Togo : Faure Noël ?


cari_faure_pere_noel


« Les griots sont là, au réveil du chef, et ils sont encore là, tard le soir, pour éteindre les lumières, au moment où celui-ci s’endort » (Jean-Baptiste Placca)
 
« Père Noël », c’est par ce qualificatif encenseur que les courtisans de Faure Gnassingbé le présentent lorsqu’il a décidé le 24 décembre, veille de Noël, de soulager un peu le portefeuille des Togolais en révisant à la baisse les prix des produits pétroliers à la pompe. Que l’attente fut longue pour les bien-aimés électeurs qui avaient « massivement » porté leur choix sur Faure Gnassingbé lors de la présidentielle du 25 avril 2015 dernier.
 
Dans la tradition, les « pères Noël » sont les personnages dont le cœur déborde de générosité, qui parcourent des milliers de kilomètres pour combler de cadeaux les enfants. C’est ce côté débonnaire, hyper généreux, toujours prompt à faire le bonheur des autres qui constitue l’essence même du père Noël. Si on peut imaginer les pères Noël d’exception qui ont le cœur dur, le jeune président devrait faire partie de cette catégorie.
 
Et pour cause, c’est avec regret, douleur, le cœur lourd que Faure Gnassingbé est amené à faire ce geste à l’endroit des Togolais. Ce remords transparaît à travers le communiqué qui a sanctionné le conseil des ministres. « Le conseil des ministres a décidé, pour tenir compte du cours du baril de pétrole et malgré la hausse du cours du dollar, de la baisse des prix du carburant à la pompe à compter du 25 décembre 2015 à 00 heure », souligne en effet le communiqué.
 
C’est à croire que c’est seulement pour le Togo que le cours du dollar est en hausse puisque les pays voisins, le Bénin et le Ghana notamment, ont maintenu depuis plusieurs mois le prix du carburant sous la barre de 500 Fcfa alors que les Togolais, eux, étaient condamnés à le payer au prix prohibitif. Or ces pays s’approvisionnent aux mêmes conditions et chez pratiquement les mêmes fournisseurs que le Togo. Pourquoi est-il si difficile pour la nomenklatura dirigeante qui a fait main basse sur toutes les richesses du pays de faire le bonheur des Togolais au nom de qui ils prétendent gouverner?
 
Faure Gnassingbé et les siens peuvent-ils nous épargner de cette grise mine s’ils se décidaient à pratiquer la vérité des prix comme dans les autres pays ? Ça éviterait toutes les frustrations et injustices qu’ils font subir aux Togolais.
 
Interrogé sur la baisse du prix du carburant, un pompiste avait déclaré sur une chaîne de télé qu’il aurait souhaité que le Togo harmonise les prix avec les pays voisins pour éviter la contrebande, mais aussi que les stations puissent garder la clientèle qui préfère aller s’approvisionner dans ces pays où le carburant est moins cher.
 
A ce propos, quand on voit comment les dirigeants des pays voisins sont soucieux du bien-être de leurs concitoyens, comparé aux traitements qu’on nous inflige ici (incendie du Reichstag, vie chère, répression aveugle pour des manifestations pacifiques, morts de Mango, élèves assassinés, geôles remplies d’innocents, etc.), il nous arrive de nous demander ce que nous autres avons fait au bon Dieu pour mériter un tel sort.
 
Au demeurant, on espère qu’après le carburant, Faure Gnassingbé va aussi s’attaquer aux services de télécommunications qui demeurent, à l’ère de la révolution numérique, un luxe au Togo. Alors il aura véritablement entamé son mandat social…
 
Source : [30/12/2015] Médard Amétépé, Liberté
 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *