Togo : Un manifeste pour la fin de la dictature au Togo

0
506

photo@archives


Ceci vient de la Diaspora togolaise en Belgique. Lisez plutĂ´t !

MANIFESTE POUR L’ABOLITION DES DICTATURES ET DU NEO-COLONIALISME EN AFRIQUE : LE CAS DU TOGO

Le refus par le parti politique RPT-UNIR de faire les rĂ©formes dĂ©mocratiques et la cooptation des dĂ©putĂ©s illĂ©gitimes (dont deux demi-frères de l’actuel prĂ©sident-dictateur, Faure GnassingbĂ©) Ă  l’AssemblĂ©e nationale issue de la parodie Ă©lectorale jouĂ©e le 20 dĂ©cembre 2018 confirment le plan macabre de la famille GnassingbĂ© de pĂ©renniser la confiscation illĂ©gale du pouvoir politique (et des ressources publiques) contre la volontĂ© d’une Ă©crasante majoritĂ© du peuple togolais confinĂ© dans une misère insoutenable.

Pour contrer cette confiscation clanique du bien public au Togo, la lutte de libération nationale (réactivée le 19 août 2017) est appelée à gagner en ampleur et en efficacité.

Ă€ l’instar des forces dĂ©mocratiques sur le territoire national, la diaspora togolaise se doit de faire son propre bilan et son autocritique afin d’amĂ©liorer l’impact de sa contribution.

Le succès de la rĂ©sistance populaire engagĂ©e contre la dictature au Togo nĂ©cessite un soutien massif et multiforme de notre diaspora en faveur des partis politiques d’opposition dĂ©mocratique et, plus qu’auparavant, au profit des organisations de la sociĂ©tĂ© civile acquises Ă  l’alternance politique pacifique au Togo.

Ce soutien accru de la diaspora pourrait utilement s’appuyer sur les 3 piliers suivants :

1. Une campagne mĂ©diatique accrue pour informer, dĂ©noncer et condamner les crimes politiques et Ă©conomiques qui forcent la jeunesse togolaise (et africaine en gĂ©nĂ©ral) Ă  prendre les sentiers tortueux et pĂ©rilleux de l’exil.

Les mĂ©dias de nos pays d’accueil doivent aider Ă  faire comprendre Ă  leurs opinions publiques que la cause première de la migration illĂ©gale (que cherchent inlassablement mais sans succès Ă  combattre plusieurs pays occidentaux) se trouve dans le maintien des dictatures Ă  la tĂŞte de nombreux pays d’Afrique par la force des armes (importĂ©es de l’occident) au dĂ©triment des investissements utiles dans la santĂ© et l’éducation de qualitĂ© des populations d’Afrique.

Le combat véritable contre la migration illégale passera inéluctablement par la fin des soutiens (politiques, économiques et militaires) apportés par certains décideurs des pays occidentaux aux dictatures militaires qui sévissent au Togo et dans d’autres pays d’Afrique tels que le Cameroun, la Centrafrique, le Congo Brazzaville, la Côte d’Ivoire, le Djibouti, le Gabon, la Gambie, la Guinée, le Mali, le Niger, la RDC, le Tchad, etc.

2. La FĂ©dĂ©ration de nos forces et Ă©nergies Ă  l’Ă©chelle de nos pays d’accueil et au niveau continental et mondial.

Les reprĂ©sentant(e)s reconnu(e)s (sur la base de critères objectifs et dĂ©mocratiques) des organisations de la diaspora togolaise gagneraient ainsi en lĂ©gitimitĂ© et en efficacitĂ© dans l’indispensable travail de dĂ©fense et de promotion de l’Etat de droit et de la bonne gouvernance (politique, Ă©conomique et sociale) dont manque cruellement le Togo.

Le soutien aux organisations et fédérations de la diaspora par des femmes et hommes de bonne volonté, des citoyens ordinaires (épris de paix et de justice, de liberté et de fraternité) en Belgique et dans les pays occidentaux devrait permettre de gagner le combat contre le désespoir et la misère qui contraignent les migrants togolais ou africains à aller rechercher protection et asile loin de leurs terres natales.

3. La solidarité panafricaine doit permettre de décloisonner la lutte de libération du continent africain des griffes de notre adversaire commun : le capitalisme sauvage et le néo-colonialisme au service des intérêts égoïstes des dictateurs africains et de certains décideurs occidentaux sans scrupules.

En effet, comment comprendre ou admettre que des dĂ©cideurs (politiques et Ă©conomiques) de certaines « grandes dĂ©mocraties occidentales » choisissent – Ă  l’insu de leurs opinions publiques nationales – d’imposer Ă  des centaines de millions de populations d’Afrique des dictatures afin de garantir leurs enrichissements personnels, illicites et mafieux ?

Pour dissimuler leurs forfaitures, ces dĂ©cideurs occidentaux sans scrupules prĂ©sentent Ă  leurs opinions nationales l’Afrique comme Ă©tant un continent pauvre et damnĂ© alors mĂŞme que le continent regorge de valeureuses ressources humaines (jeunesse dynamique) et de prĂ©cieuses richesses naturelles (soleil, forĂŞts, or, diamant, uranium, gaz, pĂ©trole, coltan, cobalt, etc.) qui sont exploitĂ©es et pillĂ©es avec la complicitĂ© des dictatures sanguinaires.

Gilets jaunes et les migrants africains : Même combat contre le capitalisme sauvage, le néo-colonialisme et la dictature !

En conclusion, l’Afrique n’a pas besoin d’aumĂ´ne des pays occidentaux mais plutĂ´t de la fin de l’hypocrisie internationale qui consiste Ă  fermer les yeux sur les crimes (politiques et Ă©conomiques) et les mĂ©canismes bien connus d’accaparement et de pillage des richesses (humaines et naturelles) dont regorge le continent africain au profit de l’opulence et du gaspillage adoptĂ©s comme mode de vie par une minoritĂ© croissante dans les pays occidentaux.

C’est Ă  ce travail d’utilitĂ© publique que les diasporas togolaises et africaines ainsi que les ordinaires citoyens occidentaux devraient s’atteler dans un esprit d’ouverture intellectuelle mais de rupture avec la nonchalance et l’indiffĂ©rence coupables, l’isolement et l’hypocrisie suicidaires.

Diaspora togolaise et des autres pays d’Afrique, citoyens des pays occidentaux et citoyens du monde Ă©pris d’Ă©galitĂ©, de fraternitĂ© et d’humanitĂ©,

Venons apporter notre juste contribution à la lutte de libération du Togo et du continent africain des mains assassines de la dictature, du néo-colonialisme et du capitalisme sauvage imposés (de force) par des minorités pilleuses en Afrique, en Occident et dans le monde.

Bruxelles, le 10 janvier 2019
DTB (Diaspora Togolaise de Belgique)
 
source :
 

Laisser un commentaire