Togo : La Coalition des 14 déplore des imprécisions dans la feuille de route de la CEDEAO

0
350


Enfin, la Coalition des 14 partis de l’opposition a réagi à propos de la feuille de route rendue publique le 31 juillet dernier par la CEDEAO pour une sortie de crise au Togo. Le document, précise la Coalition des 14, n’a pas pris en compte le nœud du problème togolais qui est la candidature de Faure Gnassingbé en 2020. Lisez plutôt !
COMMUNIQUE N°28
Relatif aux recommandations de la Conférence des Chefs d’Etat et de Gouvernement de la CEDEAO, sur la situation sociopolitique au Togo.
Lors du sommet de la CEDEAO du 14 avril 2018, la Conférence des Présidents a désigné leurs Excellences Monsieur Nana Addo Dankwa AKUFO-ADDO, Président de la République du Ghana et Monsieur Alpha CONDE, Président de la République de la Guinée, facilitateurs dans la crise sociopolitique togolaise avec pour mission de proposer une feuille de route avec le concours de la Commission de la CEDEAO.
C’est avec impatience et inquiétude que les populations togolaises ont attendu cette feuille de route qui vient d’être rendue publique, ce 31 juillet 2018, par le communiqué final de la cinquante-troisième session ordinaire de la Conférence des Chefs d’Etat et de Gouvernement qui s’est tenue à Lomé.
La Coalition des 14 partis politiques de l’opposition togolaise prend acte des recommandations de la CEDEAO relatives à la situation sociopolitique du Togo. Elle observe plusieurs insuffisances majeures, notamment l’absence de l’évocation d’un gouvernement de transition chargé de conduire les réformes institutionnelles et électorales et de la question sécuritaire.
La coalition déplore surtout que les Chefs d’Etat de la CEDEAO n’aient pas jugé opportun d’examiner le cœur du problème togolais, qui est, l’obstination du chef de l’Etat togolais, Faure GNASSINGBE à se porter candidat pour un quatrième mandat en 2020. Alors que la règle au sein de la CEDEAO, prescrite par le Protocole additionnel pour la bonne gouvernance et l’Etat de droit, est de deux mandats.
La Coalition relève par ailleurs, dans les recommandations de la CEDEAO, la fixation d’une date irréaliste pour les élections législatives, dont le mode de scrutin n’a pas été précisé. Des imprécisions quant au retour à la Constitution de 1992 dans sa version originelle, à l’organisation et au déroulement d’élections transparentes et crédibles dans un pays qui ne connaît que la fraude et la violence électorales, sont à déplorer.
La Coalition accueille avec intérêt la poursuite du dialogue et compte bien aborder en profondeur tous ces problèmes avec la facilitation lors des rencontres qu’elle souhaite très prochaines.
La Coalition des 14 partis politiques de l’opposition togolaise réitère ses remerciements aux Présidents Nana Addo Dankwa AKUFO-ADDO et Alpha CONDE pour leur implication personnelle dans la recherche d’une solution à la crise togolaise, pour la qualité de leur écoute et pour leur disponibilité. Elle voudrait pouvoir compter sur eux pour une meilleure prise en compte des attentes légitimes des populations togolaises.
La Coalition voudrait rappeler aux Chefs d’Etat et de Gouvernement de la CEDEAO, ainsi qu’à toute la communauté internationale que les revendications qu’elles portent sont légitimes et sont celles de tout peuple qui aspire à la démocratie et à l’Etat de droit pour son développement et sa prospérité. Elle les prie de bien vouloir l’expliquer aux autorités togolaises.
La Coalition félicite les populations togolaises pour leur détermination et leur mobilisation en vue de la satisfaction de nos revendications communes. Elle les exhorte à demeurer vigilantes, déterminées et mobilisées pour la poursuite de la lutte.
La lutte populaire est invincible
Fait à Lomé, le 01 Août 2018
Pour la coalition,
La coordinatrice
signé
Brigitte Kafui ADJAMAGBO – JOHNSON
 

Laisser un commentaire