Togo en 1/4 de finale : des milliers de togolais dans les rues de Lomé pour saluer la « qualification historique » des Eperviers (REPORTAGE)

0
679

can2013_eperviers_joie_lome
 
Des milliers de togolais ont pris d’assaut les rues de Lomé pour saluer la « qualification historique » des Eperviers du Togo à la phase finale de la Coupe d’Afrique des nations (CAN-2013). Le Togo a obtenu son billet ce mercredi, après son nul (1-1) face à la Tunisie. C’est la première fois que le Togo atteint cette étape d’une phase finale de la Coupe d’Afrique des nations, après sept participations. C’est le Togo qui a ouvert le score à la 13e minute par Serge Gakpé, sur un tir bien croisé, après une belle percée de l’attaquant vedette des Eperviers Emmanuel Adébayor. Ben Cherifia, le gardien de but tunisien n’a fait que constater les dégâts.
 
Ce but a réveillé les Aigles de Carthage qui ont multiplié quelques occasions. Ils finiront par obtenir un penalty à la 28e minute, suite à une faute de Nibombé Daré sur Hichri.
 
Khaled Mouelhi, chargé d’exécuter la sentence, prend à contre-pied, le gardien Agassa Kossi (1-1. Score à la pause).
 
Du retour des vestiaires, la rencontre s’est engagée de part et d’autre avec de belles initiatives. Un jeu un peu gâché par l’arbitrage : un penalty pour la Tunisie à la 52e minute (faute de Vincent Bossou sur Darragi) et un autre à la 58è minute pour le Togo (faute d’Hichri sur Emmanuel Adébayor).
 
C’est plutôt à la 77e minute que l’arbitre de la partie Daniel Benett, accorde un autre penalty aux Aigles. Mais Mouheli, retrouvera cette fois-ci, le montant gauche d’Agassi Kossi. Acculés vers la fin du match, les Eperviers du Togo ont tenu bon, jusqu’au coup de sifflet final de l’arbitre. Une victoire historique saluée à Lomé par des milliers de togolais qui ont pris d’assaut les rues de la capitale.
 
Cinq minutes après la fin du jeu, des rues de Lomé étaient bondées de monde et la circulation perturbée sur certaines grandes artères. Des jeunes surexcités, ont envahi certains carrefours.
 
« Allez les Eperviers, vous êtres trop forts », scande au milieu d’un goudron à Adidogomé, un jeune sur sa moto. Non loin, une jeune fille, vêtue d’un tee-shirt (couleur traditionnel des Eperviers), se jette dans les bras d’un jeune au milieu d’un groupe de garçons, tous torse-nu : « je suis folle de joie, les Eperviers sont les meilleurs pour cette CAN », s’écrie cette fille en « transe ».
 
A Déckon, l’ambiance n’est pas loin de celle d’une manifestation politique, le grand carrefour complètement noir de monde et la circulation bloquée pendant quelques minutes.
 
Coupure d’électricité
 
Et c’est dans cette grande et folle ambiance que l’électricité a été coupée dans toute la ville. Selon des sources concordantes, les autorités l’auraient fait sciemment, afin d’éviter des débordements, car la « tension » montait dans certains quartiers et sur certaines rues.
 
« J’étais très content de cette coupure d’électricité, car des jeunes faisaient beaucoup de désordre en ville », a commenté un journaliste sportif sur une radio privé, 30 minutes après le coup de sifflet final de l’arbitre.
 
Le « jus » n’a été rétabli qu’après environ 1heure de coupure. « Cette coupure d’électricité a permis d’éviter des dégâts, car certains jeunes ne se contrôlaient plus. Certains se sont même saoulés, quelques minutes avant la fin du match. Félicitation à nos autorités pour ce réflexe », salue Adjinou, responsable d’une boutique de ventes d’appareils électroménagers à Déckon.
 
La fête continue, car les Eperviers affronteront dimanche, les Etalons du Burkina Faso. FIN
 
Junior AUREL/ Lambert ATISSO / Ambroisine MEMEDE
 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

20 − = 18