Togo la tragédie du cancer de la trahison et de la corruption.

0
8044

Permettez-moi de citer : Romain Guilleaumes

 Moraliste belge, Journaliste,

 « Abjects personnages s’il en est, les petits esprits de faible profondeur s’épanouissent dans le mensonge, la tricherie, la dissimulation, la tromperie, l’hypocrisie, la trahison, le vol, le lucre, la licence, la légèreté morale et mentale, par adoration sans faille d’un ego qui estime forcément juste et moral tout ce qui participe à son unique satisfaction »

Qu’est-ce qu’un cancer ?

Un cancer est une maladie née d’une anomalie, un dysfonctionnement qui touche certaines cellules de notre organisme. Celles-ci se multiplient de manière anarchique et prolifèrent, créant une tumeur.

Qu’est-ce que la corruption ?

C’est la perversion ou le détournement d’un processus ou d’une interaction avec une ou plusieurs personnes dans le dessein, pour le corrupteur, d’obtenir des avantages ou des prérogatives particulières ou, pour le corrompu, d’obtenir une rétribution en échange de sa complaisance.

Elections 22 Février 2020 faille béante des institutions

Les élections du 22 Février 2020 au Togo ont fait exploser la société togolaise dans son ensemble et mis aux yeux du monde entier les faiblesses criardes des institutions du Togo, gangrénées par le cancer de la corruption et de la trahison.

Commençons par le manque de solidarité des partis politiques d’opposition qui luttent pour les mêmes objectifs « délivrer les togolais de la dictature sanguinaire et remettre le Togo dans le concert des nations qui comptent en Afrique par un progrès économique et une justice indépendante ».

Pointer du doigt la justice togolaise qui a failli à dire le droit au Togo et fait de la politique par des décisions arbitraires à tous les niveaux soit par la corruption et la politique à la tête du justiciable.

Les juges au Togo sont membres ouvertement du parti Rpt-Unir et leurs décisions sont motivées par le maintien de Rpt-Unir au pouvoir que de dire le droit qui protège le citoyen togolais.

Aucune législation n’est correctement appliquée.

Les citoyens sont kidnappés, torturés, tués sans aucune forme de procès et leurs bourreaux circulent tranquillement dans la cité dans une impunité totale.

Depuis l’assassinat de Sylvanus Olympio le seul président élu démocratiquement, le père de la nation togolaise et de l’indépendance du Togo « Ablodé » à ce jour en passant par Tavio Amorin jusqu’à Bitala Madjoulba, la justice togolaise a brillé par le silence, mais par contre les prisons togolaises sont pleines des jeunes innocents membres des partis politiques de la coalition de C14 et croupissent pire que dans les cales des bateaux des esclaves comme détenus.

La cour constitutionnelle qui devrait corriger les abus de droit et faire respecter les lois dans son application est la première instance a failli dans ses arrêtés, faisant de son président un militant zélé du parti Rpt-Unir.

L’armée togolaise est à la fois devenue instrument de torture contre le peuple souverain et victime d’épuration conjoncturelle.

Certains officiers sont restés dans le clanisme régionaliste au lieu d’incarner toute la nation.

D’autres officiers sont devenus des hommes d’affaires à la course des millions délaissant le métier de protecteur de la nation et deviennent vulnérables à tous les chantages.

Au niveau de la police et les douanes, la petite corruption par la force (payer le café, au revoir, bon arrivée etc) est devenue la souillure qui empoisonne la vie des citoyens qui tirent déjà le diable par la queue.

Le blanchiment et l’évasion fiscale sont des normes de gestion.

Au Togo des Gnassingbé, aucun citoyen n’est plus à l’abri des forfaits de l’insécurité, de l’arbitraire.

Le domicile privé, n’est plus un abri de refuge.

On est kidnappé dans la nuit sans mandat du juge, en utilisant les voies de fait, de la violence, de la brutalité sur la maisonnée, votre famille.

Les juges valident sans autre forme de procès, les brutalités, les assassinats, les tortures, les arrestations sans motifs et abusives en laissant les auteurs dans une impunité totale.

Le pire de tout cela, les leaders de l’opposition se croient encore leaderships en trouvant refuge dans le silence de la trahison, de la non assistance à personne en danger, au peuple togolais en danger dans une explication qui défie l’entendement, et expose l’intelligence de l’homme togolais dans un ridicule de bassesse et de petitesse absolue.

L’union fait la force dans l’obligation de résultat de la délivrance du pays ne compte plus.

« C’est nous c’est nous, laissons faire on verra, en ce moment leurs propres militants sont harcelés, sont torturés, meurent »

On s’improvise juge de l’histoire de la nation quand il faut sauver le Togo.

On est dans un jeu de rôle avec des motifs puérils en oubliant leurs militants dans les souffrances atroces en prison, en ne faisant pas les enquêtes sur les charniers des togolais chaque jour qui passe, en oubliant que le togolais vit dans une souffrance économique totale, une misère indescriptive quand le crime économique bat son record.

« L’appel de la population est totalement ignoré dans une suffisante d’esclavage de son égo qui cache un  intérêt autre que la noble tâche de sauver la nation ».

Les togolais de la diaspora et de l’intérieur du pays vivent dans un étau politique où la dictature du clan Gnassingbé ne respecte plus aucune loi, la liberté des citoyens, la liberté d’expression.

La maltraitance des togolais n’est plus cachée, devant les médias les pays assistent par médias à la cruauté que subit chaque jour le citoyen togolais dans son pays par les autorités qui ont prêtés serments de les protéger et leur permettre leurs promotions intellectuelles, culturelles, sportives et matérielles.

La souveraineté du peuple est confisquée.

Peuple togolais par ta légitimité réveille toi pour te donner un avenir en disant halte à la corruption qui touche de nombreux secteurs d’activités comme l’Éducation, la Santé, la Justice, les Douanes et la Police, halte à la trahison politique, halte au plaisir de la transgression des lois de la république et des valeurs de développement.

Jacob ATA AYI

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

74 − 65 =