Togo : La feuille de route de la CEDEAO déjà en souffrance

0
373


Des Ă©lections truquĂ©es, des rapports traficotĂ©s, des accords jetĂ©s Ă  la poubelle restent l’apanage du pouvoir des GnassingbĂ©. Mais de lĂ  oser porter un coup de bistouri Ă  une feuille de route Ă©laborĂ©e par 15 chefs d’Etat rĂ©unis pour plancher sur la crise politique au Togo, on en doutait.
Curieusement, on tend vers la réalité. En effet, au sortir du 53Úme sommet de la CEDEAO le 31 juillet dernier à Lomé, au-delà des positions divergentes des Togolais sur les propositions de sortie de crise, se dresse un débat de traficotage des recommandations proposées à la classe politique togolaise.
Du rapport lu par le ministre togolais des Affaires EtrangĂšres et de l’IntĂ©gration Africaine Robert Komlan Dussey et diffusĂ© instantanĂ©ment sur les rĂ©seaux sociaux et un autre corroborĂ© par la version anglaise sur le site internet de la CEDEAO, il y a des omissions (sic) aux points 42 et 50. Sur la feuille de route jugĂ©e authentique, le point 38, l’équivalent du 42 sur celle contestĂ©e, il est stipulĂ© au point d-« le renforcement du processus Ă©lectoral, en particulier le fonctionnement effectif avec une participation inclusive de l’ensemble des acteurs Ă  la CENI ». Cette derniĂšre partie concernant la CENI a Ă©tĂ© charcutĂ©e.
Il en est de mĂȘme pour le point 50, l’équivalent de 46 sur la « vraie » feuille de route, il est dit que « la ConfĂ©rence des chefs d’Etat dĂ©cide d’instituer un ComitĂ© de Suivi composĂ© des reprĂ©sentants des Facilitateurs et de la Commission de la CEDEAO pour assurer le suivi de la mise en Ɠuvre des prĂ©sentes dĂ©cisions ». Or, Robert Komlan Dussey annonce de son cĂŽtĂ© que le ComitĂ© de Suivi est composĂ© des reprĂ©sentants des Facilitateurs, de la majoritĂ© au pouvoir, de la Coalition des 14 partis de l’opposition et de la Commission de la CEDEAO. Il n’en fallait pas plus pour que le fossĂ© de la mĂ©fiance grandissante s’installe Ă  nouveau.
Quel intĂ©rĂȘt le pouvoir a-t-il Ă  traficoter un rapport sensĂ© l’aider Ă  normaliser son pays ? Ce rĂ©gime Ă©tant coutumier des faits similaires, le fait du charcutage de la feuille de route ne surprend plus grand monde. Mais ces propositions Ă©tant entre les mains de plusieurs acteurs, ce charcutage ne servirait Ă  rien du tout si ce n’est que cela dĂ©crĂ©dibilise Faure GnassingbĂ© et son gouvernement. Nul doute que la prochaine rencontre entre les diffĂ©rents acteurs et la CEDEAO sera marquĂ©e par cette polĂ©mique.
Malheureusement, le dicton populaire selon lequel « qui a bu boira » colle Ă©trangement Ă  la peau de ce rĂ©gime cinquantenaire. Si la feuille de route est dĂ©jĂ  en souffrance entre les mains du pouvoir togolais, qu’en sera-t-il de son application ? Vivement la fin.
Source: Le Correcteur N. 831 du 06 Aout 2018
 

Laisser un commentaire