Togo : Remoblisation des agents de l’ Ex-SOTOCO redéployés, pour revendiquer leurs droits


Le Collectif des agents Licenciés de l’ex-SOTOCO et redéployés dans la Fonction publique a tenu, le samedi 20 aout dernier à Atakpamé,une Assemblée générale extraordinaire pour se doter d’un nouveau Bureau Exécutif d’une part, et redéfinir de nouvelles stratégies pour mener à bien ses revendications en vue de l’obtention de ses droits d’autre part. Faut-il le noter, le président M. Mouguiliague du Bureau Exécutif issu de l’Assemblée Générale Constitutive de ce Collectif tenue à Agoè, le 12 mai 2012, a démissionné deux mois après son élection sans raisons valables. Ce qui, à en croire les agents, a rendu un peu difficile la lutte pour la revendication de leurs droits.
 
Photo | archives
Photo | archives


Le nouveau Bureau est alors composé comme suit : Président : Tchalla Mazoumali; Sécretaire Général : Fanoua Koffi; Trésorier : Esso-Abodji Abi; 1er conseiller : Amouzou Zinssou et 2ème conseiller : Nadjé Somalafia. L’Assemblée a reconfié à la nouvelle instance une feuille de route qui consiste à revendiquer la prime de préavis, le payement des salaires depuis mi-septembre 2009 à février 2010, le payement des arriérés d’avancement, le versement des droits de licenciement, le payement des congés non jouis et les allocations familiales de 2001 à 2008, entre autres.
 
Il convient de rappeler la genèse de ce Collectif.En effet, pour la réforme de la Société Togolaise du Coton (SOTOCO),une partie des agents a été carrément licenciée, une seconde reversée à la Nouvelle Société Cotonnière du Togo (NSCT) et une troisième partie redéployée dans la Fonction publique. Et en vue de bénéficier des avantages liés à leur nouvelle situation,le Président de la République a sorti le décret N°2009-014 /PR relatif à la gestion du personnel de la SOTOCO en liquidation. Ce décret stipule en son article 1er qu’en entendant la mise sur pied effective du plan social en cours d’élaboration, l’Etat prend en charge pendant trois mois le paiement des salaires et avantages sociaux des salariés permanents retenus dans le plan social de la Société Togolaise du Coton mise en liquidation.En son article 2, il est noté que la mesure prévue à l’article 1er prendra immédiatement fin dès que le plan social entrera en vigueur.
 
Il ressort malgré cette disposition que les agents carrément licenciés et ceux reversés dans la Fonction publique n’ont pas bénéficié des indemnités liées à leur licenciement comme prévu dans l’article 1er du décret. C’est donc pour revendiquer leurs droits que les agents reversés dans la Fonction Publique se sont constitués en Collectif. Dans leurs démarches, M. Fanoua Koffi, Secrétaire du 1er Bureau Exécutif du Collectif a adressé le 06 septembre 2011, une correspondance au Président de la République avec ampliations au Premier ministre d’alors Fossoun Houngbo, au ministre de l’Agriculture, de l’Elevage et de la Pèche de l’époque, Kossi Messan Ewovor , à l’ex-ministre de l’Economie et des Finances Adji Otéth Ayassor, à la Direction du Travail, à la Commission Nationale des Droits de l’Homme et au liquidateur de la Sotoco, KossiKokou,Expert-comptable du Cabinet d’Audit et Conseils réunis.
 
« Excellence Monsieur le Président, nous sommes heureux de vous annoncer que depuis mars 2010, plusieurs parmi nous ont pris service dans leurs départements respectifs. Cependant, nous restons confrontés à de multiples problèmes qui risquent de porter préjudice à l’exercice de nos fonctions.En effet,nous venons de passer quelques mois depuis la décision de la Commission interministérielle du 06 septembre 2009 de nous reverser à la Fonction Publique.Cette situation, malheureusement, nous conduit encore vers vous très humblement pour vous présenter nos doléances portant particulièrement sur les moyens de notre survie », note-t-on dans la correspondance qui a précisé qu’ils sont convaincus que le chef de l’Etat usera de sa magnanimité habituelle pour leur permettre de retrouver leur dignité humaine afin de pouvoir exercer décemment leurs fonctions et contribuer au développement du Togo. Jusqu’à ce jour, aucune suite, à en croire les agents, n’est donnée à cette correspondance.
 
Un courrier relatif à la demande de dérogation de l’âge limite de départ à la retraite adressé, le 07 septembre 2015, au ministre de la Fonction Publique, du Travail et de la Réforme Administrative par Tchalla Mazoumali, Coordonnateur du Collectif, n’a également pas reçu de suite favorable. Une autre lettre relative au versement des avantages sociaux impayés adressée, le 24 mars 2016, au président du Conseil d’Administration de la NSCT par le Coordonateur du Collectif, est aussi restée jusqu’à ce jour lettre morte. « Depuis la rupture du contrat de travail avec la Sotoco le 7 septembre 2009, les agents licenciés et redéployés à la Fonction publique le 26 février 2010 n’ont cessé de vivre des situations très difficiles et insupportables. Les 185 sur 215 prévus qui ont intégré la Fonction Publique n’ont bénéficié jusqu’à ce jour d’aucune mesure sociale »,a noté la correspondance.
 
Au sortir de l’Assemblée Générale extraordinaire du samedi dernier, le nouveau Bureau Exécutif est résolu à intensifier les revendications, allant jusqu’à solliciter le service d’un avocat. Conformément aux recommandations faites par les participants venus des cinq régions du Togo.
 
Source : Agbezo K., L’Alternative