Accueil TOGO ACTUALITÉ POLITIQUE Togo, Pouvoir de Lomé : De quoi a-t-on peur au juste ?

Togo, Pouvoir de Lomé : De quoi a-t-on peur au juste ?

- Advertisement -


Depuis peu, s’observe à Lomé et dans certaines localités de l’intérieur du pays, un dispositif sécuritaire qui sort de l’ordinaire. Des descentes nocturnes et diurne débouchant sur des réquisitions des maisons, rafles et saisies des engins, armes et stupéfiants. Au-delà de la thèse de la Sécurité et la protection civile défendue par le gouvernement, la succession des événements cachent mal, un malaise couvant au sein de l’exécutif.

Changement d’approche

Mieux protéger les populations à travers une réorganisation du dispositif sécuritaire. Voilà à quoi se résume, depuis quelques semaines, la mission du ministère de la Sécurité et de la Protection civile. Patrouilles appuyées par les militaires, rondes de la police de proximité, perquisitions, rafles, saisie d’engins, d’armes à fabrication artisanale et de produits stupéfiants… Bref, le phénomène semble nouveau à Lomé et fait réfléchir plus d’un. Surtout au regard du contexte sociopolitique quelque peu fragile dans le pays.

Y a-t-il donc des menaces sécuritaires dans le pays. Seul le gouvernement à travers le ministère de la Sécurité et de la Protection civile est habileté à apporter à cette question, la réponse idoine. Et dans la foulée, le Gal de Brigade, Yark Damehane prévient. «Quiconque sera intercepté la nuit par la patrouille, sans pièces d’identité, passera 48heures de garde-à-vue », a-t-il laissé entendre la semaine dernière. Et de préciser que la nouvelle méthode sécuritaire en branle vise à savoir «qui vit dans notre pays et qui fait quoi?»

Énigme et questionnements

Cette déclaration du ministre en charge de la Sécurité accentue la psychose déjà grande dans le pays, particulièrement à Lomé où sortir la nuit, pour quelque raison que ce soit, est source d’inquiétudes grandissantes. Et pour cause.

Alors même où la patrouille est visiblement très active et bat son plein dans la capitale, le braquage faisait également et paradoxalement parler de son art. Le samedi 12 janvier dernier, un cambiste a été tué par des braqueurs à Bè-Kpota, emportant l’argent. Mais avant ce cas, d’autres similaires se sont produits dans la capitale à l’instar de celui impliquant, il y a quelques mois, un ressortissant de nationalité étrangère. Mais ce n’est pas tout. Au Grand marché de Lomé, des individus sans foi ni loi ont également opéré dans une facilité inouïe sans toutefois faire, fort heureusement, des victimes. Ces cas viennent s’ajouter à d’autres aux conséquences désastreuses toujours vivaces dans la mémoire collective des togolais, comme celui survenu il y a quelques années déjà à l’aéroport international de Lomé où des commerçants en partance pour Dubaï ont été attaqués et dépouillés de leurs valises, avec mort d’homme.

La semaine dernière, s’est ajoutée à la pratique, une nouvelle méthode. Les réquisitions. «Nous étions là quand, subitement, les forces de l’ordre ont débarqué chez nous. Ils nous ont dit que c’est sur ordre du Procureur de la République, puis ils ont fouillé partout dans la maison jusque dans nos chambres. Nous tombions des nus, et avons pris peur, vu que c’est la première fois que nous assistons à cela», témoigne Fofonè, 38 ans, artiste peintre résidant à Casablanca, l’un des quartiers littéralement pris d’assaut par les forces de l’ordre et de Sécurité pour l’opération.

On se rappelle également de la sortie curieuse, le 25 décembre dernier, du Directeur général de la Gendarmerie nationale, le Commissaire Kudouwovoh qui, en pleine fête de la Nativité, a annoncé sur la télévision nationale que les éléments de la Gendarmerie se sont lancé dans la traque d’un réseau de lanceurs de pétards. Un fait qui d’une manière ou d’autre est entré dans les mœurs des togolais, bien qu’il soit prohibé ou que son utilisation soit soumise à une autorisation préalable de l’autorité. Et cela repose d’ailleurs un autre débat, celui de la commercialisation d’un tel produit prohibé. De toute analyse faite, on se rend compte que c’est un circuit alimenté par un réseau d’hommes et femmes, partie prenante des pontes du pays. D’où justement l’importation et la commercialisation des petars, malgré l’interdiction dont ils font objet.

À tous ces exemples, s’ajoute celui énigmatique des déserteurs qui a failli déboucher sur le lynchage des éléments du service de renseignement togolais qui, dans leur traque d’un déserteur, ont franchi les frontières sans mesure.

C’est quoi l’inconfort ?

Le dernier épisode du parlement où, par enchantement, les députés ont adopté un règlement intérieur anticonstitutionnel vient rajouter aux interrogations sommes toutes légitimes qui rongent les méninges des togolais. C’est quoi donc l’inconfort du pouvoir togolais au point d’aller d’initiatives à initiatives et d’innovations à innovations sans toutefois la moindre pertinence, sinon des faits et gestes qui expliqueraient une situation inconfortable qui troublerait le sommeil de l’exécutif togolais. Suivons de près.
 
Source : Fraternité No.299 du 16 janvier 2019
 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

27 + = 35

LES + LUS

Chronique de Kodjo Epou : Les appétits d’un vieil homme de Conakry

photo@lemonde.fr A cause du refus obstiné d’un viel homme sans sagesse de tenir parole, de respecter l’engagement pris...

Guinée: Un adolescent tué et des blessés dans les heurts à Conakry

Photo@Archives. Un adolescent de 16 ans a été tué par des tirs des forces de l’ordre...

Des coquilles vides comme maires du grand Lomé : on les avait pourtant avertis

Mairie de Lomé | Archives : DR Aucune dictature au monde ne se démocratise d´elle-même; ni...

Présidentielle 2020/Conditions d’organisation: La C14 exprime ses « vives préoccupations » devant le Groupe des cinq

Mme Brigitte Adjamagbo-Johnson, coordinatrice de la coalition. La coalition de l’opposition (C14) a exprimé vendredi, ses...