Togo : La CENI dit reprendre service, la coalition des 14 parle de provocation

0
271


L’annonce faite par voie de communiquĂ© ce mercredi par la Commission Ă©lectorale nationale indĂ©pendante (CENI) fait dĂ©jĂ  grincer des dents Ă  la coalition des 14 partis politiques de l’opposition. Le regroupement de partis politiques ne digĂšre pas que le pouvoir puisse continuer de prendre des dĂ©cisions unilatĂ©rales, malgrĂ© les concessions de forme faites de part et d’autre pour faire Ă©voluer le dialogue.
Jean Kissi, le secrĂ©taire gĂ©nĂ©ral du ComitĂ© d’action pour le renouveau (CAR), parti membre de la coalition des 14, est le premier Ă  rĂ©agir. Selon lui, ce que la CENI a fait, risque de mettre le feu aux poudres parce que dans la feuille de route de la CommunautĂ© Ă©conomique des Etats de l’Afrique de l’ouest (CEDEAO), il y a une recommandation concernant la CENI.
« Le minimum, c’est d’attendre que cette recommandation soit mise en Ɠuvre avant qu’une quelconque CENI ne commence son travail, puisque cette recommandation dit que tout le monde doit participer Ă  la CENI. Quand nous ne sommes pas lĂ , ils ne peuvent pas continuer Ă  travailler», a-t-il dĂ©clarĂ© ce jeudi sur les ondes de la radio Victoire FM.
Pour le dĂ©putĂ©, tout ce qui adviendra Ă  la suite de cette ‘provocation’, doit ĂȘtre mise sous la responsabilitĂ© de Kodjona Kadanga, le prĂ©sident de la CENI qui est, selon lui, manipulĂ©.
A en croire Jean Kissi, lorsque la dĂ©lĂ©gation de la coalition des 14 partis politiques de l’opposition a Ă©tĂ© reçue ce mercredi Ă  LomĂ© par Jean-Claude Kassi Brou, dans le cadre de la rencontre de concertation relative Ă  la mise en Ɠuvre de la feuille de route de l’organisation sous rĂ©gionale, cette question a Ă©tĂ© abordĂ©e.
Les responsables de la coalition, poursuit-il, ont demandĂ© Ă  savoir ce que fera la coalition devant une dĂ©cision unilatĂ©rale du gouvernement togolais, Ă©tant donnĂ© que le comitĂ© de suivi ne viendra tenir sa premiĂšre rĂ©union qu’en fin de ce mois.
Pour toute rĂ©ponse, il est revenu Ă  la dĂ©lĂ©gation de la coalition que la date de fin aoĂ»t n’est qu’indicative et que les prĂ©sidents facilitateurs reviendront ‘rapidement’ dans la capitale togolaise.
D’oĂč vient cette dĂ©cision ? La CENI l’a-t-elle prise unilatĂ©ralement ? Le ministre en charge de la fonction publique, point focal du gouvernement, Gilbert Bawara, au sortir de la rencontre de concertation dĂ©clarait que « c’est toute la sociĂ©tĂ© togolaise, notamment tous les acteurs politiques et de la sociĂ©tĂ© civile qui doivent se mobiliser pour que les Ă©lections du 20 dĂ©cembre 2018 soient un rendez-vous dĂ©mocratique exemplaire ».
 
Global actu
 

Laisser un commentaire