Togo : L’ambassadeur prend le CST pour Boko Haram

marche_lome_incendie1
 
« Entre méchants, lorsqu’ils s’assemblent, c’est un complot et non une société. Ils ne s’aiment pas mais se craignent. Ils ne sont pas amis, mais complices » (Etienne de La Boétie)
 
Il a étudié le français au « Village du Bénin » à Lomé. Sûrement que ses études lui permettront de bien saisir le contenu de cette réplique que nous avons choisi à Liberté de lui adresser par rapport à l’insulte qu’il vient de faire à l’Opposition togolaise en général et au CST en particulier. Sûrement que son séjour estudiantin lui a permis d’aller à la découverte de la gouvernance ‘’gnassingbéenne’’ faite de culte de la personnalité arrosé de liasses de CFA. Les Togolais n’imaginent pas un seul instant qu’un ambassadeur togolais à Abuja puisse avoir l’audace de faire le communiqué que ce bonhomme a sorti ce lundi et paru dans le quotidien national. Si cela arrivait, c’est sûr qu’il reviendrait au Togo dans un cercueil, lorsqu’on connaît le pays qui s’appelle le Nigeria. N’est-ce pas parce que les Togolais sont bons, voire débonnaires, et le peuple naturellement hospitalier, que n’importe quel énergumène vivant sur notre rectangle de terre, s’amuse à nous narguer comme bon lui semble ?
 
A la suite de la série d’incendies que le Togo a connue, Matthew Sunday Adoli, ce petit ambassadeur sans retenue, piétinant le devoir de réserve que recommande la diplomatie, se répand de manière à peine voilée en critique contre l’Opposition togolaise sans preuve et déclare ce qui suit : « L’Ambassade condamne avec véhémence toute tentative des forces sinistres pour déstabiliser le Togo ou semer la peur parmi la population ou faire de n’importe quoi pour éviter la tenue des élections ». Comme qui dirait : « de quoi je me mêle ? ». Quel culot de la part d’un diplomate ! De quoi se mêle Matthew Adoli qui, peu après son accréditation dans notre pays, s’était déjà négativement signalé, annonçant les couleurs quelques semaines seulement après son arrivée à Lomé, occasion que nous n’avions pas ratée pour lui mettre les points sur ‘’i’’.
 
Et de verser dans le coutumier culte de la personnalité propre aux gens liges qui n’ont pas de personnalité, en poursuivant son communiqué par : « L’Ambassade croit que le Togo fait de constant et bon progrès sous le régime dynamique du Président Faure Gnassingbé ». Voilà la hasardeuse sortie d’un nègre peu scrupuleux faisant office de diplomate. Depuis la survenue de ces drames, c’est le seul diplomate accrédité au Togo qui ait fait une aussi minable sortie par rapport à l’événement. Il aurait dû se taire. Nous ne permettrons jamais qu’en plus d’une mauvaise gouvernance dont ce pays fait l’objet, n’importe qui, pour des intérêts personnels, se permette de mettre le couteau dans la plaie à ce peuple.
 
Ce petit ambassadeur tropical confond l’opposition togolaise et le CST à la secte Boko Haram sans foi ni loi qui sévit sans état d’âme dans son propre pays, détruisant tout sur son passage, y compris des assassinats. Toutefois, nous lui disons merci de constater « de constant et bon progrès ». Un bon diplomate ne prend pas de manière éhontée position en faveur de l’un ou l’autre camp en conflit. C’est ça aussi l’âme de la diplomatie. Matthew Sunday Adoli qui a fait preuve dans son communiqué de presse de complaisance notoire en faveur du Pouvoir est seul à savoir pourquoi il l’a fait et ce que ça lui a rapporté. Toutefois, nous tenons à ce qu’il sache que le moment venu, il comprendra que l’Opposition togolaise et le CST ne sont pas auteurs de ce crime abominable et inqualifiable.
 
Alain SIMOUBA
 
 
source : liberte-togo