Accueil SOCIÉTÉ EDUCATION Togo, Danger public à l’Université de Kara : La clôture érigée par...

Togo, Danger public à l’Université de Kara : La clôture érigée par le président Komlan Sanda s’effondre…par un simple coup de vent

- Advertisement -

L’Université de Kara et son président Komlan Sanda | Infog : 27avril.com


L’Université de Kara a été le théâtre de violences aveugles des forces de l’ordre et de sécurité le mardi 8 mai dernier. Des étudiants qui s’organisaient pour des manifestations afin de réclamer leurs allocations de secours ont été violemment gazés et dispersés et des dégâts collatéraux sont insoupçonnables.
«J’ai été choqué par la violence inouïe de la répression de nos manifestations. Devant moi une dame qui était de passage a vu quatre de ses dents tomber sous l’effet d’une grenade lacrymogène dont elle a été victime. Des élèves d’une maternelle attenante à l’université ont été étouffés et abandonnés par leurs encadreurs qui ne savaient plus à quel saint se vouer », a témoigné un étudiant.
Paradoxalement, au lendemain de ces manifestations, une partie des allocations a été payée. Où étaient les fonds ? Le pouvoir togolais ne cède que sous la pression, peut-on conclure. Autre situation incompréhensible, pendant qu’on rechigne à payer les pauvres allocations aux étudiants, le Président de l’Université Professeur Komlan Sanda fait accélérer les travaux de la clôture du campus.
Des murs de plus de 20 mètres, dit-on, sont érigés à un rythme insoutenable. Et il a fallu juste une pluie la semaine dernière, pour voir une bonne partie de la clôture s’effondrer sous l’effet du vent. Là, beaucoup s’interrogent sur la qualité des travaux visiblement bâclés.
Comment l’ouvrage a-t-il été attribué ? Si un simple vent emporte la clôture, c’est bien un danger public, puisque tout passant peut en être victime y compris le président « répressionniste » Komlan Sanda. Comme à Lomé, la clôture-là est érigée juste pour contenir les étudiants lors des manifestations. C’est vraiment honteux pour ce pays que des professeurs d’université sont devenus complices du pouvoir politique pour réprimer sauvagement des étudiants.
K.A.
Source : Le Correcteur No.817 du 14 mai 2018
 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

− 8 = 2

LES + LUS

La protection des espèces en voie d’extinction, un pan de développement durable que les candidats à la présidentielle ignorent

Le Togo vit au rythme de la présidentielle et les candidats déroulent leurs programmes pour convaincre les électeurs. Dans...

Le métier de vendeur en pharmacie

Ils sont qui à l’accueil, qui au comptoir, qui à la caisse. Généralement, ce sont eux qui servent les produits aux clients dans les...

Vote de la diaspora : Les Togolais des USA ressentent « tristesse, amertume, frustration (…) »

Timothée Doe La diaspora togolaise en est presque écartée. Mais l’élection présidentielle ne la laisse pas pour...

Campagne électorale : l’honorable Djissenou Kodjo mobilise Ahépé, Zafi et Yoto Kopé pour Faure Gnassingbé

La campagne électorale dans le cadre de la Présidentielle du 22 février prochain est rentré depuis ce lundi...

Utilisation des moyens de l’Etat pour la campagne : De la nécessité pour Christian Trimua d’apporter les preuves pour dédouaner son mentor

Faure Gnassingbé ferait-il partie des « brebis galeuses » d’Unir ? photo@archives utilisée pour illustrer (…) Pourvu qu’avant la...