Togo : Un ex-ministre de Faure au Togo devient un taximan en France


Vous êtes « ministre avec Faure » ? Vous avez l’occasion de faire la pluie et le beau temps. Vous abandonnez les vestes que Diallo vend à la sauvette pour vous diriger vers des supermarchés parisiens, italiens, londoniens, berlinois, etc. Même si vous n’avez pas d’importants diplômes, on s’arrangera pour façonner un CV digne d’un ministre de la république « gnassingbélandaise ».
 
ministre_taximan_france


Ah oui, de CE1 dans sa globalité, on devient plus tard Docteur Honoris Causa ! Mais un conseil, souvenez-vous du chemin que vous avez emprunté pour monter au sommet, surtout si vous êtes prêté par l’opposition sans option d’achat. Assurez vos arrières pendant que vous savourez les délices ministérielles. Car l’après-ministre est compliqué, très compliqué. Vous qui dépensiez sans compter, n’aurez même plus rien à compter. Et chacun a sa façon d’assurer la période post-ministérielle.
 
Membre du gouvernement sous Faure Gnassingbé, il fut l’un de ces Togolais qui ont un CV ronflant malgré ses diplômes « floc floc ». Ancien sociétaire de l’opposition, il a rejoint le premier gouvernement du « fils de la nation » après les « déjà tués » ou les « déjà battus » de 2005. Il avait été même humilié dans un pays voisin lors d’un match des Eperviers. Débarqué du gouvernement après les législatives d’octobre 2007, il avait siégé au sein d’un conseil d’administration avant de tout perdre avec la fausse création de l’UNIR.
 
Mais lors de son passage au gouvernement, il avait garanti de fort belle manière son avenir. Les jaloux de ses acquis disent qu’il aurait mis enceinte cinq jeunes secrétaires en un seul trimestre. Et depuis quelques années, il a immigré en France grâce à l’une de ses victimes togolaise d’origine mais de nationalité française. Il lui fallait donc un job. Mais sans qualification, il est devenu conducteur de taxi. Au moins là, il sera mieux rémunéré que ses compères de Lomé qui non seulement peinent à avoir de clients mais aussi sont obligés de défier les rues cabossées et boueuses de la capitale.
 
Bonne chance Excellence ! Mais une chose, ne dites pas à vos clients que « c’est sur instruction personnelle du chef de l’Etat » que vous allez les laisser à là Porte de Clignancourt ou à la station Père Lachaise…
 
Liberté
 




 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Welcome Back!

Login to your account below

Retrieve your password

Please enter your username or email address to reset your password.

Aller à la barre d’outils