Togo : Insalubrité au CHR Lomé Commune, un problème de santé publique


CHR Lomé Commune, ou Hôpital Bon Secour, géré depuis 7 ans moins qu’une épicerie villageoise par le sieur Yakoubou Sadicou, baigne carrément dans un insalubrité dégoûtante | Photo Archive
CHR Lomé Commune, ou Hôpital Bon Secour, géré depuis 7 ans moins qu’une épicerie villageoise par le sieur Yakoubou Sadicou, baigne carrément dans un insalubrité dégoûtante | Photo Archive


Pour être en bonne santé, il faut vivre dans un environnement saint dit-on souvent. Ce n’est malheureusement pas le cas au Centre Hospitalier Régional de Lomé-Commune ( CHR LC). Les alentours de l’hôpital sont dans une insalubrité indescriptible et pourtant le personnel de cet hôpital y vit à cœur joie.
CHR Lomé Commune, ou Hôpital Bon Secour, géré depuis 7 ans moins qu’une épicerie villageoise par le sieur Yakoubou Sadicou, baigne carrément dans un insalubrité dégoûtante | Photo Archives
 
Odeurs nauséabondes, des sachets et couches pour bébés le tout mélangé dans une eau verdâtre laissant apparaître quelques fois des caillots de sang. C’est la triste image que laisse apparaître l’alentour de la clôture faisant face à la maternité dans ce centre de santé situé à Kégué. Et pourtant à quelques centimètres de ce lieu puant, siège un restaurant où docteurs, employés, patients et les visiteurs de ce centre hospitalier prennent leurs déjeuners.
 
Selon certains responsables dudit centre, l’eau puante se trouvant à l’intérieur et à l’extérieur de la clôture de l’hôpital provient des vaisselles des accompagnatrices des patients et malgré les sensibilisations à leur endroit, elles font la sourde oreille. Or le tuyau d’évacuation des eaux de cet hôpital sont aussi tournés hors de la clôture.
 
Les responsables de cet hôpital sont conscients des risques de maladie que peuvent engendrés ces eaux usées mais disent être en manque de moyens pour assurer l’hygiène de ce centre de santé construit il y a à peine 10 ans.
 
Le ministère de la santé a l’obligation de confier la gestion de cet hôpital aux personnes plus responsables puisque non seulement l’entretien du local cause problème, mais aussi l’accueil réservé aux patients est plus qu’un calvaire. Il y a de cela quelques mois, un malade dans état comateux transporté vers cet hôpital a dû attendre pendant plusieurs heures avant qu’une infirmière d’un ton complètement voyou ne demande son évacuation au CHU Sylvanus Olympio. Malheureusement le malade succomba sur son chemin d’évacuation. Il urge qu’une solution soit trouvée à cet hôpital sur les plans sanitaire et humain dans les meilleurs délais sinon beaucoup de vies humaines vont en pâtir.
 
Source : [06/10/2016] David Ricardo, Corps Diplomatic Togo / 27avril.com