Togo / SOUDOU MA SOURDE DOULEUR : « Seuls vivent les morts dont on chante le nom »

0
457


« Dormez ô Morts! Et que ma voix vous berce,
ma voix de courroux que berce l’espoir ».
L. S. Senghor
Il y a 26 ans (05 mai 1992 – 05 mai 2018), les sĂ©ides du dictateur Eyadema GnassingbĂ© perpĂ©traient l’odieux attentat de Soudou, attentat qui a coĂ»tĂ© la vie Ă  plusieurs patriotes togolais dont le Dr Marc Messan AtidĂ©pĂ©. Afin de briser le mur de l’oubli, le Mouvement Patriotique du 05 octobre (MO5) tient Ă  rendre hommage Ă  leur mĂ©moire de Martyrs, Ă  travers ce poème (MARC MESSAN ATIDEPÉ) que j’ai Ă©crit en mai 1992, et publiĂ© la mĂŞme annĂ©e dans le journal LA LETTRE DE LA NATION.
 
MARC MESSAN ATIDEPÉ
De nouveau me monte au front ton nom
Qui donne vie aux rĂŞves orphelins
De nouveau me viennent Ă  l’esprit sept syllabes, sept voyelles
Qui donnent espoir Ă  la Nation de demain
EhwĂ©Ă©Ă© ! C’est le cinquième mois, le cinq mai
Tu as sacrifié le plus cher pour le nécessaire
Tu es rentré dans la douceur des Martyrs
Une hysope rouge Ă  la gorge
Qui a dit que Soudou ne sera pas doux
Pour toi qui a goûté à toutes les souffrances?
Qui donc a dit que Soudou ne sera pas si doux
Pour toi qui a goûté à toutes les offenses?
Ton sang n’est point futile, Ă´ Marc!
Il nourrit les hommes aux rĂŞves nobles
Montre alors les embûches de ces rêves
Toi désormais présence éloignée
Que me soit prĂŞtĂ©e l’Ă©chelle de Jacob
Mais aussi des mains sages pour t’apporter
Ces messages de renaissance et de reconnaissance
Ă” Marc, marque bien la classe oublieuse !
Eloi Koussawo, Lomé, mai 1992.
 

Laisser un commentaire