Togo : quel sort pour les transporteurs des villes bouclées

0
2031

La crise sanitaire a connu une  évolution inquiétante ces jours-ci et on a assisté à un nouveau bouclage de certaines villes (principalement au Nord). Seulement, cette décision paraît manifestement absurde à plusieurs égards. Si certains s’interrogent sur le choix de villes et soupçonnent de desseins inavoués, d’autres regrettent les conséquences irréversibles sur les transports en commun et ceux qui qui en vivent.

Au Togo, trois villes à l’intérieur du pays (au Centre et au Nord) sont bouclés  bouclées jusqu’à nouvel ordre, depuis ce mardi, dans le cadre de mesures ciblées pour contrer la propagation du Coronavirus. Il s’agit des villes de Sokodé, Tchamba et Adjengre. De même, y aura-t-il retour du couvre-feu dans les préfectures concernées. »Afin d’éviter que cette propagation ne s’accentue davantage au sein des populations desdites localités et sur l’ensemble du pays, le gouvernement décide à compter du 25 août 2020 du bouclage des villes de Sokodé, Tchamba et Adjengré et l’instauration d’un couvre-feu de 21 heures à 5 heures du matin dans les préfectures de Tchaoudjo, Tchamba et Sotouboua« , avait communiqué l’autorité.

Déjà dans l’opinion, c’est l’incompréhension qui règne notamment sur l’opportunité du bouclage de ces trois villes. Le transport en commun s’organise et se modernise, mais avec de gros moyens depuis l’apparition des long bus. Les gros transporteurs  sont sous le coup des mesures variétés avec 30 passagers pour les grands bus. Ce nombre a été décidé suite aux rencontres entre les transporteurs et leur ministre de tutelle.

Avec ce bouclage ciblé, les transporteurs de ces zones sont fortement pénalisés puisqu’ils n’ont ni le droit d’entrer ni de sortir. Mais au même moment, on laisse d’autres traverser ces villes. Par exemple pour aller à Dapaong, il va bien falloir traverser ces villes bouclées. « Qu’est-ce qui prouvent que ceux qui passent traverse effectivement Sokode, Adjengre et Tchamba et n’y descendent pas de passagers? Est-ce une sinécure pour punir les opérateurs économiques de ces zones? Ou simplement on est en face d’un bouclage  plus politique que médical ? », se demande bien légitiment un compatriote.

La rédaction /Togoactualite

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

59 − 53 =