Accueil TOGO ACTUALITÉ POLITIQUE Togo: Faure Gnassingbé, le déni de réalité jusqu’au bout…

Togo: Faure Gnassingbé, le déni de réalité jusqu’au bout…

- Advertisement -


« Aujourd’hui, ceux qui intoxiquent et mentent ont trouvé un allié dans la technologie. On peut transformer une chose juste ou alors, un homme simple comme moi en dictateur sanguinaire. J’ai découvert que j’étais un dictateur sanguinaire », dixit Faure Gnassingbé au congrès de son parti UNIR à Tsévié samedi dernier. Une déclaration qui fait des vagues, tellement l’homme se voit « juste » et fait croire qu’il est un ange, contrairement à ce que pense le peuple de lui.
 
Selon le dictionnaire Larousse, un « dictateur » est une « personne qui, à la tête d’un Etat, détient tous les pouvoirs, les exerçant sans contrôle et de façon arbitraire, autocrate. Personne qui impose ses points de vue aux autres ». A en croire le même dictionnaire, un « sanguinaire » est une personne « qui n’hésite pas répandre lesang ». Et donc, voilà la personne que Faure Gnassingbé dit ne pas être à la tête d’un pays où l’arbitraire, l’impunité, les violations des droits les plus élémentaires, le pillage et le despotisme sont devenus les choses les mieux partagées.
 
Faure Gnassingbé dit être un « homme simple » et non un « dictateur » ; et pourtant, c’est sous son règne que plusieurs personnes sont arbitrairement arrêtées, détenues, torturées et même assassinées pour leur opinion, leur prise de position ou encore leur appartenance politique. On se rappelle encore l’assassinat du politologue et historien AtsutsèAgbobli dont le corps sans vie a été découvert à la plage de Lomé le 15 août 2008. Les enquêtes annoncées n’ont jamais réussi à situer l’opinion. Egalement, l’affaire des incendies des grands marchés de Lomé et de Kara est ce dossier qui a défrayé la chronique sous Faure Gnassingbé. Ce crime qu’on impute aux responsables de l’opposition (bien que les Togolais sachent les auteurs de ces actes ignobles), a été le commencement de la chasse menée contre ces leaders et leurs militants. Certains, à l’instar d’Etienne Yakanou, sont décédés dans leur lieu de détention. D’autres traînent encore des séquelles des actes de torture qu’ils ont subis de la part des tortionnaires attitrés du régime. Sans oublier que des gens sont toujours en détention jusqu’aujourd’hui dans le cadre de cette affaire. Son propre frère Kpatcha Gnassingbé n’a pas échappé aux dérives de son régime. Point besion ici de rappeler qu’il est en prison depuis des années à la suite d’une rocambolesque affaire d’atteinte à la sureté intérieur de l’Etat. Que dire de Pascal Bodjona, l’homme à tout faire qui a subi aussi le même sort.
 
Depuis le début de la contestation du pouvoir Faure Gnassingbé le 19 août dernier, plusieurs Togolais sont jetés en prison, avec en toile de fond des procès bâclés ici et là. Les droits de manifestations publiques pacifiques sont en train d’être réduits. Plusieurs autres situations montrent que le Togo n’est pas une démocratie. Les Togolais vivent dans un pays où il n’y a que les signes de la dictature. Mais si Faure Gnassingbé déclare n’être pas dictateur, qui dirige alors le pays ?
 
Le Prince se dit « simple » et non « sanguinaire ». Mais personne n’oublie que c’est sur les cadavres d’un millier de Togolais qu’il était arrivé au pouvoir en 2005. Et ça continue… jusqu’aujourd’hui. A la moindre contestation de son pouvoir, lui-même, également ministre de la Défense, fait sortir des armes contre sa population qui descend dans les rues les mains nues. En deux mois seulement, on compte déjà environ vingt (20) morts, des centaines de blessés par balles réelles et autres armes et des centaines de réfugiés. Tout porte à croire que la cible de la « dictaturesanguinaire » reste les enfants. On en veut pour preuve les cas du petit Joseph de 10 ans tombé sous les balles des militaires à Bè-Kpota (Lomé) le 18 octobre dernier; Agrigna Rachid, 15 ans, tué à Bafilo le 20 septembre; un autre de 9 ans tué à Mango dans les mêmes circonstances… En avril 2013, deux élèves, Anselme Sinandaré et DoutiSinalengue ont été lâchement assassinés par les forces de l’ordre à la solde de Faure Gnassingbé. Ces enfants ne faisaient que réclamer leurs enseignants qui étaient en grève. L’un a été tué par balle, l’autre, par bastonnade. En plus de ces personnes qui meurent par la sauvagerie militaire, juste pour conserver le pouvoir.
 
Même s’il refuse de l’admettre, Faure Gnassingbé ne peut nier ce passif lourd qui le suit partout où il va. Ce relevé macabre déteint sur la légitimité. Il est clair pour tous, le régime dont il est bénéficiaire présente aujourd’hui toutes les caractéristiques des définitions que donne Larousse des mots « dictateur » et « sanguinaire ». Mais faire comme si de rien n’était, que le Togo est un paradis et que lui (Faure Gnassingbé) serait un ange ou tout simplement un « juste » comme il l’affirme, relève malheureusement du déni de la réalité qui ne plait absolument pas aux Togolais, même s’il pense aller jusqu’au bout dans cette logique. Triste pour le Togo !
 
source : L’Alternative
 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

72 + = 76

LES + LUS

Justice : Folly Satchivi libéré par « grâce présidentielle »

Folly Satchivi Le chef de l’État togolais Faure Gnassingbé a accordé ce mercredi, une « grâce présidentielle »...

« La construction et la gestion des marchés relèvent des compétences propres des maires », persiste M.Fabre

Jean-Pierre FABRE « La construction et la gestion des marchés relèvent des compétences propres des maires », a une fois...

Togo : Pourquoi Faure Gnassingbe Sera Toujours Abonné aux Poubelles de l’Histoire

Comparaison n’est pas raison, mais on n’est pas bien tenté de dresser une analogie entre Faure Essozimna Gnassingbé et son homologue (...

Togo, Conséquence d’organisation des élections sur fonds propres pour favoriser les fraudes : Le gouvernement Incapable de rembourser la caution des candidats

Tchambakou Ayassor, président de la Céni. La Cour Suprême a proclamé le 18 juillet dernier les résultats définitifs...

Togo, Violence des militaires sur les forestiers à Davié : Que cache le silence du gouvernement ?

Les images sont surréalistes. Des corps habillés qui s’entredéchirent au Togo, c’est malheureusement le cas à Davié. Selon le confrère en ligne...