Accueil Rubriques+ CHRONIQUES Togo : Pour l’assaut final, les uns laisseront-ils encore la lutte aux...

Togo : Pour l’assaut final, les uns laisseront-ils encore la lutte aux autres? À la C14, on dit quoi?

- Advertisement -

Samari Tchadjobo


Quand le «petit-frère» fit appel au «grand-frère» au lendemain du 19 Août 2017 pour s’organiser et obtenir le retour de la Constitution de 1992 et des réformes politiques nécessaires à des élections crédibles, tout le monde connaît la suite. La mise sur pied de la coalition de l’opposition regroupant 14 partis politiques, la C14, l’organisation des manifestations sur toute l’étendue du territoire, l’intrusion de la CEDEAO sous couvert du fameux dialogue inter-togolais et aujourd’hui la fin des illusions avec le nouveau coup de force électoral comme sait bien le faire le régime Gnassingbé depuis un demi-siècle. Colère, déception, tristesse, tels sont les sentiments que nourissent les togolais ces derniers jours. Colère surtout contre l’organisation sous-régionale dont les chefs d’état ont une fois encore montré, par leur hypocrisie, leur manque de vision, de courage et surtout leur incompétence, pourquoi l’Afrique noire est au bas de l’échelle sur le plan mondial.

En même temps que les togolais sont très en colère et déçus, ils sont unanimes que la lutte doit continuer, qu’une minorité, malgré la terreur, malgré l’accaparement de tous les moyens du pays, ne peut jamais avoir raison sur la majorité. Certes, nous venons de perdre une bataille, mais la guerre est loin, très loin d’être terminée. «Un coup isolé n’arrête pas le combat» disait un personnage très connu de tous les togolais. Alors que faire? Comment s’organiser pour chasser les ennemis du Togo et récupérer le pouvoir des mains d’un régime apparemment bien enraciné, mais qui, à voir de près, n’attend que le coup de grâce pour tomber?

En même temps que nous nous insurgeons contre l’hypocrisie et la méchanceté de la communauté internationale, et surtout de la CEDEAO pour leur soutien au régime de terreur contre le peuple togolais, nous n’avons pas le droit de méconnaître que des dysfonctionnements en termes de mobilisation aient eu lieu dans nos rangs surtout ces dernières semaines. À un moment, nous avons eu l’impression que le problème togolais ne concerne qu’une certaine communauté de notre pays. Certains de nos compatriotes vont même jusqu’à affirmer que nous ne serions pas aujourd’hui à cet énième échec si toutes les régions du Togo avaient mis la main à la pâte en sortant massivement dans les rues. Le feront-elles aujourd’hui? Nos leaders de partis cesseront-ils de faire leurs calculs politiciens et mobiliser leurs militants pour l’assaut final? Au sein de la C14 tous les leaders seront-ils unanimes pour savoir qu’il ne s’agit pas d’une lutte régionale ou ethnique, mais de la libération d’un Togo que nous avons tous en partage?

Même si c’est un aveu d’échec qu´après 28 ans de lutte, nous en sommes à nous rappeler du slogan de Tchèkpo du Professeur Gnininvi, «Démocratie d´abord, multipartisme après», les sages mots du vieux professeur nous interpellent toujours. Et le mandat donné par le peuple, toutes régions et ethnies confondues, le 20 décembre dernier aux leaders de l’opposition est impératif et ne doit en aucun cas être ignoré. C’est pourquoi tout autre comportement de quelque leader que ce soit en dehors d’une mobilisation de tous et partout, serait perçu comme une trahison de la lutte.
 
Samari Tchadjobo
Allemagne
 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

54 − = 47

LES + LUS

Se faire établir une Carte nationale d´identité à Sokodé, un Véritable parcours de combattant : une autre persécution du pouvoir dont personne ne parle.

Ville assiégée avec son corollaire de check-point aux principales entrées, de va-et-vient de camions et jeeps militaires...

Togo : Permis de conduire pour motos? Un peu de réalisme « Monsieur Yark » !

Par un arrêté ministériel, le ministre de la sécurité et de la protection civile, le général Yark...

« Mademoiselle » Chantal Yawa Djigbodi Tsegan Érige un État Policier au Togo !

La présidente de l’Assemblée nationale toglaise, l’ultra-zélée Chantal Yawa Djigbodi Tsegan Les nouveaux députés togolais continuent de...

Célébrités togolaises : Vie de Bourgeois, Mort de Misérables

Colonne gauche :L’ex-bossuer Kpalongo et le comedien François Ablodévi Eklu-Nattey . Colonne du centre : Ousmane et Ablodéè Colonne drote...