis de leurs revendications, les enseignants volontaires espèrent bien que cette mesure sera effectivement mise en œuvre dans les prochains jours.

Pour limiter les risques de propagation, un protocole sanitaire sera mis à la disposition des établissements scolaire et un mécanisme de suivi régulier de la situation sanitaire sera mis en place.

Du reste, les togolais espèrent bien voir l’implémentation de toutes ces mesures car des discours, il y en a eu. Surtout que le conseil est nourri d’audace. Des sujets tabous sont mis en chantier.

Le nouveau gouvernement veut s’inscrire dans l’action ; comme le réitère d’ailleurs le Premier ministre Victoire Dogbé : « Complémentarité, cohésion, suivi et rétroaction devront être au centre des réflexions et des stratégies pour répondre aux attentes des populations ».

Dans cinq ans, l’heure du bilan, et la population sera au rendez-vous.

Eric Gagli

Source : l’Indépendant Express

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

51 − 47 =