Accueil SOCIÉTÉ SANTE Togo : Plusieurs hôpitaux publics sans radiographie fonctionnelle

Togo : Plusieurs hôpitaux publics sans radiographie fonctionnelle

- Advertisement -

Au Togo, le système de santé souffre de plusieurs maux dont le manque de matériels adéquats pour un meilleur traitement des malades. Le pays est particulièrement sous-équipé en imagerie médicale. En dehors de Lomé, les appareils sont rares et le plus souvent hors service. Ce qui entraîne des conséquences dramatiques.

Le 29 mai, puis le 18 juin 2017, deux professeurs de médecine togolais sont morts coup sur coup au CHU Sylvanus Olympio, dans des conditions choquantes. Le premier, 50 ans, a été victime d’un malaise cardiaque. Il était le seul spécialiste du pays en embryologie, génétique et santé de la reproduction. Le second, 57 ans, a été frappé par un AVC. Il était pédiatre et le seul spécialiste au Togo en allergologie. Leurs destins, pourtant, n’étaient pas scellés : l’un comme l’autre auraient pu être sauvés, ont estimé leurs confrères consternés. Mais leur prise en charge en urgence a été calamiteuse. Et les pannes de plusieurs équipements, dont les appareils d’imagerie médicale, ne leur ont laissé aucune chance.

Depuis la situation n’a guère changé. En effet, dans plusieurs « grands » hôpitaux publics du pays, le personnel soignant pointe notamment comme un « problème crucial » les pannes récurrentes de l’appareil de radiographie, à bout de souffle.

A en croire une source médicale, le Togo ne dispose aujourd’hui d’aucun scanner en bon état dans les hôpitaux publics. « Avant de doter un centre de scanner, il faut veiller à l’équiper avant tout en radio et écho (ndlr : échographie) », a expliqué Prof Moustafa Mijiyawa, Ministre de la Santé et de l’Hygiène publique. « Nous n’équipons pas les hôpitaux de scanners pour le simple fait de les équiper. Quand un centre qui ne dispose pas de radiographie est équipé d’un scanner, on a tendance à surexploiter cet outil pour des cas qui ne nécessitent pas forcément un scanner. En conséquence, au bout de quelques mois, ce précieux matériel s’essouffle. Équiper un hôpital de scanner, alors qu’il n’y a pas encore de radio, c’est comme prendre des commissaires de haut rang pour régler la circulation, par manque de policiers », a-t-il ajouté.

Selon le Ministre de la santé, pour résoudre le problème, il faut revoir le système de santé. « Nous avons besoin d’un système de santé de base solide et résilient. C’est-à-dire : des dispensaires, hôpitaux de districts, hôpitaux régionaux solides. C’est seulement à cette condition qu’un hôpital de haut standing sera viable. Sans un système médical de base, les structures de top niveau sont submergées par les problèmes mineurs », a indiqué Prof Moustafa Mijiyawa.

A en croire Prof Moustafa Mijiyawa, un plan de réhabilitation des hôpitaux est déjà lancé. « Il est prévu de doter les CHU et les CHR de scanners, sous formes d’achats groupés », a-t-il fait savoir.

Dans ce cadre, le CHU SO devrait bénéficier d’une nouvelle radio dans les jours à venir. Il nous souvient qu’en 2013, un plan similaire a été annoncé pour remettre les hôpitaux publics et particulièrement le CHU SO en état. « Le CHU-SO traverse une situation de crise caractérisée par le manque ou l’insuffisance de consommables et de matériels de travail dans les services, les pannes à répétition du matériel existant eu égard à sa vétusté. Cette situation est liée à l’insuffisance des moyens financiers pour l’achat de consommables nécessaires et le renouvellement du matériel », ont reconnu les auteurs du plan. Il prévoyait notamment de nouveaux appareils d’imagerie médicale. Finalement, ce plan n’a pas pu résoudre le problème.

L’érosion lente du manque de matériel atteint aujourd’hui un point critique. Avec les appareils en mauvais état, les radiologues ont dû mal à interpréter correctement les résultats. Parfois, pour faire les scanners les patients sont redirigés vers les hôpitaux privés, là où ils coûtent plus cher. Dans certaines villes à l’intérieur du pays, les citoyens en quête d’imagerie médicale, qui ont les moyens, sont obligés de se rabattre sur les pays limitrophes.

Source : Fraternité No.344 du 22 janvier 2020 (fraternitenews .info)

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

58 − 51 =

LES + LUS

La colère de FOUSSENA DJAGBA contre le hold up électoral du 22 février

*FOUSSENA DJAGBA S’INDIGNE DES RÉSULTATS ANNONCÉS PAR LA CENI ET INVITE LES POPULATIONS A DESCENDRE DANS...

Togo : Leçon amère, mais leçon magistrale quand même

Un des bulletins de vote pré-votés Faure pour bourrer les urnes lors de la présidentielle 2020 au Togo | Photo...

Manifestation contre la victoire de Faure Gnassingbé : Gilbert Bawara met en garde le camp d’Agbéyomé

L’idée de manifester contre les résultats rendus publics par la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI) donnant gagnant,...

Entendra-t-il enfin raison pour partir ou voudra-t-il être poussé par la petite porte?

« …le pouvoir des Gnassingbé qui a fait de l’armée nationale sa branche armée, et qui entretient...