Togo : Le parti avorton P-Unir souffle quatre bougies


Le parti avorton P-Unir souffle quatre bougies. Des messes et cultes ont été commandés sur presque toute l’étendue du territoire. Les cadres se sont retrouvés pour les ripailles. Curieusement, le fondateur, l’indétrônable, le seul qui peut se présenter à une élection présidentielle au nom du parti avait brillé par son absence. Pas même un seul discours de sa part.
 
unir_congres


On se souvient que l’ancien nouveau parti a été porté sur les fonts baptismaux lors de l’assemblée générale constitutive du 14 avril 2012 à Atakpamé à la fin du 5ème congrès extraordinaire du Rpt à Blitta.
 
A la création du parti bleu blanc, les responsables utilisaient des mots comme fusion, union, refonte, etc. Comme eux-mêmes ne comprenaient pas grand-chose, les populations ont fouillé dans tous les dictionnaires possibles : petit Robert, Grand Robert, vieux Robert, bébé Larousse, etc. Beaucoup de « Gnassingbélandais » se demandent s’il était vraiment nécessaire de créer ce parti qui ressemble en tout point à l’ancien Rpt. Vous comprenez maintenant pourquoi, certains « zopposants » appellent le parti du fils du père, Rpt/Unir ?
 
Quatre ans dans la vie d’un parti politique, ce n’est pas rien mais le bilan que dresse le parti très très « Faure » est trop rigolote. Un an après le toilettage, le maquillage et le « repoudrage » du Rpt, il a volé, pardon « remporté » la majorité des sièges au parlement en 2013 et en 2015 l’élection présidentielle.
 
Comme vous le voyez, les élections sont la priorité de ce parti dont les militants sont si dociles que cela frise le ridicule. Le « prégo » fait onze ans au pouvoir, mais son parti n’a que quatre petites années d’existence. Qui trompe qui ?
 
Selon George Aïdam, l’éternel vice-président provisoire, le parti avorton qui n’a toujours pas organisé son congrès constitutif garantit la paix, la « sékirité » et le développement du pays. Les mêmes discours qu’on entendait au temps « faure » du Rpt et de l’animation politique. Humm, les habitudes ont la peau dure. On dirait que les cadres de ce parti sont là justes pour faire les bombances et chanter des louanges à la gloire du « p’ti » qui ne les regarde même pas.
 
Source : Liberté
 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Welcome Back!

Login to your account below

Retrieve your password

Please enter your username or email address to reset your password.

Aller à la barre d’outils