Togo : La voie pavée de Bè Kpota à Lomé, une autoroute punitive ?


route_be-kpota
La voie pavée de Bè Kpota qui part du rond-point Gakpoto vers Adakpamé à Lomé n’est pas sécuritaire | Photo ; Koaci


La voie pavée de Bè Kpota qui part du rond-point Gakpoto vers Adakpamé à Lomé ne dispose d’aucuns feux tricolores pour règlementer la circulation et permettre une traversée sécurisée pour la population.
 
Pour les populations riveraines et surtout les écoliers et les élèves, la traversée de la voie pavée de Be Kpota s’avère être un calvaire et au-delà une initiative périlleuse car les voitures et les motos ne ralentissent pas aux points de passages les plus empruntés par les piétons.
 
Aux heures de grandes affluences, ( les matins et les soirs ), les piétons n’ont presque plus le droit de traverser. Les passants qui doivent traverser la voie pour aller à la maison, au marché ou à leurs lieux de travail trouvent la situation très délicate car il n’y a aucuns signalements qui puissent indiquer aux automobilistes de ralentir ou de s’arrêter pour un temps.
 
Pour des cas concrets, au niveau du marché de Dzifa et à la jonction allant à l’école primaire Anfamé, la traversée pour les piétons est souvent impossible. Les passants peuvent attendre de longues minutes de part et d’autre de la voie en attendant la voie soit un peu dégagée avant de courir pour traverser.
 
Cette situation présente de jour en jour des risques pour les populations riveraines dont seules les plus habiles osent traverser cette voie.
 
Si la construction de la voie pavée de Bè Kpota a été une initiative salutaire qui rend moins pénible l’accès dans cette zone de la capitale togolaise, l’autorité municipale, la direction des travaux publics et la direction de la prévention routière ont l’obligation de revoir le problème de traversée sur cette voie.
 
Il serait bien qu’au moment où se poursuit la politique des grands travaux de modernisation d’infrastructures routières à Lomé, la voie pavée de Bè Kpota soit revue afin qu’elle soit dotée d’un système pouvant réglementer la circulation pour les piétons.
 
C’est à cette condition que l’on peut prévenir des accidents et démentir la perception qu’ont certains habitants qui prétextent que leur voie pavée est plutôt une « autoroute punitive dans la capitale ».
 
Source : [16/11/2014] Mensah, Koac
 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Welcome Back!

Login to your account below

Retrieve your password

Please enter your username or email address to reset your password.

Aller à la barre d’outils