Togo : La C14 Maintient le Cap et Annonce de Nouvelles Manifestations.

image_pdfimage_print

« Ce système sera déconstruit dans l’intérêt de tous », dixit Mme Adjamagbo-Johnson

Vingt-quatre heures après la fin de la première réunion du Comité de suivi de la feuille de route de la Cédéao, les responsables de la Coalition des 14 partis de l’opposition ont organisé une conférence de presse. Ils se sont prononcés sur les travaux du Comité et ont annoncé de nouvelles manifestations de rue dont la date sera connue en début de semaine prochaine.

Lundi et mardi derniers, l’Hôtel 2 Février a abrité la première rencontre du Comité de suivi de la feuille de route de la Cédéao. Des échanges ont eu lieu entre les différents protagonistes de la crise togolaise. Au finish, les représentants de la Coalition des 14 partis politiques de l’opposition ont déploré qu’aucune avancée notable n’ait été enregistrée, surtout en ce qui concerne la Commission électorale nationale indépendante (CENI). « Au total, nous devons dire que les Togolais sont restés sur leur soif. Il y a même une tentative de démobiliser les populations pour leur faire croire que la lutte est perdue. Nous voulons rassurer les populations que la lutte n’est pas perdue et que la Coalition continuera à rester ferme », a déclaré Mme Brigitte Kafui Adjamagbo-Johnson, Coordinatrice de la Coalition des 14.

La principale annonce de cette première rencontre est bien évidemment le recrutement d’experts dans le cadre des réformes et des élections en perspectives. La Coalition a exigé d’avoir un droit de regard sur le processus de recrutement des experts, au même titre que le gouvernement. « Nous allons avoir un droit de regard sur le processus de recrutement des experts. Cela ne veut pas dire que nous n’avons pas confiance en la Cédéao. Cela n’exclut pas que nous soyons vigilants et fermes quant aux aspirations des populations », a indiqué Mme Brigitte Kafui Adjamagbo-Johnson.

Lors de la conférence de presse, les responsables de la C14 ont rapporté les comportements déplacés et les propos « irrespectueux » du ministre de la Fonction publique et chef de la délégation du RPT-UNIR, Gilbert Bawara. « Nous avons demandé que le Comité de suivi dise à M. Bawara de choisir les termes dans lesquels il s’exprime désormais pour manifester plus de respect aux responsables politiques que nous sommes », a averti la Coordinatrice de la Coalition des 14.

Selon les représentants de la Coalition, les propos de Gilbert Bawara non pas été seulement discourtois. Le ministre a également estimé que l’opposition devra prendre le train en marche. Un message a été envoyé à l’intéressé. « Nous voulons dire à Monsieur Bawara que le train qui a démarré, qui est en route et après lequel il croit que nous allons courir, n’arrivera pas à bon port. Il devrait retourner à la station départ, et nous nous serons entendus pour monter ensemble. Nous sommes en train de nous préparer », a prévenu Mme Brigitte Adjamagbo-Johnson.

Pour intensifier la lutte, l’opposition annonce de nouvelles manifestations sur toute l’étendue du territoire. « Nous allons entreprendre d’informer largement les populations en vue des prochaines manifestations massives à Lomé et à l’intérieur du pays. Il s’agira de manifestations nationales. Les dates de ces manifestations seront connues à partir de la semaine prochaine », a précisé Mme Brigitte Adjamagbo-Johnson.

Malgré les manœuvres du régime pour décourager les populations, la Coalition assure que la lutte n’est pas perdue. « La lutte togolaise ne peut être perdue parce que c’est une lutte de survie pour notre nation. C’est une lutte que nous menons parce que les Togolais ont conscience de ce qu’il n’y a d’autre avenir pour notre pays que de se mettre sur la voie de la démocratie », a assuré la Secrétaire Générale de la CDPA.

« Nous sommes là pour aller jusqu’au bout de la lutte. Nous ne nous prêterons pas à des mascarades. Ils feraient mieux de ramener le train à la gare pour qu’on redémarre ensemble », a renchéri Jean-Pierre Fabre, Chef de file de l’opposition.

Pour Me Dodji Apévon, président des FDR, « les Togolais ne veulent plus d’une démocratie au rabais ». Evoquant les travaux en cours à la Céni, il a martelé qu’une nouvelle Céni sera mise en place et c’est avec celle-ci que démarreront les travaux des experts.

L’autre fait qui a marqué les esprits, ce sont les propos incendiaires d’une déléguée du RPT-UNIR à la rencontre du Comité de suivi. Selon les témoignages, Mme Tségan Yawa, député RPT-UNIR a déclaré que le pouvoir en place compte s’éterniser. « On nous a suffisamment bernés, et nous avons pitié de ceux qui, sans aucune conviction, pensent qu’ils vont pouvoir indéfiniment profiter de leur position de privilégiés sans prendre en compte l’intérêt des populations… Nous verrons si ce pouvoir va tenir encore longtemps. Ce système sera déconstruit dans l’intérêt de tous et nous allons organiser un nouveau système dans lequel les fils et les filles de ce pays pourront construire un avenir meilleur pour nous tous », a conclu Mme Adjamagbo-Johnson.

Géraud A.

Source : Liberté No.2754 du 13 septembre 2018
 

Commentaires

comments

Laisser un commentaire

Saisissez votre mail.

*