Togo: Jerry Rawlings lance un dernier appel à Faure Gnassingbé



L’enlisement de la crise politique au Togo semble être un sujet de préoccupation majeure pour l’ancien président Ghanéen Jerry John Rawlings.
 
Lors d’une audience accordée à une délégation de la diaspora togolaise le mercredi, l’ex-chef d’État Ghanéen a convié les Chefs d’État de la CEDEAO et les partenaires du Togo à exercer une pression diplomatique sur les principaux acteurs politiques dans le pays notamment le président Faure Gnassingbé en poste depuis 2005.
 
À l’endroit de la délégation togolaise conduite par Lily Massan Gnininvi, une militante togolaise vivant aux États-Unis, John Rawlings a souligné l’importance d’une intervention de la CEDEAO dans la crise au Togo pour défendre les valeurs de liberté et de justice.
 
C’est la deuxième fois que l’ancien Chef d’État ghanéen se prononce depuis le début de la crise au Togo le 19 août dernier. Dans une déclaration publiée par son bureau le 12 septembre, John Rawlings s’était dit inquiet des évènements qui se déroulent au Togo « au regard des morts et nombres de blessés enregistrés lors des récentes manifestations ».
 
« Cette situation présage une guerre civile non souhaitable. (…) la posture intimidante des forces armées montre clairement la pertinence de la nécessité d’éviter une escalade à ce point » avait-il laissé entendre.
 
Selon le directeur du Conseil ghanéen pour les réfugiés, près de 300 Togolais ont fui Togo vers le Ghana suite aux violentes répressions des manifestations au nord du pays le 20 septembre dernier. Quatre personnes — dont un enfant de 9 ans — ont perdu la vie lors de ces répressions à Mango (au nord du Togo).